Apartés - This little life of mine and other stuff·Errements visuels·Lectures sur un rocher·Lieux magiques

Imaginales 2014 – Auteurs

Ma grande surprise de cette année de salon a été une plus grande aisance en discussion avec les auteurs. Peut-être parce qu’en arrivant, je crois que c’était le jeudi après-midi, j’ai croisé Jean Marigny avant même d’entrer dans la Bulle et il m’a reconnue ^^

J’ai pris un grand plaisir à revoir et échanger quelques mots avec Carina Rozenfeld (dont j’ai juste fini la série Doregon et je voulais lui dire à quel point elle m’avait plu. Et aussi, si elle pensait un jour à reprendre le personnage de Josh et sa nouvelle mission, je ne serais pas contre ^^) … Georgia Caldera surprenait un peu avec ses cheveux bleus, mais joliment, et j’ai été très contente d’apprendre qu’elle serait normalement au Livre sur la Place à Nancy à la rentrée. Je n’y suis pas encore allée, mais si elle y va, je testerais sans faute. Et sa romance fantasy victorienne y sera aussi, donc forcément …

Grâce à une anthologie découverte devant Jean Marigny (ouvrage qui n’était pas là l’an dernier, si,si, j’avais acheté tous ses livres – sauf sur le freak, apparemment atterri dans la bibliothèque de ma cousine sans que je comprenne bien comment, n’étant pas trop son style – et non, je ne l’ai pas incitée sous la torture à céder à la tentation, je vous vois venir!), j’ai échangé quelques mots à nouveau avec Sire Cédric, qui a commencé à convaincre Snow (mais nous ne sommes pas beaucoup à résister à ses livres ^^;).Sophie Dabat, autre demoiselle bleue que je découvrais pour l’occasion, a eu une expression ravie devant Vampires, qu’elle ne voyait pas souvent. J’ai découvert, en plus d’une auteur très sympathique, son nouveau livre Fragments et Cicatrices dont le thème me parle particulièrement (femmes dans la mythologie, les fables, les légendes) au Chat Noir (dont j’ai encore quelques livres à lire, ma PAL pré-Imaginales n’a pas été entièrement écoulée, j’attends d’avoir terminé les anthologies qui me restent de cette charmante maison d’édition).

J’ai pu échanger deux mots avec Samantha Bailly pour lui dire à quel point Oraisons m’avait soufflée. Je ne l’avais pas emmené avec moi, parce que petit grand pavé et toujours « en mode à chroniquer », mais j’ai quand même profité de la dédicace d’une amie pour lui souffler mon admiration, sur la force de ces sœurs héroïnes, de leurs amours (qui ne m’ont absolument pas ennuyée), du sujet difficile et si prenant, … ah, et aussi que j’avais réussi à récupérer le tout dernier exemplaire du dimanche, l’an dernier, par chance !

L’an dernier, j’avais été un peu déçue de manquer Pierre Pevel, toujours par monts et par vaux pour la promotion du Chevalier, qui m’attendait sagement à la maison lui aussi, étant un grand format relié. J’ai juste ramené mon petit poche des Lames du Cardinal, dont j’adore le style de la couverture qui vous met tout de suite dans l’ambiance, et j’attends beaucoup du souffle épique Dumas sur fond fantastique. J’ai encore reçu une très jolie petite fleur blanche, une charmante personnalisation de dédicace d’un auteur que j’aime beaucoup retrouver chaque année. Comme je l’ai déjà embêté avec mes questions sur le tome 2 d’Ambremer et son éventuelle suite l’an dernier, je n’ai pas beaucoup discuté avec lui puisque pas encore relu d’ouvrages de sa plume.

Je suis partie à la recherche de Denis Labbé, qui n’était pas auteur de la table centrale, et donc difficile à trouver. On m’a finalement (après quelques tours de Bulle) appris qu’il serait au stand du Chat Noir le samedi, ce qui m’a permis aussi de fureter sur les très beaux ouvrages qu’ils présentaient – j’ai d’ailleurs beaucoup aimé ce détail d’afficher sur un présentoir le livre, et devant lui, retourné, un autre exemplaire vous donne le résumé. C’est tout bête, mais cette présentation a fait mouche. Denis Labbé m’a presque convaincue de tenter son nouveau roman, Les Errants, sur une catastrophe en voyage scolaire (ah, les souvenirs de camarade scolaire poussée dans un volcan … oui, uniquement dans un texte, bien sûr, qu’est-ce que vous allez imaginer!). Je n’ai pas cédé sur le stand, mais j’ai une idée de future commande sur le site qui commence à germer, tout doucement ^^

Hervé Jubert a été une de mes grandes découvertes ces dernières années, notamment pour sa trilogie Roberta Morgenstern, et sa série sur Georges Beauregard. J’ai été ravie de pouvoir le rencontrer à cette occasion, et de retrouver les petites touches d’humour qui font tant mouche dans ses livres. J’ai aussi pu le voir sur les trois petites griffes qu’il a eu la gentillesse de faire sur les premiers tomes de chaque série, et le dernier de la première, trouvée en occasion sur un stand voisin ^^ je vous en ferai peut-être profiter dans le billet consacré à mes petites folies !

Lors d’un dîner avec des blogueurs, j’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres auteures : Estelle Faye et Vanessa du Frat. Bien chanceuse que j’étais, je me suis retrouvée entre elles, sans en avoir au début la moindre idée ! J’ai beaucoup apprécié parler de différentes maisons d’éditions avec Estelle (Le Pré aux Clercs, Bragelonne et Milady, Les Moutons Électriques) et nos autres camarades de table. Je n’ai appris qu’en fin de soirée que Vanessa était auteure aussi, et de SF. Je l’ai recroisée sur le salon le lendemain après-midi et nous sommes allées nous poser dans l’herbe pour discuter un peu, de tout et de rien, avec grand plaisir, et j’ai pu découvrir son livre, Les Enfants de l’Ô, que j’ai pu ajouter à ma PAL. La discussion s’est aussi un peu orientée vers l’édition, puisqu’elle est auto-éditée. (Ce que vous ne devineriez pas du tout en voyant son livre).

J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer quelques auteurs étrangers venus cette année : Chloe Neill, Christopher Priest et Joe Abercrombie. Je connaissais les deux premiers de nom, j’étais tombée en occasion sur le premier tome des Vampires de Chicago de Ms Neill, qui en français ne me tentait pas trop, au final. Je n’ai pas trop eu l’occasion de discuter avec elle, devant sa dédicace très rapide, je ne me suis pas attardée, j’étais déjà soulagée de ne pas avoir dû attendre trop longtemps et d’avoir pu trouver le premier tome de Dark Elite en anglais (puisque celui des Vampires n’avait pas été fourni par l’éditeur).

Je connaissais Priest de nom pour Le glamour et un autre titre du challenge SFFF dont j’avais oublié le nom, et il m’a été conseillé par Lhisbei, j’ai donc profité d’un moment où il n’était pas assailli de fans en délire pour échanger quelques mots avec lui, mais une fois encore, comme je ne l’ai pas encore lu, ça n’a pas été très long. J’ai découvert Joe Abercrombie par Snow qui avait assisté à une conférence à laquelle il prenait part, et j’ai découvert avec joie (obsessionnelle much, je sais) qu’il avait à son stand des livres en anglais. Son accent étant indubitablement charmant – et musicalement so British – et parce qu’on a jamais assez de fantasy (dit celle dont l’étagère dédiée est pleine, à quelques deux ou trois poches près), j’ai craqué. Sans remords ^^

Vous vous êtes peut-être demandé quel livre pouvait bien être « mon précieux », si j’y pensais depuis l’an dernier. J’avais un peu hésité devant son prix, et quand j’étais prête à me lancer le dimanche matin, comme pour Oraisons dont j’avais réussi à avoir le dernier exemplaire, il n’y en avait malheureusement plus. J’aurais pu le commander, c’est vrai, mais je préfère le faire directement sur place ^^ Il s’agit d’Hercule Poirot, la biographie de Xavier Mauméjean et André-François Ruaud. C’est le premier livre que j’ai acheté cette année. Avant que, qui sait, il ne s’envole. (Si, si.) Mais je n’ai pas osé aller voir Xavier Mauméjean pour une petite dédicace (il m’impressionne…), et je n’avais jamais vu André-François Ruaud, même en ayant trimbalé ma Cartographie du merveilleux l’an dernier en le sachant sur le festival. Je n’ai réussi à me décider que dimanche après-midi … pour découvrir un auteur charmant, qui m’a fait une adorable dédicace et dessiné un petit Poirot trop mignon, et téléphoné à son comparse pour qu’il vienne également.

J’en ai profité pour glisser également un livre trouvé sur le stand de M. Mauméjean, puis découvert quelques autres sur celui d’ActuSF/Mnémos/et les Moutons (très vilainement placés tout à l’entrée. Pour tenter tout le monde, sans nul doute). Un très joli petit moment. Et livre. Qui trône fièrement dans mon étagère Littérature.

Mais aux Imaginales, il n’y a pas que les auteurs, il y a aussi les coupains blogueurs, ce qui devrait faire l’objet d’un billet suivant ^^

4 commentaires sur “Imaginales 2014 – Auteurs

  1. Oooh ^^ Le petit Poirot est trop rigolo !! J’irai certainement au Livre sur la Place comme chaque année – même si je trouve beaucoup moins de choses à mon goût que sur les Imaginales je vais en général saluer Pierre Pevel, et faire le tour des auteurs – sait-on jamais, il y a toujours quelques irréductibles de littérature « non mainstream » :p.

    1. Ben on prend déjà rendez-vous pour ce moment-là alors ^^ oui, j’ai toujours cette petite impression de différence puisque majoritairement blanche et pas trop d’auteurs qui me tentent. Et il y a Pevel.

  2. Tu en as vu du beau monde dis donc!! C’est chouette de pouvoir rencontrer tant de gens ^^ Tu donnes vraiment envie de découvrir ce salon =3

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s