La Répudiée

Auteur : Éliette Abécassis.

Nombre de pages: 125.

Parution : 2002.

Éditeur : Le Livre de Poche.

Genre : Drame.

Prix: 3,60 €.

Résumé éditeur : Le but de l’amour physique est la procréation. Ainsi le proclame le Talmud, ainsi en est convaincu Nathan qui a épousé Rachel il y a dix ans, sans lui donner d’enfants. Pour lui, dont les journées à Mea Shearim, quartier juif ultra-orthodoxe de Jérusalem, battent au rythme de l’étude et de la prière, la décision est évidente même si elle le torture : le jour de leur dixième anniversaire de mariage, il répudiera sa femme. Ce récit déchirant emprunte le ton des récits ancestraux. Discours épuré des débuts ou de la fin du monde, car chaque jour qui rapproche Rachel de la date fatale la fait osciller entre les deux. Son chant d’amour a la beauté du Cantique des cantiques, dont elle enveloppe, infiniment, l’homme qu’elle aime.

C’est très court, une lecture assez étrange.

Il y a beaucoup de tristesse mais en même temps, je suis assez outrée de voir la place de la femme dans cette culture/religion. L’héroïne travaille pour que son mari puisse se tourner les pouces (pardon, étudier !), les femmes sont tenues à l’écart lorsque les hommes dansent … C’est la vision de la religion qui me fait sortir de mes gonds en rejetant allégrement la faute sur les femmes et en faisant des êtres inférieurs et souillés.

Cependant, j’ai trouvé intéressant de découvrir cette branche – que j’espère extrême – du judaïsme, avec tous les détails de cérémonie et les mots en yiddish.

L’utilisation de la première personne ici n’a pas été très dérangeante, pour une fois, excepté pour le chapitre sur les droits de la femme bafoués (mais ça, première ou troisième, ça m’aurait hérissée). Je l’ai lu très vite. La plume est parfois simple dans les dialogues ou détaillée dans les descriptions, et belle et plaisante.

Mais au final, j’ai eu du mal à être touchée. Le fait de se laisser mourir n’est pas romantique, j’espérais qu’elle se relèverait.

Je suis mitigée, c’est un premier rendez-vous manqué avec l’auteur, mais j’ai encore un de ses livres dans ma PAL et je le tenterai à l’occasion.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s