Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour les semaines du 21 au 27 juillet, 6 séries :

Saison 3 (épisodes 9 à 22)

Cher Horowitz, fille d’un puissant et richissime avocat, nous fait partager sa vie, entre son lycée fréquenté par les plus huppés et différentes questions existentielles.

Je trouve cette saison une déception totale. On est loin de l’esprit de la première qui me plaisait tant et c’est un peu du grand n’importe quoi.

Saison 1 (épisodes )

Une civilisation extraterrestre s’est invitée sur Terre. Leurs vaisseaux, contenant toutes espèces animales et végétales de leur monde, se sont écrasés sur Terre et ont terraformé une nouvelle planète. Après 30 ans de guerre, notre monde a changé, extraterrestres et humains y vivent côte à côte. Parcourant ces vastes étendues désolées où chacun lutte pour sa survie, l’énigmatique Nolan (Grant Bowler) s’établit dans la ville de St Louis (Missouri), rebaptisée Defiance, qui est un melting pot d’humains et de toutes sortes d’extraterrestres. Apprenant à cohabiter, les habitants reconstruisent leur ville, non seulement pour survivre, mais pour vivre pleinement dans ce monde. (source : syfy.fr)

J’ai beaucoup aimé les différentes races extraterrestres présentées dans la série, en apprendre davantage sur leurs coutumes, comme la religion de celle d’Irisa ou des Castithan. Par contre, les aspects un peu mystiques comme les transes d’Irisa, le côté prophétie, élue, beaucoup moins. Mais je continuerai cette série sans doute.

Saison 1 (9 épisodes) ;  saison 2 (épisodes)

Otto est un orphelin du XXième siècle, dont on se moque parce qu’il adore l’histoire, y compris la soeur qui gère son orphelinat (qui le dirige plutôt d’une main de maître et les exploite), jusqu’à ce qu’il rencontre Buck Tuddrussell et Larry 3000, officiers de la Patrouille du temps, qui doivent rectifier les erreurs qui se produisent dans le temps (comme Beethoven qui arrête la musique pour devenir lutteur, Joséphine qui essaie d’empêcher Napoléon de conquérir pour trouver sa voie artistique ou Barbe-Noire qui se veut écolo …)

Une petite série très drôle, peut-être pas extraordinaire sur le plan graphique (après, ce n’est pas le but) sur un thème temporel que j’adore. Je regrette qu’elle soit un peu courte et qu’on n’ait pas l’occasion de découvrir le présent de Larry et Tuddrussell sensé être parfait, ou l’académie temporelle.

Saison 1 (16 épisodes)

Le lycée artistique Girin est une école prestigieuse où les étudiants apprennent le chant et la danse. Cette année, trois étudiants remarquables font leur entrée à l’école. Song Sam-Dong vit à la campagne et rêve de devenir le propriétaire de sa propre ferme. Mais après être tombé amoureux au premier regard de Go Hye-Mi, il décide de la suivre au lycée Girin où il ne tarde pas à découvrir son talent musical et va désormais se donner à fond pour devenir un chanteur de renommée internationale. Jin-Gook est un danseur talentueux, mais également un sérieux fauteur de troubles. Malgré ses attitudes de rebelle, le directeur de Girin voit en lui un grand potentiel et l’encourage à s’inscrire. Sur place, son talent évident ne laisse pas de place au doute : Jin-Gook est fait pour devenir une star internationale. Enfin, Go Hye-Mi est l’étudiante la plus populaire du lycée Girin, et son rêve est de devenir une soprano acclamée partout dans le monde. Mais derrière l’image de grande confiance en elle qu’elle projette se cache une profonde douleur liée aux dettes accumulées par ses parents. Ces étudiants vont peu à peu ouvrir leur cœur les uns aux autres sur le chemin de la gloire. (Source : Drama-Passion)

Il m’a fallu beaucoup de temps pour me faire aux prénoms des personnages, ce qui est normal quand je me lance dans une série coréenne, ou pour me réhabituer à de la VO sous-titrée, ce que je regarde très rarement, parce qu’avec l’anglais je peux me contenter de l’audio et faire autre chose en même temps, ce qui est impossible avec le coréen. J’ai beaucoup aimé cette saison, je regarderai la suivante et essaierai de dénicher l’OST, j’aime pas mal la K-Pop, en fait. J’ai eu un peu de mal à me concentrer parce qu’on dirait vraiment l’école d’Un, Dos, Tres, à croire qu’ils ont racheté le set et l’ont coréanisé … J’ai surtout aimé le personnage de Kim Pil Suk, adorablement immature à l’extérieur, qui se révèle beaucoup plus forte qu’elle n’en a l’air (même si j’avoue que la perte de 30 kilos en 200 jours, je suis pas sûre que ce soit un message très sain).

Saison 1 (8 épisodes)

Selina Mayer, après une campagne électorale qui se passait bien, finit néanmoins par être (seulement) vice présidente des Etats-Unis. Elle est entourée d’une équipe un peu bras cassés et se rend compte que ce n’est pas du tout ce à quoi elle s’attendait.

Et moi non plus. J’imagine que c’est pour un côté plus réaliste qu’on a l’impression de juste suivre le fil des choses, sans vrai fil conducteur comme dans une série de style politique comme Commander in Chief, ou dans la veine humoristique, Spin City, mais je me suis franchement ennuyée, je n’ai pas aimé cette manière de tourner, je n’ai pas du tout trouvé les personnages ou les évènements drôles, je n’ai fini la saison que parce qu’elle était courte.

Saison 1 (13 épisodes)

Sarah Braverman retourne dans sa famille après une séparation douloureuse d’avec le père de ses enfants plutôt démissionnaire. Si son fils Drew ne lui pose pas beaucoup de problèmes pour l’instant, en plus de devoir redémarrer une nouvelle vie sur ses regrets passés (avoir eu des enfants trop tôt et ne pas avoir pu aller à l’université), sa fille Amber est une autre paire de manches. Le frère de Sarah, Adam, apprend que son fils n’est pas seulement un peu spécial, mais que c’est le symptôme d’une condition médicale, puis lorsqu’il commence à se faire à la situation avec sa femme Christina, c’est leur fille Hattie qui se fait remarquer. Leur soeur Julia, avocate obsédée par la réussite, accepte difficilement la présence d’une autre mère dans sa vie de famille, ou plutôt dans l’entourage de son mari Joel, au foyer, mais ne peut s’en débarrasser car sa fille est la meilleure amie de la sienne, Sidney. Leur dernier frère, Crosby, a du mal à passer à l’étape suivante avec sa petite amie qui veut à tout prix des enfants.

Ce résumé a l’air un peu vaste. Il y a effectivement pas mal de personnages, mais je me suis habituée très vite et ai dévoré les treize épisodes en une journée. On s’attache très vite à cette famille et tous ses membres, même si j’ai un faible, bien sûr, pour Sarah (c’est un peu à cause de l’actrice que je me suis lancée dans la série, d’ailleurs). Malgré l’accumulation de « problèmes », on sent le côté vrai et plausible des choses, et j’en redemande.

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Lectures : 9/10 : Séries télé : De Zorro à Friends, 60 ans de téléfictions américaines de Martin Winckler ; Les Séries télé pour les Nuls de Marjolaine Boutet. ; Quantum Leap: A to Z de Julie Barrett ;Séries : Une addiction planétaire de Charlotte Blum ; Watchers’ Guide de Christopher Golden et Nancy Holder ; Watcher’s Guide 2 de Nancy Holder, Jeff Mariotte, Maryelizabeth Heart ; La vie en séries (hors-série du monde) ;  The Greatest Sci-Fi TV of all time ; Watcher’s Guide 3 de Paul Ruditis.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s