Les Séries télé pour les Nuls

Auteur : Marjolaine Boutet.

Nombre de pages : 348.

Parution : 2009.

Éditeur : First (Collection : Pour les Nuls).

Genre : Séries.

Prix : 22,90€.

Résumé éditeurPetit, vous avez adoré Steve McQueen dans Au nom de la loi et le générique de Starsky et Hutch vous met toujours en transe? Vous êtes fan des Soprano, de Buffy, des Experts, des Desperate Housewives, de Nip/Tuck et vous n’en loupez pas un épisode? Vous êtes parent(s) et vous vous demandez pourquoi vos enfants sont scotchés devant l’écran à regarder telle(s) série(s) télé?

Judiciaires, médicales, drôles, fantastiques, osées, noires, décalées, futuristes ou familiales… Créatives, variées, souvent hautes en couleur, les séries télévisées, miroirs de nos sociétés, sont désormais devenues un genre à part entière, et ce depuis de nombreuses années.

Pourquoi y a-t-il un tel engouement pour certaines séries et pourquoi sont-elles reconnues aujourd’hui ? Qui les écrit, qui les filme, qui y tient les premiers et seconds rôles? Qui les commande et qui les achète? De quels sujets traitent-elles et pourquoi? Comment ont-elles évolué? Quels sont les chefs-d’oeuvre du genre? Quels sont les acteurs et créateurs à connaître absolument? Et par où commencer ?

Cet ouvrage de référence a pour but de décrypter les séries télévisées, d’en offrir un panorama par genres et par époques, ainsi qu’une perspective historique, technique et critique.

J’avais une petite appréhension en débutant cette lecture. Déjà, à cause de la collection, parce que les Pour les Nuls ne sont pas forcément gage de qualité. J’ai déjà entendu des critiques sur La Culture générale pour les Nuls et L’allemand pour les Nuls est pour moi mal fait. Le résultat dépend donc de l’auteur, que je ne connaissais pas ! Je ne connais que Martin Winckler sur ce thème, et j’ai passé un excellent moment avec un de ses livres il y a quelques semaines.

Et au final, ça s’est super bien passé. Marjolaine Boutet a cette petite touche d’humour, en plus de l’érudition qu’on attend dans cette collection. Elle raconte aussi très bien les histoires et donne envie de se lancer dans énormément de séries.

Une légère déception : une fois encore, on reste dans les américaines. Elle met en parallèle le « paradis » des séries que sont les States, avec la situation très différente de la France, parle de la manière de faire les séries dans les deux pays, et les nombreux genres qu’on y trouve, avec quelques exemples britanniques. J’ai envie de découvrir des séries d’origines nouvelles, espagnoles, italiennes, russes, que sais-je …. Mais ce n’est pas avec cette lecture qu’on peut le faire.

On plonge davantage dans les aspects techniques qu’avec le Librio de Winckler. J’ai enfin compris ce qu’était un network américain (c’est le genre de mot qui me fuit^^) et je me suis rendue compte de l’existence des quatre fuseaux horaires et des différences d’heures, je n’y avais jamais pensé. L’aspect « cuisine » sur la fabrication des séries est très développé ici et j’ai vraiment accroché à ce chapitre, comme je m’y connaissais peu. Par exemple, le Mipcom, « une sorte de foire internationale des programmes télévisés », où chaque pays peut acheter des séries étrangères, je n’avais jamais entendu ce terme.

On ne coupe pas à une historique du phénomène, mais c’est plaisant aussi, surtout avec les petites anecdotes proposées par l’auteur (pourquoi le code Hays interdisait-il de montrer des nombrils féminins à l’antenne, par exemple).

Cette lecture m’a rappelé certains visionnages, pas forcément très bon, et quelques fous rires : « […] le justicier qui parcourt le pays de ville en ville en quête de rédemption et fait le bien partout où il passe brièvement est une figure récurrente qui a donné lieu à de très nombreuses séries (des bonnes comme Le Caméléon [un excellent souvenir, d’ailleurs], et des mauvaises comme Le Rebelle, cf. TF1 un samedi en début d’après-midi… ». Oui oui, je m’en souviens, de cette série, que je ne supportais pas ^^

Une autre remarque dans laquelle je me suis reconnue : une critique de TF1 et France 2, pas fichus de diffuser des épisodes dans l’ordre ou avec des doublages corrects … Ou accessoirement, pas fichus de proposer la VO. Ils n’étaient pas sensés le faire avec l’arrivée de la TNT, non ? Ne vous étonnez pas que je ne regarde plus la télévision française. Je ne SUPPORTE pas les doublages, et si les chaînes ne peuvent pas faire un minimum et proposer un choix de langues, ce sera sans moi. Vu ce que je « dévore » en série chaque mois, c’est vraiment leur perte !

J’ai été ravie de voir un peu développé Doctor Who dans un livre, mais il l’est encore peu resté à mon goût. Donc il faudra que j’en lise davantage. Que je regarde la saison 5, ce serait une bonne idée aussi ! (Mais j’ai adoré les quatre premières, j’ai du mal à m’y remettre) !.

J’ai été un peu étonnée du « tiroir » dans lequel a été rangé Buffy : dark fantasy. J’ai tellement l’habitude de le classer en fantastique, et je vois assez difficilement des vampires en fantasy … Mais ça sonne très bien ainsi ! J’ai retrouvé avec plaisir dans ce chapitre Tru Calling, une série chouchou avec Eliza Dushku, même si je relève une petite erreur : elle n’a pas été arrêtée à la fin de sa deuxième saison. Elle a été arrêtée en milieu de saison 2, sans vraie fin …

Un chapitre est consacré aux séries historiques, ce qui m’a plu également.

Les idées séries que j’ai eues avec ce livre : To Die For (plutôt un film, sur l’envers du décor des chaînes locales) ; Studio 60 on the Sunset Strip (dans les coulisses d’un show télévisé) ; Twin Peaks ; Family Ties (pour voir un Michael J.Fox républicain et reaganiste  s’opposant à des parents hippies ! ^^) ; Seinfeld ; Spin City (toujours pour Michael J.Fox … un jour, il faudra que j’avoue à quel point je suis fan ^^) ; 30 Rock ; New York District ; Damages ; Les Soprano ; Dexter ; Chicago Hope (je ne suis pas fan des séries médicales, mais il y a Mandy Patinkin dans la première saison. Inigo. Que j’adore) ; Ghost Whisperer.

6 réflexions sur “Les Séries télé pour les Nuls

  1. Je ne supporte pas non plus les doublages et quand je regarde une série en VF c’est vraiment pour faire plaisir à ma famille. Mais le plus souvent ça ne se produit même pas parce que comme j’achète mes DVDs au Royaume-Uni, il n’ y a même pas de VF dispo.

    Anybref, ça peut être sympa comme lecture, cela-dit, je suis plus séries britanniques que américaines. Or je n’ai pas l’impression qu’il en soit trop question dans cet ouvrage même si apparemment elles sont brièvement évoquées :/ Tu confirmes ?

    • Brièvement. Un peu de Doctor Who, mais juste un peu, et pas de Sherlock (ou c’est normal parce que c’est trop récent?). C’est surtout une comparaison USA / France.
      J’ai encore Sériescopie sur le sujet. Si elle aborde plus de séries britanniques, je te tiendrai au courant ^^
      Personne ne supporte les séries dans ma famille, donc ça simplifie les choses ^^; Ça m’a juste embêtée pour Gilmore Girls, je pensais que ma mère pourrait apprécier, mais y a même pas la VF sur tous les coffrets O_O

      • Il ne parle même pas de Sherlock Holmes granada avec Jeremy Brett, qui est quand même un pilier de la série télé UK ? Et Black Books, The last enemy, Merlin, et tous les autres ?

        Bon, j’attends ton avis sur Seriescopie alors.

        • Tu as six pages spécialement centrées sur le Royaume-Uni, mais ce sont essentiellement des séries anciennes qui sont mentionnées. Moffat fait partie des dix auteurs à connaître. Mais de mémoire et à vue du sommaire, j’ai pas l’impression qu’il y ait grand-chose de plus …

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s