La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

Auteur : Pierre Gripari.

Illustrateurs : Puig Rosado, Vouch.

Nombre de pages : 151.

Première parution : 1967. Cette édition : 1997.

Éditeur : Folio (Collection : Junior).

Genre : Contes.

Prix : 6€.

Résumé éditeur : Il était une fois la ville de Paris. Il était une fois un café kabyle. Il était une fois un monsieur Pierre. Il était une fois un petit garçon nommé Bachir. Il était une fois une petite fille, une sorcière du placard aux balais, un géant aux chaussettes rouges, une paire de chaussures amoureuses, une poupée voyageuse, une fée du robinet … La rue Broca n’est assurément pas une rue comme les autres.

Vous l’avez sans doute remarqué, je me spécialise un peu dans les billets de lecture lues deux ou trois ans auparavant mais postés trèèès tard ^^; C’est exactement le cas ici. Ma première lecture de ce petit recueil de contes charmants, avec une préface drôle et toute mimie, doit bien avoir une vingtaine d’années, mais celle qui a motivé ce billet, de « seulement » trois ans (je vous promets que ce sont mes billets les plus anciens qui datent de 2011, et que le stock est presque épuisé ^^;). Et c’est aussi la raison pour laquelle je ne joins pas ce billet au challenge Le nez dans les livres, qui est un tout petit peu plus récent.

La remarque que je ferais principalement, c’est que c’est trop court, j’aurais préféré en lire plus que d’avoir les jeux comme à chaque fin de récit dans cette édition. Je dois être un peu âgée pour ces petits intermèdes, mais pas pour les textes, qui plaisent toujours autant. .

Il y en a sept, en plus de la préface qui présente les personnages : La sorcière de la rue Mouffetard, Le géant aux chaussettes rouges, La paire de chaussures, Scoubidou la poupée qui sait tout, Histoire de Lustucru, La fée du robinet, La sorcière du placard aux balais. Comme on s’en rend compte dès lecture de ces titres, on est dans des récits très ancrés dans le quotidien avec une touche de magie, de fantaisie, de farfelu. Et c’est vraiment chouette.

L’histoire de La fée du robinet m’a rappelé le conte originel, où la gentille fille crache des perles et sa demi-sœur des serpents. La scène de l’enchanteur était très belle. Lustucru m’a vraiment plu. L’auteur y fait revivre l’Histoire avec beaucoup d’humour pour arriver à une conclusion touchante et insolite. On s’attache très rapidement aux nombreux personnages, et on en demande encore.

Cette édition est illustrée de dessins charmants, qui collent bien à l’ambiance, mais j’aurais préféré Quentyn Blake, l’illustrateur des histoires de Roald Dahl. Si je tombe dessus, je lirais très probablement d’autres contes de Pierre Gripari, ils restent un moment très sympathique, même quand on n’est plus tout petit. Et bien sûr, si ce n’est pas déjà lu, je vous conseille celui-ci.

2 réflexions sur “La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s