Un dimanche en séries

Pour les semaines du 4 au 17 août, 7 séries :

Saisons 1 et 2 (épisodes 3 à 18, 13 épisodes)

Sam, le héros, a tendance à baisser les bras à chaque fois que la situation devient trop difficile pour lui. Il a arrêté la fac parce que ça l’endormait … mais il ne pourra pas arrêter son nouveau boulot sur un coup de tête : avant sa naissance, ses parents ont vendu son âme au Diable. Le jour de ses 21 ans, Satan vient collecter sa dette et le recrute avec son meilleur ami Sock pour renvoyer les évadés de l’Enfer là d’où ils viennent.

Je suis très déçue … qu’ils aient choisi d’arrêter la série après la saison 2. La saison 3 était selon les scénaristes prête, d’ailleurs. Je m’attendais à une petite série sympathique, presque le système un méchant/monstre par épisode, mais ça passe très bien ici. L’humour n’est pas aussi lourd qu’on pourrait en avoir peur avec Sock, il y a le petit fil rouge … un bon moment, court malheureusement.

Empire : Saison 1 (2 épisodes)

Cette télésuite raconte la période de troubles qui suivit la mort de Jules César. Rome a sombré dans la guerre civile et Octave, désigné par César comme son successeur, s’enfuit avec l’aide de Tyrannus, un gladiateur affranchi chargé de veiller sur sa vie. (Source : wikipédia)

J’ai dû tomber sur cette minisérie en passant par la filmographie de Santiago Cabrera (Isaac Mendes de Heroes sur Seriebox). Je connais les évènements historiques de l’époque, en gros, mais je n’ai pas du tout suivi. Je me suis ennuyée, série, musique, acteur (même Emily Blunt en vestale), rien n’a retenu mon attention.

Saison 8 (26 épisodes)

Samantha est une sorcière mariée à un humain, Darrin, qui attend d’elle qu’elle vive la vie normale d’une épouse de banlieue. Avec les incursions quotidiennes dans leur vie de sa mère Endora, qui n’aime rien de moins qu’embêter Darrin, et les petits accidents de leur fille Tabatha liés à la magie, la vie est presque normale.

Je suis bien contente d’avoir enfin fini cette série, ça a été long. En plus des gros défauts déjà relevés sur les saisons précédentes (utilisation systématique d’animaux sauvages, Sam toujours prise en faute par Darrin et qui doit s’excuser, la structure des épisodes toujours identique (quoique, ce point s’améliore ici avec les vacances/travail en Europe des Stevens), un gros souci qui m’a donné envie de hurler apparaît clairement : le recyclage d’intrigues. J’ai vu la saison 7 il y a quelques mois, les six premières l’an dernier, j’ai néanmoins vu pas mal d’épisodes dont le sujet avait déjà été utilisé, avec quelques petites modifications (Sam aide Darrin à trouver des idées de slogans publicitaires et il est persuadé qu’elle le fait par magie alors que c’est seulement de l’inspiration, elle tombe malade à cause d’une fleur et ici d’une boisson, même déroulement…). Agaçant sur la fin, à voir par quelques épisodes par-ci, par-là

Saison 1 à 4 (13 x 2 épisodes, 5 et 10)

Torchwood, l’Institut chargé par la reine Victoria de protéger la Terre de ses ennemis extra-terrestres (en y incluant éventuellement le Doctor), est découvert par Gwen Cooper, agent de police de Cardiff. Elle y rencontre le Capitaine Jack Harkness qui dirige la branche galloise de l’Institut, assisté de Toshiko Sato, Owen Harper et Ianto Jones et décide de travailler avec eux.

J’étais enthousiaste de revoir le personnage de Jack, que j’aimais beaucoup dans Doctor Who. Les deux premières saisons, si elles sont plus sombres et violentes que la série originale, m’ont bien plu, mais je n’ai pas retrouvé l’image que j’avais de Jack à l’origine. Puis sont arrivées les saisons 3 et 4 (et le finale de la 2 avec la disparition de mon personnage préféré, Toshiko), que je n’ai pas aimées du tout, trop américanisées, trop différentes des premières. De la saison 4, ce que je retiens et attends d’une éventuelle 5e, ce sont les méchants et la Family. Sérieusement, ils m’ont soit agacée comme Gwen, le type du FBI et Esther, soit étaient trop éloignés du personnage original (Jack). Je reste franchement déçue.

 The Devil’s Whore : Saison 1 (4 épisodes)

The Devil’s Whore relate sur plusieurs années les évènements de la Première révolution anglaise qui ont mené à la condamnation à mort du roi Charles Ier d’Angleterre, à l’abolition de la monarchie pour l’instauration du Commonwealth de l’Angleterre. Cette série met en scène un personnage fictif, Angelica Fanshawe, qui croise plusieurs personnages historiques tels que les niveleurs Edward Sexby et Thomas Rainsborough, l’homme politique Oliver Cromwell ou encore le libertaire John Lilburne. (source : wikipédia)

Minisérie regardée uniquement à cause de Michael Fassbender (vous avez aussi le futur Doctor que j’ai trouvé abominable en Charles Ier). Ça ne vaut que pour la courte présence d’un acteur que j’adore. Sinon c’est plat, rien ne retient l’attention, l’héroïne est traitée de whore par son mari pour participer et apprécier de le retrouver la nuit ce qui est déjà moyen … je n’ai pas vu l’intérêt.

Dream High : Saison 2 (16 épisodes)

La saison 2 de Dream High débute sur fond de crise : le lycée artistique Girin a perdu de sa superbe et son statut d’école artistique de haut niveau n’est plus qu’un lointain souvenir. En conséquence, l’école est désormais dans une situation financière alarmante et pourrait devoir cesser ses activités sous peu. Profitant de la situation, l’agence artistique OZ Entertainment prend le contrôle du lycée Girin et y transfère ses propres stars afin d’échapper à la loi interdisant aux artistes n’ayant pas atteint la majorité de se produire en public après 22 heures. Naturellement, une compétition féroce ne tarde pas à voir le jour entre les étudiants inquiets de Girin et les stars d’OZ récemment transférées dans leur école… (Source : Drama-Passion)

Aaah, les dramas ! J’adore découvrir un petit pan de culture asiatique, elle est tellement éloignée de la nôtre (mais shocking, il l’a embrassée sur la joue … j’avoue, j’ai ri …). J’espérais que j’apprécierais la musique autant que dans la saison 1, à défaut de l’intrigue et des personnages. Parce que c’est le type de série qui renouvelle tout son casting, ou presque (l’un des profs est toujours profs, ma chouchoute de la saison 1 et le gagnant du titre d’idol font un tout petit cameo), ce qui me déçoit un peu. Les prémisses de base, l’arrivée des idoles, sont intéressants, mais garder la rivalité entre les deux héroïnes pour bien treize épisodes sur seize, à la différence de huit pour la s1, c’est trop. Et surtout, le plus étonnant et agaçant, une des héroïnes ne sait pas chanter. Dans une école des arts de la scène, c’est moyen (elle fait autre chose, mais sur le plan musical ça déçoit franchement). Mais j’ai toujours autant ri, même si je me suis moins intéressée aux personnages.

Saison 1 (13 épisodes)

Star Trek : Enterprise raconte les aventures vécues, au xxiie siècle (de 2151 à 2154), par Jonathan Archer, capitaine du vaisseau Enterprise (NX-01) et de son équipage. Ce navire est le premier vaisseau de type Distorsion 5 envoyé par la Terre pour explorer la galaxie. (source : wikipédia)

Je débute doucement ma découverte de Star Trek avec la dernière série réalisée mais la première chronologiquement, principalement parce qu’un de mes acteurs préférés, Scott Bakula, en tient le rôle vedette. Ce n’est pas un immense coup de cœur pour ces premiers épisodes, mais un univers qui m’intrigue et qui m’attire, des personnages intéressants (Archer, le docteur), et j’ai envie de la poursuivre.

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Lectures : 9/10 : Séries télé : De Zorro à Friends, 60 ans de téléfictions américaines de Martin Winckler ; Les Séries télé pour les Nuls de Marjolaine Boutet. ; Quantum Leap: A to Z de Julie Barrett ;Séries : Une addiction planétaire de Charlotte Blum ; Watchers’ Guide de Christopher Golden et Nancy Holder ; Watcher’s Guide 2 de Nancy Holder, Jeff Mariotte, Maryelizabeth Heart ; La vie en séries (hors-série du monde) ;  The Greatest Sci-Fi TV of all time ; Watcher’s Guide 3 de Paul Ruditis.

2 réflexions sur “Un dimanche en séries

  1. Peu de séries qui t’ont plu en somme! Bewitched, la série de mon enfance *.* Même si je suis pas sure que ça soit idéal pour un enfant, vu les schémas sociaux primaires que ça doit imprimer dans l’inconscient xD

    • Ah, peut-être bien. Oui, tu m’avais dit que tu aimais beaucoup ! Mais quand tu ne vois que quelques épisodes par-ci, par-là, c’est fun ! Une saison fait près de 30 épisodes, c’est trop lourd, surtout avec le recyclage d’intrigues !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s