Errements visuels

Laura

Série terminée, 4 épisodes (90 min). Juin 2006 (France-Suisse). Saga de l’été – Fantastique – Thriller. Sorti en DVD.

Acteurs principaux : Delphine Chanéac (Laura Fontane) ; Sophie Duez (Ludmilla Rinaldi) ; Christophe Malavoy (Max Fontane) ; Yannick Soulier (Vincent Bellair).

Adapté de Laura ou l’Énigme des 22 lames de Jean-Luc Seigle.

Cette mini-série, je l’aurais attendue près de deux ans. Forcément, lors de la première diffusion j’avais des examens tôt le matin donc retour à la fac … Mais elle ne déçoit nullement mes attentes, au contraire.

Laura Fontane retourne voir sa famille pour leur annoncer son mariage très prochain avec Vincent, le neveu de la bête noire de son père, pour qui travaille son frère Mathieu – une source de tension constante dans la famille. Elle se retrouve confrontée à ce qu’elle croit fortement être la malédiction de sa famille: depuis son arrière-grand-mère, toutes les filles premières-nées ont connu une mort tragique durant leur vingt-sixième année, le 22 juillet. Et à chaque fois, on a trouvé près d’elle une carte de tarot, le Fou (ou Mât, ou Bouffon, selon les jeux). Laura va avoir 26 ans. Et en ce 1er juillet, une carte de tarot, la 1ère des majeures, le Bateleur, se matérialise presque sous ses yeux … elle sera suivi chaque jour par la carte suivante du jeu, l’amenant, elle en est persuadée, à la dernière et à son trépas.

J’adore le thème principal : le tarot divinatoire. Si j’aime déjà ce jeu dans ses aspects normaux, j’aime plus encore le jeu divinatoire, déjà pour une affection d’enfants des cartes en général, et ensuite pour son mystère et la multiplicité de ses jeux existants; dont un magnifique que j’ai acheté il y a des années, sur les dragons celtiques, et un autre en commande de Victoria Frances.

Bref ^^j’aime le tarot et j’aime la manière dont ils en exploitent les possibilités magiques dans cette mini-série. Laura regarde ou examine une ou plusieurs cartes et y distingue des éléments en rapport avec le passé lointain – la mort de sa mère qu’elle n’a pas connue – ou proche, celle de son frère. Ce fort côté de mystique et d’onirique me plaît tout particulièrement.

Léger bémol cependant, touche de noir légère dans ce beau tableau : les dialogues. Je n’en reproche pas le contenu ni la pertinence, mais à certain moments, ils sont trop « soutenus » pour être naturels. Un manque de naturel, en effet, parfois, même si j’apprécie le soutenu dans les dialogues pour certains personnages, ils sonnent à certains moments faux, artificiels.

De légers défauts, en effet, mais qui n’ôtent pas le charme de l’ensemble ^^ Si seulement cette mini-série pouvait repasser plus souvent !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s