Anne of Ingleside

Titre VF : Anne d’Ingleside.

Auteur : Lucy Maud Montgomery.

Langue : anglaise.

Nombre de pages : 374.

Parution VO : 1994.

Editeur : Puffin Books (Collection : Puffin Classics).

Genre : Classique.

Prix : 8,73€.

Résumé : Lors de la dernière histoire mettant Anne en scène, on la quittait peu après la naissance de son fils Jem et leur départ de la maison de rêves. Une dizaine d’années se sont écoulées et la jeune femme et Gilbert ont eu quatre autres enfants, aussi imaginatifs que leur mère. L’auteur nous entraîne dans leurs petites aventures, mais peu celles de leur mère.

Je garde de très bons souvenirs de ce volume de la saga. Pas autant que les trois premiers ou que le dernier, mais découvrir les enfants d’Anne et leur adorable imagination reste un bon moment.

Quelques difficultés de lecture  se sont fait remarquer : l’auteur n’hésite pas à utiliser des abréviations pour suivre le langage enfantin des protagonistes, comme « s’posin' », pour « supposing ». J’avoue qu’il m’a fallu pas mal de devinettes pour arriver à comprendre !

De tous les enfants d’Anne et Gilbert, j’aime particulièrement Walter, le jeune poète, leur fils cadet. On retrouve bien en lui les rêveries de la mère, sa manière d’imaginer une autre vie aux gens qu’il ne connait pas, ou aux lieux, aux choses, au risque de s’effrayer lui-même. J’ai toujours trouvé ses histoires et mésaventures plus intéressantes et délicates que celles des autres, Nan, Di ou Rilla (Jem et Shirley en racontent peu).

Un personnage qui me déplait souverainement (mais elle est là pour ça) est la tante Mary Maria, de la famille de Gilbert, qui se permet de faire remarques déplacées sur petites piques à tout un chacun dans la famille et reste indéfiniment. Menacer les enfants de leur en coller une ou les effrayer, en leur parlant d’un enfant qui a été méchant avant d’aller dormir et qui est mort pendant son sommeil … Susan en parle d’ailleurs très bien à une invitée à qui elle se confie, puis Anne finalement.

Une fois encore, à mon grand agacement, elle se lance dans une opération de marieuse. Comme dans chaque volume, ou presque, ce qui devient énervant, même si j’ai laissé passer du temps entre chaque tome. Même sa relation avec Gilbert m’a agacée, lorsqu’à la fin ils retrouvent à un dîner l’ex de celui-ci et qu’ils se lancent en pleine séance de « Te souviens-tu? », échangeant leurs souvenirs. Et c’est Anne qui se sent coupable d’avoir cru qu’il l’ignorait

Bref, je serais contente lorsque je pourrais trouver les tomes suivants, qui se centrent sur les enfants du futur pasteur et leur imagination, leur amitié avec les enfants d’Ingleside, puis enfin, sur Rilla (ce sont ceux que j’avais lus chez France Loisirs, mais je crois que tout n’a pas été publié ; et je ne sais pas si ma jolie édition anglaise a les derniers volumes …)

Nombres de tomes parus : 8 (série finie)

Tome 1 : Anne of Green Gables.

Tome 2 : Anne of Avonlea.

Tome 3 : Anne of the Island.

Tome 4 : Anne of Windy Willows.

Tome 5 : Anne’s House of Dreams.

Tome 7 : Rainbow Valley.

Tome 8 : Rilla of Ingleside.

2 réflexions sur “Anne of Ingleside

  1. WordPress me déteste. Vraiment!
    Bon, je reposte pour la énième fois mon commentaire!

    Je disais donc qu’on avait les mêmes préférés. 1-2-3-8. J’ai pleuré touuuutes les larmes de mon corps dans Rilla!

    • Zut, désolée que WordPress te fasse des misères !

      Ah mais il est magnifique ce tome ❤ Je pense que même maintenant, en le relisant pour je ne sais combien de centaines de fois, je pleurerais encore !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s