Catherine de Médicis : Journal d’une princesse italienne, 1530-1533

Auteur : Catherine de Lasa.

Nombre de pages : 151.

Parution : 2009.

Éditeur : Gallimard Jeunesse (Collection : Mon Histoire).

Genre : Jeunesse – Histoire.

Prix : 8,65€.

Résumé éditeur : 25 septembre 1530. Je venais d’un petit couvent, entouré de murailles, resserré autour d’un jardin clos. J’habitais une cellule étroite. Au rythme régulier d’une cloche, j’allais, avec mes compagnes habillées de noir, de la chapelle au réfectoire et du réfectoire à la bibliothèque. J’ai désormais changé de monde. Je viens d’entrer dans un univers inconnu. Tout est différent: les espaces immenses, la foule dans chaque pièce, l’or, les couleurs chatoyantes, qui ruissellent des plafonds, sur les vêtements… bijoux, peintures, soie, broderies… je ne sais que décrire, par quoi commencer. Où suis-je ?

Encore un petit récit historique jeunesse, toujours dans la même collection, que je vous recommande définitivement. Et une fois encore, je l’ai emprunté sans grande connaissance préalable de l’héroïne ou de la période, donc c’était surtout de la découverte, avec une auteur qui met toujours bien en scène ses protagonistes et retransmet soigneusement l’époque.

Mais en fin de lecture, je n’ai pas pu m’empêcher d’être  déçue : le récit s’arrête à l’arrivée de Catherine à la Cour de France, on ne sait rien du futur époux ! C’est peut-être le petit bémol que je peux reprocher à Mon Histoire : des coupures trop rapides, des ouvrages qui gagneraient beaucoup  à se rallonger … mais j’imagine que pour un lectorat plus jeune, la longueur est excellente.

J’ai été frappée par le contexte de guerre et de désolation au début, puis le luxe de la vie romaine, du Pape et de la famille Médicis. Du luxe au gaspillage avec les 15 000 ducats dépensés pour le bouton de chape du Pape … je ne suis pas au fait des conversions, mais ça m’a l’air un chouïa élevé, quand même (tout ça pour un bouton !).

Il s’écoule vraiment des années avant que le Pape prenne une décision ou la rende publique. Vu l’immédiateté de l’information dans notre société, je suis toujours fascinée par ce type de délai. On a un aperçu des intrigues de la Cour, entre les alliés du royaume de France et ceux de Charles Quint, du Saint-Empire Romain Germanique. Une petite déception finale, outre la longueur : l’habituel point sur les faits historiques est un peu court.

Mais malgré ces défauts, Catherine de Médicis reste une lecture à la fois divertissante et enrichissante, que je vous conseille.

4 réflexions sur “Catherine de Médicis : Journal d’une princesse italienne, 1530-1533

  1. je ne connais pas cette collection. ça l’air intéressant. Merci pour cette découverte. A partir de quel âge peut-on conseiller ce livre ?

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s