Un bonheur insoutenable

Titre VO : This Perfect Day.

Auteur : Ira Levin.

Traducteur : Franck Straschitz.

Illustrateur : Michael Wheelan.

Nombre de pages : 371.

Parution VO : 1970. VF : 1987.

Éditeur : J’ai Lu (Collection : Science-fiction).

Genre : Science-fiction.

Prix : 6,20€.

Résumé éditeur : Dans un futur qui n’est peut-être pas très éloigné, toutes les nations sont désormais gouvernées par un ordinateur géant, enfoui sous la chaîne des Alpes.

Les humains sont programmés dès leur naissance – du moins ceux qui ont été autorisés à naître – et sont régulièrement traités par des médicaments qui les immunisent contre les maladies, mais aussi contre l’initiative et la curiosité.

Il y a cependant des révoltés. L’un d’eux, surnommé Copeau, va redécouvrir les sentiments interdits et d’abord l’amour. Il s’engage alors dans une lutte désespérée contre ce monde trop parfait, inhumain, qui accorde, certes, le bonheur à tous, mais un bonheur devenu insoutenable parce qu’imposé.

C’est une déception, par rapport aux coups de cœur qu’étaient Rosemary’s Baby et  Les femmes de Stepford du même auteur. Peut-être à cause de tous les romans qui sortent sur le thème de la dystopie ? Je ne l’ai pas trouvé très original. Et carrément ennuyeux.

Trouver la vérité sur l’ordinateur Uni m’a un peu étonnée, mais pas particulièrement plu. Et la fin incertaine n’était pas tellement de mon goût. Sur le Wikipédia anglais, j’ai vu qu’on le comparait à 1984 et Le Meilleur des mondes, mais il n’est pas aussi bien passé à mes yeux. Peut-être parce que lorsque je les lisais, j’étais beaucoup plus jeune et je n’avais jamais vraiment lu de SF auparavant, et que de nos jours, la dystopie est partout où on pose les yeux, ou presque …

J’ai trouvé intéressant le fait qu’il n’existe que quatre prénoms féminin et quatre prénoms masculins : Paix, Anne, Marie et Yin, ou Jésus, Karl, Li et Bob pour les garçons. Les gens se ressemblent tous, les particularités sont rares (le héros, Li ou Copeau, a un regard vairon) et personne ne fait de vrais choix, c’est Uni qui s’en charge, grâce à des conseillers ou au moyen d’un traitement adapté que les sujets prennent tous les mois et auquel ils sont très attachés.

Quelques détails sont assez difficiles à croire : Copeau apprend à lire le français couramment en trois semaines

J’aurais aimé que l’auteur me laisse dans le doute du risque de trahison d’un des personnages, pas qu’il précise qu’il est curieux, pour avoir été mal à l’aise devant un début de fusillade imprévu, mais beaucoup plus lorsque le moment arrive pour eux de sortir les armes. Bizarrement, je l’ai vu venir vite fait à ce moment … ce qui m’a gâché ce qui aurait pu être un retournement de situation intéressant.

Je n’ai pas grand-chose de plus à en dire, à part un fort sentiment d’ennui. (J’aurais trouvé hilarant que si Uni était détruit, les gens encore sous traitement seraient changés en pierre comme sur la couverture :P).

5 réflexions sur “Un bonheur insoutenable

  1. En parlant de monde où les sentiments sont interdits, est-ce que tu as vu le film Equilibrium avec Christian Bale ? c’est un petit film de sf pas très connu mais qui mérite le détour !

  2. C’est vrai que le scénario a l’air vu et revu…Ca ferait presque blockbuster de l’été tiens ( vu comme on a recyclé la dystopie…)

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s