Petite musique de nuit

Lumière noire

Ycare (Assane Attye, chant). Pop rock, 2011.

1) Schizophrène ; 2) Lap Dance ; 3) J’me fous d’Hélène ; 4) Une vie ; 5) S.E.EX ; 6) Le canard rose ; 7) Confession ; 8) Vite fait (duo avec Zula) ; 9) Rue Princesse ; 10) Un peu plus loin de toi ; 11) Interlude à Christel ; 12) Le rideau bleu ; 13) Les imbéciles heureux.

Ycare, Mickael Furnon (1), Christine Roy (5), Christophe Emion (5), Laurent Lamarca (6,9), Frederik Rubens (8,9, 10) (compositeurs). Sony Jive Epic (label). Au bord du monde, La Somone (autres albums d’Ycare).

Deuxième album d’Ycare, mon chouchou de la saison 2008 de Nouvelle Star. S’il est sorti en 2011, j’ai néanmoins attendu Noël dernier pour le me faire offrir (je voulais l’acheter en allant au concert l’année de sa sortie, mais aucun achat n’était possible sur place, ce qui m’avait déçue). Au final, je suis ravie de ce cadeau. Je l’ai adopté presque tout de suite en CD-pour-la-voiture (on ne rit pas, cette catégorie est toute récente pour moi).

Un des premiers points qu’on peut souligner tout de suite avec Ycare, ce sont ses textes. Pour la grande majorité, j’adore ses paroles, les images qu’il propose, qu’ils fassent rire (Le canard rose), réfléchir ou attristent (Une vie). Sur cet album, j’aime particulièrement la fréquence des images sur le paradis, les anges.

Schizophrène me plaît énormément. Il m’arrive de zapper les deux dernières pour repasser directement à celle-ci. Le thème, entre autres, mais aussi la musique a un côté espiègle, comme dans les textes et la voix d’Ycare.

Je suis moins fan de Lap Dance. Peut-être parce que je l’ai beaucoup entendue avant, mais aussi parce que je trouve que pour une fois, le texte n’est pas aussi réussi, ou alors que pour comprendre il faut aller chercher loin. Même si j’aime certaines paroles (« assassinant le suspense ») et que je ne m’empêche pas de la chanter à tue-tête aussi, justement, à cause de la sonorité des paroles, je ne la mettrai pas en route de moi-même, comme Schizophrène.

J’me fous d’Hélène a un côté un hypnotique, on se noie dans les paroles (fou/flou), j’aime le « vernis écaillé », le « poison des sirènes », les « sourires infidèles » …

Une vie est la chanson que je préfère de l’album, avec Schizophrène. Autant celle de Raphaël (c’était lui? je ne suis plus très sûre) sur le même thème, une vie qui défile, qui se raconte, m’avait prodigieusement énervée, autant je fonds à chaque fois pour celle d’Ycare. Peut-être que les images me parlent plus, le côté rêveur, le livre qui disparaît, l’escapade dans les nuages, le fait d’être bourré la veille d’examens (non, même pas de vécu), le petit clin d’oeil à Amandine et Benjamin. J’adore aussi le fait qu’il n’ait pas hésité à utiliser des jurons. Ca ancre cette chanson beaucoup plus dans le réel, à mon sens. Et puis, il y a aussi sa voix, ici plus proche du Sprechgesang que de la chanson à proprement parler, ce que j’adore, on sent qu’il raconte une histoire, et je peux la chanter en même temps, un élément que j’adore.

S.E.EX a une mélodie qui m’emporte un peu comme J’me fous d’Hélène. Certaines paroles me frappent particulièrement, comme sur l’enfer, la lune, les étoiles.

Le Canard rose me fait rire, mais le texte me plaît moins. J’aime moins les paroles et les images que S.E.EX.

Confession a un thème angélique que j’adore. Ycare y dégomme le Prince charmant (sauf s’il ressemble à Philippe de La Belle au Bois dormant, là je ne suis pas d’accord ! 😛 ), la banquise, les anges … avec une espièglerie proche de Schizophrène, qui me fait rire, et une petite mélodie très plaisante. Une chanson dont je ne me lasse pas !

Vite fait donne à découvrir la voix de Zula, qui me plaît bien. J’aime la manière dont leurs voix se répondent, leur aspect un peu complémentaire. Les paroles, entre dîner et châtiment, pointent juste en matière de rimes à mes yeux.

Rue Princesse ne me passionne pas. Je ne saisis pas vraiment le texte ou ses références, la mélodie ne m’enchante pas particulièrement.

Un peu plus loin de toi est l’exception à la règle : c’est la musique puissante et lancinante qui m’emporte, les paroles, moins.

Interlude à Christel, j’avoue, me rend un peu jalouse. Je ne m’appelle pas Christelle, mais j’en connais une, et j’aurais bien aimé qu’il chante une si jolie chanson avec mon prénom (je déteste celle qui existe déjà avec ! ^^;)

Le rideau bleu, où la musique disparait pour laisser place à la voix envoûtante d’Ycare, qui y prend toute la place, et laisse libre cours à ces paroles ensorcelantes.

Les imbéciles heureux est mignonne, sur « les plus heureux des morts ». Elle a un côté doux et léger, même si elle parle de cimetière aussi. Le rythme est un peu haché, mais elle se laisse écouter sans problèmes.

Petit détail : j’aime beaucoup la couverture, avec son mélange de bleu vert et rose doux, Ycare dans une baignoire, frais et un peu délirant.

Un album que je prends beaucoup de plaisir à écouter. J’attends le suivant.

6 commentaires sur “Lumière noire

  1. J’ai jamais écouté Ycare, mais je suis vraiment pas une adepte des chansons en français, quel que soit leur genre, du coup ça m’attire pas des masses…
    Néanmoins ta manière de parler du CD est impressionnante, je pourrais pas! ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s