Au bord des mots, lectures sur un rocher

Les voies d’Anubis

The Anubis Gates. Tim Powers (auteur). Gérard Lebec (traducteur). Philippe Caza (illustrateur). 1983 (VO), 1986 (VF), 478 p. J’ai Lu (Science-fiction). Fantasy. 25 € (réédition Bragelone, superbe).

Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d’or? Comment deviner que l’attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ? Voyez plutôt: à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou … 

Bon, eh bien voilà ce fameux article qui attend depuis un an d’être publié. Je n’arrête pas de le repousser, mais comme c’est pour le challenge de Snow … allons-y. Cependant, j’ai peur que mon billet soit à l’image de mon sentiment de lecture : pas terrible.

Une lecture étrange, pour le moins foisonnante. L’auteur évoque beaucoup d’époques, de personnages. J’ai vite été perdue, surtout que certains changent de corps. Le livre est à la base écrit pour un public anglo-saxon -oui ça a l’air logique comme c’est un américain qui l’a écrit, mais en l’occurrence je le précise parce que le texte fait constamment référence à Byron ou Coleridge, des auteurs britanniques classiques. J’admets, j’ai fait des études d’anglais, mais je ne les connais pas très bien. Ce qui est sensé être connu voire universel, était franchement perdu là. Et au bout d’un moment, même en aimait la littérature, ça m’a vraiment ennuyée.

Le début annonçait une plongée dans les croyances égyptiennes, de la magie, et j’aurais bien voulu rester dans ces eaux-là. Je pense que j’aurais été sûrement moins perdue entre les diverses époques, références, personnages. J’ai vraiment eu l’impression que plusieurs histoires avaient été mélangées. Et en l’occurrence le mélange ne m’a pas convaincue.

J’ai détesté les passages avec le clown. Je n’aime vraiment pas les clowns, et celui là me donnait vraiment des sueurs froides, avec des histoires d’opérations chirurgicales sur mendiants, un peu glauques. Mais les références à la magie utilisée sont intéressantes. Je n’ai en revanche pas spécialement préféré de paragraphes ou de personnages (trop de trop tue le trop comme qui dirait, c’est un peu cliché mais c’est l’impression que j’ai eue). Cette impression d’accumulation, associée à ce mélanges de différentes époques, d’intrigues, m’a perdue et je n’ai vraiment pas aimé cette lecture.

Mon sentiment d’ensemble est surtout l’incompréhension, avec une dose de négativité (si j’avais un prix citron, il trouverait sa place ici). Et c’est dommage, car le pitch de base me passionnait (enfin, sur l’Egypte).

4 commentaires sur “Les voies d’Anubis

  1. Ca a l’air… bizarre! J’y connais rien en SF, et je pense que je commencerai pas ma découverte par une lecture comme ça!
    question: prix citron?? O.o

    1. En fait c’est quelque chose dont ils parlent à Roland-Garros T__T j’ai des références bizarres lol. Apparemment, c’était aussi les sportifs en général de la part des médias. Là, à RG, ce sont les joueurs qui ont un peu mauvais caractère, qui déçoivent. Là en l’occurrence c’est la déception quoi.
      Je ne pourrais pas te le conseiller lol.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s