Belle

Titre VO : Beauty.

Auteur : Robin McKinley.

Traducteur : Sophie Dalle.

Illustrateur : Alain Brion.

Nombre de pages : 237.

Parution VO : 1978. Cette édition VF : 2011.

Éditeur : Mnémos (Collection : Dédales).

Genre : Conte.

Prix : 17,30€.

Résumé : Réécriture du conte de la Belle et la Bête. La famille de Belle est ruinée et ils doivent s’exiler à la campagne. Alors qu’il revenait de constater le retour d’un de ses bateaux perdus dans une tempête, son père se perd dans la forêt enchantée qui borde leur ferme. Il découvre un château où il est servi par des entités invisibles, et comme un roi. Avant de partir, il cueille une rose pour sa plus jeune fille, éveillant la colère de la Bête, le  châtelain, qui exige une de ses filles en réparation.

J’ai attendu longtemps avant de pouvoir lire ce titre qui me tentait énormément. J’en attendais beaucoup, et au final, j’en ressors déçue.

C’est vraiment plat. Je suis ravie d’apprendre que Belle se soit faite aux patates rissolées aux oignons (parce que, vous voyez, elle aurait envoyé balader la servante qui lui amenait ça lorsqu’elle était riche). Mais en fin de compte, ben je m’en fiche un peu.

J’ai trouvé l’écriture trop descriptive dans le quotidien de Belle. Il y a non seulement les patates, mais j’ai vraiment été abasourdie lorsqu’elle a sorti que les chiens perdaient des poils. C’est tellement terre à terre que ça m’a estomaquée (il y a bien un contexte, mais franchement, je m’en fiche).

Le changement que l’auteur propose par rapport à d’autres versions : ici, ce sont les sœurs de l’héroïne qui sont belles et elles sont aussi extrêmement gentilles. Selon ses mots, Belle, au vrai prénom Honneur, est quelconque. Tout est conté de son point de vue, le voyage à la campagne, attendant le retour de son père pour raconter ce qui lui est arrivé au château. Mais bon, entendre l’héroïne préciser qu’elle est quelconque, dans un récit à la 1e personne du singulier, j’ai toujours des difficultés à le croire, aussi …

On part plus tôt que prévu dans le fantastique avec le château enchanté, un autre royaume, ce que j’ai assez aimé, avec les servantes en coup de vent littéral. Ça m’a rappelé le film de Cocteau.

Mais, honnêtement, l’intrigue, l’écriture, les personnages, tout est vraiment plat. Il n’y a pas grand intérêt, pas de vrai changement par rapport au conte. C’est presque inintéressant, les éléments sympathiques du château ne rattrapent pas le vide du reste de l’œuvre.

4 réflexions sur “Belle

  1. Bon eh bien… Je passerai mon chemin! Je crois que je me contente largement du film de Cocteau ( 😀 ) en ce qui concerne les adaptations de conte… Et puis j’ai vraiment l’impression que ce genre de réécriture moderne, en règle générale, à part surfer sur la mode du conte, ne sert pas à grand chose, et est même plutôt dénuée de sens puisqu’elles appauvrissent plus qu’elles n’enrichissent le contenu de base…

    • J’ai l’impression que je suis toujours déçue des réécritures, en effet, même si la mode bat son plein en ce moment ! Je me console en me disant qu’au moins les couvertures sont chouettes, pour la plupart ^^ Même s’il doit y en avoir des biens, hein !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s