Au bord des mots, lectures sur un rocher

Charlotte et Thomas Pitt, tome 1 : L’étrangleur de Cater Street

The Cater Street Hangman. Anne Perry (autrice). 1979 (VO), 2002 (VF), 382 p. 10/18 (Grands Détectives). Policier – Histoire. 7,50€.

Charlotte est la cadette d’une famille bourgeoise en pleine Angleterre victorienne. Elle a un caractère vif, peut s’emporter, mais est d’une grande franchise. Un jour, une petite bonne est étranglée dans la rue non loin de la maison et un inspecteur de police, Thomas Pitt, entre dans sa vie.

Coup de cœur ! Pour Charlotte, sa personnalité volontaire et indépendante dans un univers victorien qui n’accueille pas celle-ci d’un bon œil, cet univers, la manière dont l’enquête est menée. Charlotte est une héroïne bien campée, j’ai bien aimé l’humour et ses petites touches. Sa tolérance pour les classes inférieures ajoute d’autant plus à son côté sympathique.

Même si j’avais une bonne idée de la direction du meurtrier, le mystère tient bien. On est plus dans les interrogations et réflexions de Thomas que les investigations physiques (peut-être juste parce que c’est le début?).

L’aspect victorien est bien abordé, même s’il a des côtés profondément énervants : « les hommes font ce qu’ils veulent, les femmes se taisent / se tassent ». C’est à se retourner les sangs ! Surtout quand on voit les personnages masculins du livres, à part Thomas, ce sont de vraies saletés ! Paradoxalement, il est au bas de l’échelle et de la considération, mais au-dessus du père et du beau-frère de Charlotte, moralement parlant. Emily aussi agace pas mal pour son égoïsme, pas autant que les hommes, dans un domaine différent.

Mais le pire personnage reste la grand-mère, persuadée que ces normes sont parfaites et en tirant une immense dignité … « Demander à un homme de ne pas fauter en trente ans de mariage était impensable. N’importe quelle femme savait cela. On acceptait cet état de choses, on le supportait avec courage, et surtout avec dignité ». Mais bien sûûûûr ! Je me demande ce qu’elle dira en apprenant pour Charlotte et Thomas !

J’ai beaucoup aimé voir abordé le thème du péché à cette époque (même si c’est énervant aussi ^^;), tout comme les récits de Thomas sur la délinquance. De même, l’écriture attentive, descriptive, précise. Et puis j’avoue, la couverture.

C’est presque plus un roman de mœurs qu’une intrigue policière, mais ce mélange m’a séduite. J’ai été très étonnée à la mort de Sarah, il est rare de voir tuer un personnage important dès le début d’une série, ce qui a un aspect très plaisant, surprenant.

C’est une très agréable surprise, et qui pousse dans bien des domaines à la réflexion.

Nombre de tomes parus (série en cours) : 31.

Tome 2 : Le mystère de Callander Square.

10 commentaires sur “Charlotte et Thomas Pitt, tome 1 : L’étrangleur de Cater Street

  1. C’est vrai que pour nous femmes modernes, la façon dont les hommes se comportent et les femmes doivent se tenir est ulcérant ! En tout cas, j’ai beaucoup aimé ce premier tome et les personnages d’Elizabeth et Thomas. J’ai juste trouvé la fin un peu trop rapide.

    1. Arg oui, j’ai cru devenir dingue devant cette différence ! La fin m’a plu, mais le second tome m’a déçue :/ (je dois avoir le billet quelque part dans les cartons 😛 )

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s