Errements visuels

Tru Calling

Tru Calling : Compte à rebours. Série terminée. 26 épisodes (2 saisons de 42 min). 2003-2005 (USA) ; 2004-2005 (France). Fantastique. Sorti en DVD.

Acteurs principaux : Eliza Dushku (Tru Davies) ; Zach Galifianakis (Davis) ; Shawn Reaves (Harrison Davies).

Tru Davies vient de finir l’université et compte passer le concours d’entrée à l’école de médecine. Durant l’été, elle perd le poste espéré en hôpital et doit en prendre un autre dans une morgue. Lors de son premier soir de travail, une jeune femme morte se réveille subitement et  lui demande de l’aider. Sa journée revient de 24h en arrière, elle essaie de comprendre ce qui lui arrive et de retrouver la jeune femme. La demande se répétera très souvent, et touchera parfois des membres de sa famille et des amis.

Attention, comme j’évoque la totalité de la série, une saison et demie, cet article contient des spoilers !

Une série que j’adore, découverte comme bien d’autres dans la Trilogie du Samedi sur M6, au style surnaturel, dans la plus pure définition du terme,car il n’y a pas d’explications claires sur le pourquoi, le comment du don de Tru, si ce n’est qu’elle l’a hérité de sa mère.

La première saison montre les tentatives de Tru de vivre avec son nouveau don, changeant au passage tout ce qui s’est mal déroulé durant le premier jour (des vêtements chipés sous son nez dans un magasin, sa sœur renvoyée, son frère accusé de meurtre …). Elle essaie de comprendre d’où vient cette capacité, d’être crue par son frère et son ami Davis (à gauche de Tru sur la photo).

La saison 2 dévoile un « autre côté », des personnes ayant ou ayant eu le don d’être appelés par les morts, mais devant leur faire rencontrer ce destin. On sait juste que cela provient d’une « expérience de mort imminente », comme Jensen en fin de saison 2. Jensen qui agissait bizarrement, avait des impressions de déjà vu en répétant une journée et survécu à la mort grâce à Tru quelques épisodes plus tôt. Il s’en serait encore rapproché de Tru, aurait fini par partager son secret, mais quel choix aurait-il fait une fois approché par Jack ?

Si … si la série n’avait pas été supprimée en MILIEU de deuxième saison. Elle avait tellement à offrir avec la dualité à creuser avec Jensen, au lieu de ce final « tout le monde est gentil » de Noël qui ne résout strictement rien, même si l’enquête est intéressante, dénoncer le coupable d’un crime commis un an auparavant.

Un peu dommage aussi, la disparition de Meredith, la sœur de Tru (la plus à gauche de la première image), en cure de désintoxication fin première saison, et de Lindsay, sa meilleure amie (celle à droite), en voyage de noces, qui finalement n’auront été au courant de rien.

J’ai toujours un sentiment de déception en voyant la fin de la série, et de gâchis. Tellement de choses à développer, à mon sens ! Tellement de questions encore, et jamais de réponses.

Eliza Dushku, une fois encore, campe une héroïne géniale, convaincante, pleine de vie. On est loin de la sauvagerie impulsive de Faith ou de son personnage de Dollhouse, Tru est plus équilibrée et tente de mener une vie aussi normale que possible. J’aime beaucoup son frère, Harrison (à sa droite dans la première image), très drôle, très mignon ^^ Davis, son collègue et ami, a le chic pour faire des remarques étranges, comme de s’enquérir s’il s’agit bien de telle teinte de maquillage lors de l’entretien d’embauche de Tru … Jack, personnage masculin de la deuxième image, est aussi complexe que le père de Tru, qui reste un mystère passionnant que j’aurais beaucoup aimé élucider.

Les thèmes varient en fonction des épisodes (par exemple le dernier, sur Noël … honnêtement, on s’en serait passé!), comme le côté fête de promo, les cinq ans après la fin du lycée , un groupe d’étudiants en médecine qui s’adonne à des expériences de mort imminente pour retrouver des souvenirs passés, ou l’entrée de Tru à l’école de médecine dans la saison 2. Moi qui n’y comprends rien et m’y intéresse peu à la base, ces épisodes m’ont plu.

Même après avoir visionné cette série des dizaines de fois, je passe toujours un aussi bon moment en compagnie de Tru, même si chaque fois je reste déçue et triste de la fin. Le vocabulaire original n’est pas insurmontable, la série se veut grand public, même dans la plupart des épisodes sur la médecine. Je n’ai pas le souvenir d’une grande difficulté de compréhension ^^ mais de beaucoup de plaisir de visualisation !

2 commentaires sur “Tru Calling

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s