Au bord des mots, lectures sur un rocher

Cave canem

Danila Comastri Montanari (autrice). Nathalie Bauer (traductrice). 2001 (VO), 2005 (VF), 251 p.  10/18 (Grands détectives). Policier. 4,13€.

Dans la Rome antique du Ier siècle après Jésus-Christ, le sénateur Publius Aurélius Statius, nourrit une insatiable curiosité pour les énigmes. Epicurien convaincu, ce séducteur impénitent n’hésite pas à mettre son intuition au service de ses amis pour déjouer crimes, vengeances et complots. Secondé par Castor, un esclave aussi rusé qu’insolent, et par l’excentrique Pomponia, il promène sa toge blanche dans l’intimité d’une pax romana pas si paisible que ça. Parti pour quelques jours de vacances chez un riche ami pisciculteur, Publius Aurélius arrive dans une maisonnée en deuil : le corps sans vie du fils aîné vient d’être repêché dans le bassin des murènes. Au sein de cette famille gangrenée par les secrets et les rancœurs, Aurélius pressent que le crime a un parfum de vengeance…

J’attendais beaucoup de ce récit. J’espérais une superbe atmosphère antique, pleine de détails sur Rome, des termes latins, une plongée dans la culture de l’époque et un rappel constant de mes cours de lycée et de fac.

J’espérais aussi une bonne enquête policière, un whodunit de style classique, huis-clos, tant et tant de personnage, l’un d’eux est forcément l’assassin, on découvre des indices et des pistes, et on peut trouver le criminel par soi-même.

Le premier aspect m’a plutôt bien convenu. J’ai seulement remarqué que je ne me rappelais pas bien de mes cours de vocabulaire et de civilisation, ce qui m’a un peu agacée ^^;

Mais j’ai trouvé que le second pêchait … je ne suis jamais entrée dans l’enquête. Il y a à mon sens trop de détail, pas d’équilibre entre les deux aspects. Les pistes sont trop nombreuses – on envisage effectivement tout le monde -, elles sont vraies, fausses, abandonnées, je n’ai pas réussi à suivre, et le déroulement de l’enquête m’a donc déçue.

J’ai aimé le fait que chaque chapitre s’ouvre sur une précision temporelle, en année Ab Urbe Condita (depuis la fondation de Rome) et chrétienne, et notation romaine (ides, calendes de novembre). On est placé dès le début dans cette belle atmosphère antique que Danila Comastri Montanari recrée plutôt bien.

Cependant, un « détail » qui ne m’a vraiment pas plu : le vocabulaire latin (en italique, ce qui est plaisant) est regroupé dans un glossaire en fin d’ouvrage. Je n’aime pas ce type de présentation, je préfère de beaucoup les notes en bas de page – ça m’évite aussi de rechercher à chaque fois la page correspondante juste pour la traduction d’ancilla que, comme une nouille, j’ai oubliée.

J’ai beaucoup apprécié l’enjeu supplémentaire lorsqu’on soupçonne un esclave : si c’est effectivement le cas, s’il a commis le crime, tous les serviteurs de la maison seront exécutés.

La résolution finale est effectivement surprenante, mais ne m’a pas laissé grand plaisir car trop difficile à découvrir. De plus, j’avais du mal à ne pas m’emmêler les pinceaux avec le premier fils, le deuxième, la femme du premier, la fille de la femme du premier fils qui l’a eue d’un premier mariage …

Les dossiers de fin d’ouvrage sont particulièrement intéressants, avec l’état romain à l’époque de Publius Aurélius, le calendrier romain, le statut d’esclave. Des précisions géographiques qui suivent m’ont moins plu (comme sur le lac d’Averne), ou les plantes et animaux des jardins, la pisciculture, les machines antiques. Ils terminent ce récit sur une note décevante en général, malheureusement.

Nombre de tomes parus : 17 (série en cours).

6 commentaires sur “Cave canem

  1. J’ai entendu parler de ce livre par ma sœur qui aime beaucoup le policier et le latin, mais ça ne m’a jamais vraiment tenté… Je crois que je ne suis pas forcément une grande grande fana de lectures historiques en soi, même si j’ai quelques périodes où j’en lis volontiers ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s