Birth Marked, tome 1 : Rebelle

Titre VO : Birthmarked.

Auteur : Caragh M. O’Brien.

Traducteur : Hélène Bury.

Nombre de pages : 396.

Parution VO : 2010. VF : 2011.

Éditeur : Mango.

Genre : Science-fiction – Jeunesse.

Prix : 18, 50€.

Résumé : Gaia est une apprentie sage-femme, comme sa mère. Ce soir, elle parvient d’ailleurs à mettre son premier bébé au monde, et toute seule. Curieusement, elle annonce à la mère qu’il faut le “passer”, de l’autre côté de l’Enclave, réputée pour ses richesses. Lorsqu’elle rentre chez elle, ses parents ont été enlevés par la garde de l’Enclave. La jeune fille n’hésitera pas à s’y introduire, avec ce que lui ont laissé ses parents : d’étranges broderies qui pourraient bien être un code.

Je ne suis pas fan du titre (Rebelle, bof) ou de la couverture. Dommage, on aurait pu se contenter du titre de la série pour celui du tome, et certaines couvertures anglo-saxonnes sont beaucoup plus sympathiques (un petit aperçu sur la page Goodreads des éditions).

J’ai trouvé intéressant de découvrir le thème de l’hémophilie, en conséquence de la vie dans l’enclave. L’explication scientifique est un peu difficile à suivre, je trouve. Je connais un peu le sujet, donc je saisis, mais sinon, j’aurais eu du mal à suivre.

Il y a beaucoup de suspense, mais au final, ce n’est pas aussi « choquant » que je le pensais. Le roman est prenant, parfois touchant, je l’ai fini en une après-midi. Mais, je ne sais pas, une fois terminé, mon intérêt s’est vite envolé, et je n’ai pas eu envie de lire la suite. J’ai été très prise par le suspense, mais le récit final n’est peut-être pas aussi dark que je l’aurais souhaité, je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

Gaia avance un peu sans but, sans réfléchir aux conséquences parfois. Les personnages m’ont peu marqué, je dois le reconnaître.

J’avoue, ce roman a un côté un peu écœurant. Je suis loin d’être fan du thème de l’accouchement. Le thème central de la médecine n’est pas trop mon truc, sauf sur l’hémophilie, qui reste bien secondaire, au final. Le côté secrets de famille avec Léon est plaisant. J’ai trouvé l’idée du code intéressant mais complexe, il est dur à résoudre par soi-même. Je n’ai pas réussi ^^;

Il n’y a pas autant de découverte que d’habitude dans les univers de SF que j’aime. On essaie de comprendre un point de mystère sur l' »avancement » des bébés, pas comment tout est arrivé ou ce qui se passe dans d’autres domaines de l’Enclave. C’est un peu décevant.

Je n’ai pas l’intention de poursuivre cette série. Ce premier tome n’était pas mauvais, certainement pas du style de Delirium, mais au final je ne suis pas plus intéressée que ça et l’envie de poursuivre n’est pas là, donc je m’arrête à ce premier tome.

Nombre de tomes parus : 3 (série finie).

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s