Au bord des mots, lectures sur un rocher

Le Dernier jardin, tome 1 : Ephémère

The Chemical Garden, book 1 : Wither. Lauren DeStefano (autrice). Tristan Lathière (traducteur). Lizzy Bromley (illustratrice). 2011 (VO, VF), 350 p. Castelmore. Jeunesse – Dystopie. 12,90€.

Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ?

Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L’humanité a cru voir son avenir assuré … jusqu’au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l’espèce.

A l’origine, je devais lire ce livre pour un ou plusieurs challenges ABC 2012. Mais on m’en disait tellement de bien, je trouvais la couverture tellement superbe, lorsque j’ai découvert que ma médiathèque l’avait acheté, je n’ai pas résisté.

Bon, j’avoue, une des premières remarques que je me suis faite a trait au prénom de l’héroïne. Je trouve que c’est laid, Rhine … c’est intéressant de le rattacher à un élément « ancien », comme elle aime la géographie, mais ça ne m’a pas plu.

La structure avec les flash-backs sur sa vie d’avant, et le mouvement d’un style huis clos progressif sont bien pensés : on passe de l’espace de la camionnette à la chambre, puis l’étage et enfin ce fameux jardin.

En fait, après ces réflexions maigres, j’ai eu beaucoup de mal à préparer ce billet. J’avais en tête une lecture qui avait tenu ses promesses, avec quelques bémols sur l’aspect romance. J’ai lu ce livre très vite, j’avais hâte d’en savoir le plus possible. Il risque d’y avoir un peu plus de spoilers que d’habitude, j’ai l’impression.

Mais. Et je me suis rendue compte en y repensant bien, il y a un gros mais. J’ai un mal fou à parler de l’univers développé par l’auteure, alors que c’est un aspect que j’ai toujours à cœur pour la science-fiction. J’ai l’impression qu’il ne m’a pas tant fascinée que ceux des autres dystopies que j’ai lues (Promise ou La Servante écarlate qui m’a laissée bouche bée il y a quelques mois – oui, un jour, il y aura un billet T__T – j’ai repensé à ce livre d’ailleurs pour la place des femmes peu enviables, même si les problèmes de cet univers sont bien différents).

J’étais plus intéressée par les personnages, Linden et Vaughn (oui, oui, Vaughn, j’expliquerai pourquoi exactement), qui ils sont, ce qu’ils sont capables de faire. Je ne suis pas sûre que Linden soit ce doux naïf qu’on nous dépeint.

Rhine … elle ne m’a vraiment pas tellement inspirée. Autant sa relation avec Linden ne m’a pas plue, avec l’emprisonnement, pas de notion de libre arbitre, la prétendue naïveté du jeune homme (non, je n’y crois pas), celle avec Gabriel m’a étonnée et m’a moins embêtée, même si elle rendait les choses plus compliquées.

J’ai beaucoup aimé le thème de la science présentée à la fois comme rédemptrice (possibilité d’antidote) et horreur (création du virus en premier lieu et possibilités qu’elle offre pour éliminer quelqu’un, comme Jenna, et donc tout ce que peut faire Vaughn, le père de Linden. Il amène à réfléchir sur les pseudo-bienfaits de la science et leurs conséquences.

C’est un livre qui se lit très vite, d’une écriture qui aiguise la curiosité (dans mon cas, moins d’une journée), mais j’ai l’impression que quelque chose m’a manqué. J’attendais un ultime retournement de situation finale qui n’est pas arrivé. Maintenant, en essayant de prendre du recul, je pense que je devais attendre quelque chose d’effrayant et de choquant qui est resté à l’état d’esquisse.

Je pense que je lirai la suite, pour comprendre l’ombre qu’est Vaughn, et la pseudo-lumière qu’est Linden. Je trouverai peut-être ce côté un peu « dark » qui m’a manqué ici, dans un univers qui je trouve s’y prêtait bien.

Et l’aspect sœurs épouses … je ne suis pas fan (après la série Sister Wives, vraiment pas), même si j’ai apprécié Jenna et l’amitié qui se noue entre Rhine et elle. Rose m’a plu également, c’est un personnage touchant qui tente de protéger Rhine, et on regrette sa perte car elle a l’air d’en savoir énormément sur ce qui se passe. J’ai été contente d’être surprise pour Cecily, à la fin, de le réaliser en même temps que Rhine et de ne pas l’avoir deviné avant. Un détail dont je me serais bien passée, en revanche : l’accouchement, que j’ai trouvé très détaillé (je suppose que c’est un élément important, mais je déteste vraiment lire sur ce sujet).

La caractéristique physique de Rhine est assez originale, mais je me demande si elle aura de l’importance dans le récit. C’est un peu décoratif, sinon, mais pourquoi pas.

Je suppose que j’attendais davantage du livre. Je ne saurais même pas dire si c’est une déception, parce qu’il me laisse vraiment dans le flou. J’ai aimé les pistes sur la science, mais pas tant les autres aspects, et l’évolution de la relation Rhine-Linden … m’est passé par-dessus la tête. J’espère un peu pour la suite, mais un peu moins que pour ce premier volume.

Nombre de tomes parus : 3 (série finie).

4 commentaires sur “Le Dernier jardin, tome 1 : Ephémère

  1. Je dirais même: un jour, PEUT-ETRE , on aura droit à un billet *héhé*
    Il a quand même l’air sympa ce livre. Je suis pas particulièrement portée histoires sombres ( menteuse! en vrai j’aime, mais j’aime aussi les histoires choupinou avec de l’amûr dedans) alors jpense que ça peut me plaire ^^

      1. Bouh, mais il ne demande qu’à être satisfait mon côté choupinou ^^ Je tenterai si je le trouve au CDI ( j’ai remarqué qu’ils avaient pas mal de nouveautés, en plus de bouquins universitaires très sérieux) ou à la bilio ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s