Symfonia, tome 2 : L’Orchestre de l’Atome

Auteur : Manon Toulemont.

Illustrateur : Lawrence Manning.

Nombre de pages : 387.

Parution : 2013.

Éditeur : Éditions du Rocher.

Genre: Fantastique.

Prix: 22€.

Le site du livre.

Résumé La Symfonia : entité puissante et mystérieuse à l’origine de tous les phénomènes surnaturels de notre monde. Réfutée par la Science, méconnue du grand public, elle attise cependant la curiosité et la convoitise d’une poignée d’hommes… pour le meilleur, aussi bien que pour le pire. Ainsi, en Allemagne, l’organisation Dragon Rouge, spécialisée dans le recrutement et l’utilisation de tueurs à gages très particuliers. On y rencontre Pacôme Sycomore, vampire mélancolique et tyrannisé par ses pulsions, ou Ange d’Orypan, sirène à la beauté diabolique et à l’intelligence acérée. En échange d’un droit d’asile et de protection, ils exécutent les cibles qu’on leur désigne afin de s’en nourrir, semant ainsi la terreur dans le pays et rivalisant de sauvagerie dans leurs crimes.

A des lieues de là, dans les profondeurs de la forêt de Brocéliande, le professeur Henri Tubert rêve d’une soéciété où les êtres surnaturels et les individus normaux se côtoieraient en toute harmonie. Dans ce but il a fondé l’institut Evnôm, établissement où l’on peut croiser la sorcière Alice Sycomore, soeur cadette de Pacôme dont elle a été brutalement séparée, le télépathe Joseph Lognes, autre connaissance du vampire avec lequel il conserve une connexion mentale fortuite, ainsi que l’enchanteresse Olympe Chevallier, qui apprend à maîtriser ses pouvoirs souvent incontrôlables dans l’espoir de bientôt réintégrer la société ordinaire.

Pour l’heure, Dragon Rouge et Evnôm ignorent chacun l’existence de l’autre, se croyant protégés par leur anonymat. Mais une force nouvelle vient d’entrer en action, et ces deux univers si opposés semblent soudain destinés à se rencontrer … au risque de modifier le cours de l’Histoire.

Aah, merci, merci, merci à Manon Toulemont ! Avant tout, de m’avoir tenue informée de l’évolution dans la publication de ce deuxième tome, puis de me l’avoir si gracieusement envoyé, et enfin, bien sûr, d’avoir écrit un roman qui m’a transportée, une fois encore !

Qu’elle a été longue, l’attente ! J’avais aussi très peur de ne pas avoir le roman dans les mains, au final … J’ai eu le privilège d’avoir une petite surprise en prime : une dédicace d’Ange lui-même, über cute Ange qui m’avait fait rêver dès l’Ouverture, et qui m’a occasionné nombre de papillons à l’estomac … Et puis un petit mot de la gentille auteur ^^

J’avoue que je ne me rappelais pas très bien des évènements du premier tome, mais si on n’entre pas trop dans les détails, on n’est pas perdu non plus, ce qui m’a déjà plu et laissée sur une bonne impression.

Ça, et après le fait qu’après une mise en bouche intelligente avec une présentation des personnages par fiche de recherche (dans le style de criminels) avec leur signes particuliers (parfait pour se rappeler des dons des personnages) et des détails biographiques et physiques (avec une petite surprise déjà), un point sur ce qu’est la Symfonia et les différents types de magies (dont j’avais grand besoin, et qui était clairement expliqué), l’auteure a eu la gentillesse / le flair de débuter le roman à mon plus grand plaisir par le point de vue d’Ange.

(Sérieusement, vous vous en doutiez, pour que je sois aussi enthousiaste.)

Ange qui se trouve donc à Dragon Rouge, cette mystérieuse organisation, avec Pacôme et d’autres prédateurs que l’on découvre, ainsi qu’un humain, militaire, qui essaie de les gérer, ce qui est loin d’être facile. Le récit alterne avec des personnages connus : Olympe, Joseph, et Alice, la sœur de Pacôme, tous les trois dans une étrange école, à découvrir la Symfonia, source de leurs pouvoirs, et ses secrets. Magie qui a été théorisée par un certain Luther Läke. Je pensais qu’il resterait peut-être narrateur via des extraits de son livre, mais on le découvre bel et bien en chair et en os, tout à sa passion de ses recherches sur la Symfonia, et qui cherche à rencontrer d’autres personnes en étant douées …

Tout cela forme un roman très complet – même si oui, ok, j’avoue, je n’aurais pas râlé sur un volume entièrement consacré à Ange. Que voulez-vous, on est focalisée ou pas.

Il y a beaucoup de personnages, mais je n’ai pas trouvé qu’on s’y perdait. J’ai aimé commencer la découverte d’Evnôm, l’école bretonne, en espérant qu’elle se poursuive par la suite, mais également, et surtout, étrangement vu mon goût pour les écoles de magie, les prédateurs. J’attends d’en apprendre encore davantage sur leur mode de fonctionnement. J’ai surtout aimé cette absence de manichéisme chez Manon Toulemont. Certes, ce sont des prédateurs, mais ce ne sont pas ça et seulement des bad guys, ou girls. Ils ont une personnalité propre, même si pour certains elle reste ici effleurée – je pense notamment à Stanislas ou Gretchen, ne sont pas seulement assoiffés de pouvoir, de vengeance ou autre … j’aime ce type de trait chez un personnage. Rien que pour ça, gold star. (Même s’ils ont été vaches avec Ange à la fin. J’en suis restée déchirée pour lui. Je ne m’attendais pas à cette succession de sentiments et de compréhension des autres, l’ai découvert en même temps, avec beaucoup de tristesse).

Un exemple, encore, sur ce manque de manichéisme, et un point qui m’a marquée et touchée : l’amitié entre Ange (oh, voui, encore lui, vous allez en entendre, probablement) et Pacôme, leur réflexe de s’entraider et de se protéger tout au long de l’épreuve de l’acclimatation à Dragon Rouge et le final. Ange perd carrément une dent (bon, de siroy, relativement énorme) en voulant empêcher les autres de jeter son ami vampire dans la Salle Marbrée, une prison/oubliette, et s’y froisse quelques côtes (Elle a repoussé, au moins? Tu ne l’as jamais précisé :P).

L’écriture est fluide, pleine de vie, et on perd ce petit défaut qui m’avait embêtée dans le premier tome, sur le langage pas très naturel d’Alice par moments. Elle est tout aussi prompte à se mettre dans des ennuis pas possible, mais plus naturellement ^^ Les chapitres ne sont pas trop longs, me faisant enrager lorsqu’Ange entrait en action et qu’on devait vite le quitter, mais offrant des pauses équilibrées entre chaque univers / lieu.

Autre point, autre constante : les histoires d’amour inexistantes, ou presque, pas jetées au visage du lecteur. Encore une fois, c’est fou le bien que ça fait, à quel point ça peut reposer.

Découvrir le passé de deux personnages m’a particulièrement plu. (Pour ne pas dire subjuguée. Je ne vais pas vous dire pour qui. Cultiver le mystère, toussa, toussa). Particulièrement celui de Pacôme auquel je ne m’attendais pas – très beau nom, d’ailleurs, et qui ajoute de l’intérêt à ce personnage qui me pose question surtout devant le traitement du mythe du vampire  par l’auteur. Pas mal, je dois dire, j’accroche bien à sa vision, aux changements physiques qu’elle propose et bien sûr, son caractère qui peut être plutôt prévenant.

Quelques situations qui m’ont tordue de rire (parce que, oui, l’auteur est très drôle, et bien dans mon style de délires !) Ange qui asticote Pacôme parce qu’il s’est nourri sans nettoyer sa proie avant. C’est pas hygiénique ! 😛 ; Heather qui l’appelle « mon petit poisson »! le pauvre chat ! ; la situation qui invoque cette citation « Même un siroy bien élevé a ses limites » …

J’ai particulièrement aimé la grande mission d’Ange et le manoir de sa proie. Le thème démesuré a un fort accent Alice au pays des merveilles, une esthétique soignée qui m’a ravie.

Pas mal de petites éclaircies ça et là sur son caractère, son passé, ce qu’il est capable de faire. Pas mal de passages délicatement rédigés avec cette plume envoûtante, introduits par le petit papillon d’entrée. Une joie de retrouver ce personnage. Que je n’avais pas eue depuis longtemps, je pense même pas depuis Joffrey de Peyrac.

Riche et prenant. (Le livre et le personnage :P).

Nombre de tomes parus : 2 (série en cours).

Tome 1 : Symfonia, Ouverture.

9 réflexions sur “Symfonia, tome 2 : L’Orchestre de l’Atome

  1. Ah, tu dois être la nana de ce cher Ange ! Enchantée, moi je suis celle de Pacôme 😄
    Je suis en train de lire le livre justement, et ça me frustre parce qu’en ce moment je n’ai pas le temps de me poser 5 minutes donc j’avance comme une limace :/ Mais je savoure, c’est ça qui est bien. J’ai eu un bref aperçus du passé de Pacôme (hiiiiiiiiiiiiiii <3) et j'avoue que ça me semble vraiment très intéressant, j'ai hâte d'en apprendre plus encore.

    • J’avais cru comprendre que tu étais « du côté » de Pacôme, en effet Lili 😛 Arg, je comprends, ça m’embêtait de devoir le couper parce que je bossais, j’aurais adoré le dévorer en une fois ! Oui c’était très chouette des détails sur le passé de Pacôme, je m’y attendais pas ! J’ai hâte de voir ton avis ! Bonne lecture !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s