Au bord des mots, lectures sur un rocher

The Watcher’s Guide, tome 1

Christopher Golden, Nancy Holder (auteurs). 1998, 298 p. Simon & Schuster (Pocket Books). Séries. Livre lu en anglais.

As long as there have been vampires, there has been the Slayer. One girl in all the world, to find them where they gather and to stop the spread of their evil and the swell of their members. She is the Slayer.

Exclusive interviews, totally pointy profiles, behind-the-scenes Info, and other Buff-stuff about the hit show.

J’avais déjà lu ce guide il y a une dizaine d’années, en français. Lorsque j’ai voulu le relire en VO, je me suis rendue compte je l’avais confondu avec un autre, qui regroupait un guide sur les trois premières saisons avec des catégories sur les épisodes que je trouvais plus intéressant, comme sur la musique. Celui-ci est centré sur les deux premières saisons (il me plaisait un peu moins, en fait).

On trouve parfois des répliques qui ont été coupées au montage, ce qui est intéressant, parfois drôle.

Je m’attendais à débuter par le guide des épisodes, mais on nous propose à la place un chapitre sur la mythologie dans Buffy (ce qu’est une Tueuse, manuel de la Tueuse selon Buffy), le guide de Sunnydale, et un guide sur les personnage. C’est un parti pris assez surprenant, je trouve que c’est un peu redondant avec le guide des épisodes qui suit. Mais l’encadré sur Giles, héros bibliothécaire, m’a (bizarrement ^^) beaucoup plu.

J’aime beaucoup les catégories qui accompagnent la description des épisodes : sur les références culturelles, l’évolution des relations amoureuses, les points de continuité, des extraits du script original. Pourquoi pas.

Parfois entre deux épisodes, on nous propose un encadré thématique. Intéressant, sauf quand il spoile vaguement l’arc de la saison suivante. Quel est l’intérêt de présenter un point qui se déroulera dans la saison deux en plein guide de la première ?

Un de ces encadrés qui m’a bien fait rire portait sur les blagues British :

Buffy : « Do they know about ‘fun’ in England? »

Giles : « Yes, but it’s considered very poor taste to have any ». (« Lie to Me »).

Ou, autre réplique coupée du scrit, pour l’épisode Phases, lors de la classe de self-defense, dispute entre Willow et Cordelia :

Cordelia : « Sorry, we haven’t all perfected that phony ‘girl next door’ bit. »

Willow : « You could be the girl next door, too. If Xander lived next to a brothel !  » Meow, Will ! Je ne m’attendais pas à la voir dire ça.

Un guide sur les monstres suit celui sur les épisodes. J’ai surtout aimé la fin originale prévue à Reptile Boy (Machida, le monstre, devait survivre à la fin – et emmener Tom en guise de casse-croûte, comme il devait le dire : « Li’l somethin’ for the road », petit réplique qui me plaît bien) mais qui a été coupée parce qu’il ne restait plus assez de temps pour la tourner.

Les auteurs se centrent ensuite sur l’évolution des relations amoureuses. Après le petit point à chaque épisode, ça commence à faire long.

J’ai été un peu plus intéressée par les interviews des acteurs, même si je m’en rappelais assez bien. Si j’ai vraiment beaucoup aimé la référence de James Marsters (Spike) à Heinlein, j’ai été franchement fatiguée des questions récurrentes : les acteurs ont-ils des cicatrices/tatouages. Je n’en pouvais plus, de cette question ! J’ai cru que  j’allais mordre à la voir répéter encore, et encore !

D’autant plus qu’on ne se limite pas aux acteurs, mais au créateur, producteurs exécutifs, scénaristes, directeurs de casting, habilleuse, cameraman (je n’y connais RIEN à ce domaine ! ce n’est pas avec leurs questions qu’on apprend quelque chose), directeur artistique, responsable cascades, maquillage, effets spéciaux ! Honnêtement, à part pour la directrice de casting où j’ai été un peu intéressée par le processus de choix des acteurs, j’ai lu cette dernière partie plus qu’en diagonale. C’est franchement lourd, mal présenté, entre détail sur le parcours et la vie de la personne puis petite interview.

Une minuscule partie, en toute fin du bouquin, est consacrée à la musique dans la série. Passez votre chemin, c’est une petite liste qui ne vaut que pour mention du nom des artistes et des titres. Ça, c’est LA déception. Dans l’autre guide Buffy dont j’avais le souvenir, qui couvrait les 3 premières saisons, chaque épisode avait sa petite catégorie musicale où il détaillait les chansons de l’épisode. C’est un minimum.

La fin s’est vraiment traînée en longueur et le reste du livre a un côté un peu redondant, mais j’ai aimé être replongée dans l’univers de la série.

Nombre de tomes parus : 3 (série finie).

The Watcher’s Guide 2

The Watcher’s Guide 3

3 commentaires sur “The Watcher’s Guide, tome 1

  1. Ca a l’air pas mal pour un fan! Perso j’ai jamais suivi Buffy ( ah, l’éducation loin de la télévision)… Néanmoins j’ai le sentiment d’avoir loupé quelque chose! ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s