Au bord des mots, lectures sur un rocher

La Fabrique de best-sellers

Anonyme. 2008, 112 p. Porc-Epic (Les manuels impertinents). Contemporaine. 3€.

Vision effrayante d’une France en 2022 où la culture est nationalisée, les grands auteurs et tous ceux du passé interdits, à part quelques exceptions, ceux de l’Etat : Lars Mévy, Anna Flagada, Amélie Rotonde, etc. Les bibliothèques sont interdites d’accès, à part aux auteurs de l’état qui font des recherches, comme le jeune homme du récit qui reçoit une commande du Ministre pour un livre sur le mariage.

2022. Sous le vingtennat de Ricola Narkozy, de grandes transformations ont été apportées au pays. Le bonheur est obligatoire, aux conditions du gouvernement. L’écriture est autorisée, mais pas la lecture. Apparente contradiction, mais qui n’est pas celle de tous, un éditeur et un révolutionnaire entre autres, tentent de préserver la liberté et la littérature.

C’est un fascinant petit livre où la littérature commerciale, portée par les politiques a fait presque disparaître ce qui en vaut la peine. C’est fascinant parce que c’est court, ça va droit au but, c’est plein d’humour et plausible, vu l’intérêt que les politiques portent à la littérature (bien de consommation – lecture avant l’élection présidentielle !). Marquée et apeurée par le fait que les bibliothèques se sont fermées au public et disponibles uniquement aux écrivains du Ministère pour leurs recherches (les seuls écrivains autorisés). La culture est retirée au peuple, qui ne peut plus réfléchir car on leur en retire jusqu’au mot pour comprendre la situation et se rebeller. Des mots sont retirés des dictionnaires et interdits d’écrire.

Les jeux de mots sont sympathiques, omniprésents, sur les noms propres.

On suit un écrivain du Ministère pour son premier travail, entre les directives, conditions de travail et promotion. En parallèle, l’éditeur et le révolutionnaire préparent une opération de grande envergure pour sauver la culture et la liberté de lire et d’écrire.

Peinture assez inquiétante et fascinante d’un futur pas si lointain et improbable qu’on pourrait le croire. La littérature est très importante, mais pas juste celle fournie par le Ministère, la liberté de choix relative.

Je ne me suis pas attachée aux personnages, sinon, plutôt aux jeux de mots, et j’ai juste suivi Victor, l’écrivain, plutôt l’univers.

2 commentaires sur “La Fabrique de best-sellers

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s