Petites et grandes histoires des animaux disparus

Auteurs : Hélène Rajcak et Damien Laverdunt.

Nombre de pages: 77.

Parution : 2010.

Éditeur : Actes Sud (Collection: Junior).

Genre : Jeunesse.

Prix : 19,50€.

Résumé éditeur : Il y a des centaines, des milliers d’années, vivaient sur Terre des animaux étranges : le castor géant, bien plus grand qu’un homme ; l’éléphant nain de Sicile ; l’oiseau-éléphant, haut de 3 mètres ; le grand lémurien surnommé « tratratratra », le célèbre dodo… Chassées par les hommes, affaiblies par les changements climatiques, ces espèces ont peu à peu disparu de la planète. Ce qui nous en reste, ce sont des traces ou des empreintes étudiées par les scientifiques, des récits d’expédition, et aussi d’étonnantes légendes que ce livre nous fait découvrir…

Un livre que je voulais lire depuis longtemps. C’est un thème qui me passionne, et aussi, en toute honnêteté, me fait pleurer comme une Madeleine à chaque lecture de ce type.

Ce documentaire jeunesse est particulièrement attrayant : il y a beaucoup d’images, un texte clair et précis qui donne des informations de base sur l’animal en question, classé par ère géographique (taille, poids, année de disparition, lieu), de petites anecdotes sous forme de bulles aux côtés de l’animal. La page de gauche comporte une petite BD au style enfantin et naïf, sous forme de longues bandes horizontales, proposant une approche qui attire l’œil et fait sourire le (jeune) lecteur.

Beaucoup d’informations,mais bien réparties, pas écrit de manière trop petite, beaucoup de couleurs, des dessins attachants.

J’ai été particulièrement touchée, une fois encore, par la tortue solitaire de l’île des Galapagos, Lonesome George, même si la BD propose une dernière image humoristique : les deux femelles ajoutées à son île :

Femelle 1 : Youhouuu : Georginou,, mon petit chou :!

Femelle 2 : Geooooorge, je t’aime ! Arrête de te cacher !

George, caché plus loin : Mais qu’est-ce qu’elles me veulent, ces deux folledingues ?

Cette lecture, drôle au premier abord, fait prendre conscience de tout ce que l’on risque de perdre, de ce que l’on a déjà perdu (une race de dauphin chinoise disparue vers 2007), et m’a beaucoup rappelé Going, Going, Gone

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s