La peau de César

Auteur : René Barjavel.

Illustrateur : Gérard Failly.

Nombre de pages : 242.

Première parution : 1985. Cette édition : 1998.

Éditeur : Folio.

Genre : Policier.

Prix : 5,95€ (édition de 1998).

Résumé : Une lettre anonyme vient d’arriver au commissariat : Ce soir, les conjurés tueront vraiment César. Et Faucon, l’acteur célèbre et adulé, trouve la mort sur scène, devant plusieurs milliers de spectateurs et encore davantage de téléspectateurs. Il a été frappé par un conjuré, mais lequel ? Brutus ? Mais Brutus non plus ne se relève pas à la deuxième représentation  …

Lecture en commun avec Melisende ^^

C’est une lecture surprenante, tout ce que j’aime. Je ressens rarement ce sentiment de perfection, de tout adorer dans une lecture.

Le détective est attachant, le crime touche à l’univers du théâtre (Jules César de Shakespeare), jusqu’à se dérouler sur scène pendant l’assassinat du personnage (comme dans Witness in Death de Nora Roberts ; j’ai d’ailleurs eu très peur qu’elle ait emprunté son intrigue à Barjavel mais non, heureusement !), beaucoup de petites touches d’humour.

J’ai adoré.

J’ai adoré avoir compris le mobile mais me tromper sur l’assassin, que l’intrigue ne soit pas prévisible. J’ai adoré détester la victime, découvrir ce que ce salaud avait l’habitude de faire, et plaindre et apprécier le meurtrier. Le paradoxe était très bien construit.

Quelques petits points négatifs : le personnage qui apporte le témoignage / la preuve n’est pas sur place et il est difficile de deviner par soi-même l’identité du meurtrier. C’est quelque chose que j’aime beaucoup faire et un exercice que je suis habituée à tenter avec plus ou moins de succès grâce à Agatha Christie, et qui ici était difficilement faisable.

Autre légère déception : un manque de présence féminine. Si la mère de la jeune fille est intéressante, des deux actrices interrogées, celle qui passe son temps à tromper son mari est un peu présente, mais l’autre, qui est la propre (ex) femme de la victime, s’exprime peut-être deux fois dans tout le livre ! Il aurait été intéressant d’avoir au moins sa déposition.

Un détail qui ajoute au plaisir de lecture : les chapitres sont courts, la lecture est bien aérée, donc encore plus agréable.

La peau de César est donc un coup de cœur, qui me décide à lire le reste des œuvres de Barjavel ^^

3 réflexions sur “La peau de César

  1. C’est ce que je préfère dans les lectures communes, qu’on s’attarde sur des points différents, qu’on ne repère pas les mêmes choses !

    Tu as peut-être raison, il est difficile de deviner qui est le meurtrier. Je n’avais pas vu les choses comme ça et comme je suis nulle pour découvrir le coupable lorsque je lis un livre du genre, je me suis dit qu’une fois de plus, ça venait de moi ! :p

    Je suis vraiment super super super contente que tu aies aimé un Barjavel ! ça me fait toujours chaud au coeur quand quelqu’un apprécie un livre de mon chouchou ! Et si tu as envie de découvrir un autre livre de sa biblio, qui est dans ma PAL, n’hésite pas ! 🙂

    • Tiens, j’aurais pensé que tu les avais tous lus :p Je n’en ai aucun dans ma PAL pour l’instant, mais je crois que La nuit des temps est dans le Baby SF et il est facilement trouvable en médiathèque …
      Meuh non, je suis sûre que tu n’es pas nulle pour débusquer les criminels :p

  2. Pingback: La Peau de César de René BARJAVEL | Bazar de la Littérature

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s