Au bord des mots, lectures sur un rocher

Through the Looking Glass and What Alice Found There

Lewis Carroll (auteur). 1871 (VO), 1992 (VO), 416 p. Norton.  Conte- Jeunesse. 10,55€. Livre lu en anglais.

Six mois se sont écoulés depuis qu’Alice a suivi le lapin blanc. Elle rêve en jouant avec un des chatons de Dinah et s’approche du miroir. Lorsqu’elle le touche, la plus curieuse des choses se produit : elle passe doucement au travers et débute une nouvelle aventure.

On retrouve l’écriture pleine d’humour et de légèreté de Carroll dans cette suite parue des années après Alice in Wonderland, mais juste six mois dans le récit.

Malheureusement, cette histoire m’a moins plue que la première, en partie parce qu’on n’a plus affaire à des cartes, mais à des reines et personnages de jeu d’échecs, que je n’aime pas du tout et ne comprends pas.

De plus, je n’aime pas le côté « Let’s pretend », faire semblant, qui donne l’impression qu’elle ne vit pas réellement cette aventure, contrairement au premier, où elle voit, poursuit le Lapin et tombe dans le terrier. Ça casse un peu la magie de l’œuvre.

Le passage sur les fleurs parlantes est charmant, mais si court ! L’humour et le vocabulaire relatifs aux insectes du monde du miroir m’ont beaucoup plu également. C’est très poétique, et agrémenté de très belles illustrations comme pour le premier volume, celles de Tenniel. Et si on croise le Chapelier Fou, le Chat m’a beaucoup manqué, malgré la pléthore de nouveaux personnages auxquels je n’ai pas spécialement accrochés.

Malgré des éléments que j’aime bien, c’est une histoire qui me plaît moins que la précédente.

C’est une lecture commune, dont voici les avis des autres Livraddictiens : Jelydragon, Mimilit.

6 commentaires sur “Through the Looking Glass and What Alice Found There

  1. Bop bop, dommage pour cette suite! jusqu’il y a peu, je ne savais même pas qu’elle existait :$
    J’ai du mal à saisir ce que tu veux dire par le  » côté « let’s pretend »…

    1. En fait Alice dit « Let’s pretend » avant de se lancer dans l’aventure. Pour moi ça donne un « côté » un peu faux, et diminue la part de rêve et d’impression de réalité que proposait le premier tome ! Je sais pas si je m’exprime bien (mais c’est bien de demander en tout cas^^)

  2. Je suis d’accord avec toi, le chat manque cruellement dans cette deuxième partie.
    C’est vrai que le parti prit est totalement différent ici, car le fait d’être dans un rêve est clairement énoncé. Pas de suspens. Mais ça ne m’a pas déplu!

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s