Lecture sur un rocher

The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society

Mary Ann Shaffer et Annie Barrows (autrices). 2008, 360 p. Bloomsbury. Contemporaine  – Épistolaire. Livre lu en anglais.

Londres, 1946. Juliet, une jeune romancière, cherche une nouvelle idée de roman. Un beau jour, une lettre arrive. Un habitant de l’île de Guernesey a acheté un de ses anciens livres et demande si elle peut lui parler de l’auteur, l’île étant encore très coupée du reste du monde. S’ensuit une correspondance pleine de charme qui s’étend aux amis de la jeune femme et aux autres habitants.

Je ne m’attendais pas à ce que ce soit centré sur la littérature classique britannique mais aussi l’Histoire, avec l’occupation nazie. Je ne connais pas du tout Guernesey, j’ai adoré découvrir cette île ici.

L’écriture est pleine de charme, on découvre au début la vie à Londres en 1946, un peu de mode et de culture avec Juliet et Mark, mais surtout la détresse et la difficulté de vivre dans l’immédiate après-guerre avec les incertitudes, comme pour Elizabeth, ou comment se comporter avec les survivants. Ce personnage m’a fascinée, comme pour Juliet, qui m’a charmée aussi.

Les personnages en général m’ont vraiment paru parfaits, j’ai adoré les découvrir se dévoiler par lettre, même s’il est toujours étrange de voir les confidences faites à des étrangers. J’ai adoré celles de Grandma Pheen et ce qui résulte de leur découverte ! Les relations sont décrites avec subtilité et douceur.

Il y a beaucoup d’humour. « You can buy my silence with torrid details, you know » (Tu peux acheter mon silence avec des détails torrides, tu sais ; c’est connu, mais ça a bien marché) ; « Will gave me The Beginner’s Book for Girl Guide. It was just the thing : the writer assumes you know nothing about cooking and give useful hints : <<When adding eggs, break the shells>> » (Will m’a donné Le Guide Débutant des Filles. C’était parfait : l’auteur suppose que tu ne sais rien du tout en cuisine et te donne des conseils très utiles : « Quand tu ajoutes des oeufs, casse les coquilles »). Moins d’humour mais une citation très belle de Shakespeare : « The bright day is done, and we are for the dark » (Le jour lumineux s’est achevé, et nous sommes destinés aux ténèbres).

J’ai eu un peu peur pour l’aspect épistolaire (comme j’ai toujours eu du mal avec les livres de ce genre), mais il m’a charmée. J’ai trouvé que l’anglais ne posait pas de problèmes. La romance est délicate, progressive, et m’a séduite aussi. Une magnifique surprise.

11 commentaires sur “The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society

  1. Je l’avais lu aussi en français, ça m’avait pas empêché d’adorer!
    En anglais ça a l’air bien sympa aussi ^^
    J’étais toute 😀 😀 à la fin, même

  2. C’est Sandrine 😉 J’ai beaucoup aimé ce livre =) Et j’ai appris récemment qu’il allait être adapté prochainement au cinéma. Dans le rôle de l’héroïne, on retrouvera d’après les rumeurs Kate Winslet !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.