Un dimanche en séries

Pour les semaines du 18 au 24 août, 6 séries :

Saison 1 (épisodes 14 à 26)

Star Trek : Enterprise raconte les aventures vécues, au xxiie siècle (de 2151 à 2154), par Jonathan Archer, capitaine du vaisseau Enterprise (NX-01) et de son équipage. Ce navire est le premier vaisseau de type Distorsion 5 envoyé par la Terre pour explorer la galaxie. (source : wikipédia)

Une fin de saison pleine de suspense (ça faisait longtemps que je n’avais plus un épisode double coupé en guise de finale !) et la présence de Dean Stockwell m’ont ravie ^^ J’apprécie de plus en plus les membres de l’équipage, en plus d’Archer (son adorable toutou !), le docteur, la linguiste … je ne retiens pas encore très bien les noms des peuples et certaines intrigues d’un épisode à l’autre, mais je passe toujours un très bon moment, et je vais poursuivre cette série.

Saison 1 (6 épisodes)

Quotidien d’une bibliothèque australienne, dirigée par une bibliothécaire un peu spéciale, sujette aux crises d’anxiété, un peu raciste et pincée, contrainte par chantage à embaucher une ancienne amie d’école qui doit redorer son image pour éviter la prison.

Je suis tombée sur cette petite série en regardant des listes de séries australiennes, j’étais très contente de pouvoir découvrir le quotidien d’une bibliothèque australienne, justement. Mais ça tourne plutôt aux intrigues des personnages plutôt que vraiment des problèmes d’ordre des bibs. L’héroïne est franchement spéciale, dans le sens pas très drôle, un peu comme la série. Comme c’est court, je vais essayer la saison 2, mais je ne m’attends pas à quelque chose de révolutionnaire.

Saison 5 (18 épisodes)

Quinn Mallory, petit génie en physique, croyait créer une machine agissant sur la gravité. Elle a en fait ouvert un vortex vers un univers parallèle, emportant son professeur, une amie et un chanteur dont la voiture passait non loin. Normalement, on ne peut quitter la nouvelle dimension qu’en attendant que le minuteur arrive à 0, mais un empêchement majeur force le groupe à l’actionner plus tôt. Le monde dans lequel ils arrivent ressemble au leur, mais c’est le premier d’une longue série d’univers parallèles qu’ils vont visiter en espérant retrouver le leur.

J’avais vu les quatre premières saisons l’an dernier, et après moult récriminations, je me suis systématiquement endormie devant la 5ème, donc j’avais laissé tomber jusqu’à maintenant. J’avais envie de finir des séries en cours depuis longtemps, donc je me suis lancée. Si on excepte le côté visuel cheap et qui en ville ne se renouvelle pas trop (point positif, j’ai bien eu l’impression que c’était le set de Hill Valley avec l’horloge de l’hôtel de ville), le changement d’acteur principal totalement impossible à gober et le fait qu’il soit présenté parfois comme un playboy alors qu’il ne casse pas trois pattes à un canard dans son jeu d’acteur … certains épisodes présentent des univers intéressants (sur la société de consommation, par exemple), mais dans la majorité, ce n’est pas le cas, et le cliffhanger de fin n’est pas intéressant (parce que oui, la série n’est même pas finie). Mais bon, cette série s’était de toute manière confirmée comme une déception au revisionnage en VO.

Saison 4 (19 épisodes)

Aux quatre coins du monde (ou selon la vision américaine :P ) des gens développent des dons surnaturels : télékinésie, vol, guérison, voyage dans le temps et l’espace … Dans la quatrième saison, un forain tente d’amasser autour de lui le plus de personnes pourvues de dons, officiellement pour qu’ils aient un endroit où développer leurs pouvoirs et vivre harmonieusement.

J’avais entendu beaucoup d’échos négatifs sur cette dernière saison, comme sur la troisième d’ailleurs. Mais au final, je n’en suis pas trop mécontente. Certes, ce n’est pas un feu d’artifice, les motifs du villain sont assez plats, mais j’aime bien le thème du cirque et des freaks. Et j’ai même adoré un épisode, le 16e : Hiro, sur le point de mourir, se retrouve au tribunal pour avoir essayé de manipuler le temps et utilisé ses pouvoirs à des fins personnelles. Son accusateur : Adam, David Anders ^^ j’ai été ravie de le revoir ! Et en plus d’entendre Hiro résumer ses actions : ‘And I found myself leaping from life to life, striving to put what once went wrong’ ! J’adore cette réplique, vous comprendrez pourquoi en lisant celle de David Anders qui suit directement : ‘Objection, Your Honor ! He’s reciting the Opening to Quantum Leap !’ Mon acteur préféré de la série ET une référence à Code Quantum méritait bien un 20 à l’épisode 😛

Saison 1 et 2 (13 et 8 épisodes)

La famille Addams a des goûts un peu spéciaux, un peu macabres (elle a notamment comme ami-animal de compagnie la Chose, une main séparée d’un corps). Elle est présentée par comparaison avec les Normanmeyer, leurs voisins excessivement normaux, passionnés de sous-vêtements.

Je retrouve avec plaisir un dessin animé que j’aimais beaucoup plus jeune. Il se révèle néanmoins très court (seulement 2 saisons) et j’ai dû le voir un paquet de fois pour me rappeler aussi bien de chaque intrigue. Mais découvrir les voix VO m’a plu !

 Saison 1 (11 épisodes)

On retrouve la famille Addams, dans cette série en noir et blanc. Ici, Pugsley est un peu plus « normal » (il voulait être boy scout et avoir un chien, en opposition à la petite pieuvre de la famille), et Marie, la poupée de Wednesday, est Marie Antoinette ou Mary reine d’Ecosse, ayant pour trait commun d’avoir perdu la tête. La famille est très accueillante et très souvent surprise des réactions surprises, effrayées ou négatives de leurs invités éventuels …

Ce dimanche en séries aux couleurs de la famille Addams est totalement de la faute de la Nostalgia Chick. Cette semaine, elle republie (enfin !) une nouvelle vidéo sur le film sorti dans les années 90 de cette famille en parlant de l’origine des personnage et des autres médias où on peut les trouver, j’ai donc découvert cette série des années 60 que je teste et que je trouve très sympathique. Ses acteurs font des personnages très convaincants, même si Wednesday et Pugsley ne sont pas très souvent présents, au contraire de Gomez et Morticia, excellents, et Lurch, à mourir de rire ! Une jolie trouvaille.

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Lectures : 9/10 : Séries télé : De Zorro à Friends, 60 ans de téléfictions américaines de Martin Winckler ; Les Séries télé pour les Nuls de Marjolaine Boutet. ; Quantum Leap: A to Z de Julie Barrett ;Séries : Une addiction planétaire de Charlotte Blum ; Watchers’ Guide de Christopher Golden et Nancy Holder ; Watcher’s Guide 2 de Nancy Holder, Jeff Mariotte, Maryelizabeth Heart ; La vie en séries (hors-série du monde) ;  The Greatest Sci-Fi TV of all time ; Watcher’s Guide 3 de Paul Ruditis.

15 réflexions sur “Un dimanche en séries

  1. Il faut que je regarde Star Trek et Heroes, il FAUT! Sinon les autres séries, je ne les connais pas spécialement ( enfin sauf la famille Adams, même si je n’ai jamais regardé…)

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s