Marie Stuart : Reine d’Ecosse à la Cour de France, 1553-1554

Titre VO : Mary, Queen of Scots : Queen without a country.

Auteur : Kathryn Lasky.

Traducteur : Julie Lafon.

Nombre de pages : 183.

Parution : 2008.

Éditeur : Gallimard (Collection : Mon Histoire).

Genre : Jeunesse – Histoire.

Prix : 9,65€.

Résumé éditeur : Partage le journal intime de Marie, et vis avec elle le destin exceptionnel d’une jeune reine à la cour de France.

« Janvier 1554. Catherine de Médicis a beau être la mère de mon futur époux, elle me montre bien peu de considération. Quand je suis arrivée ici, à la cour de France, elle ne m’a même pas saluée. Alors je me suis levée, et en français, je me suis présentée : « Madame, savez-vous que vous êtes en présence d’une reine ? Je suis la reine d’Écosse. » Catherine de Médicis m’a traitée de petite insolente avant de me demander si j’avais conscience de me trouver en présence de la souveraine des Français. Le fait est qu’il n’y a pas assez de place pour deux reines dans un même pays, sans parler d’un palais. »

J’ai été intéressée de retrouver Catherine de Médicis ici, plus âgée, parfois décrite comme aigrie, mais également sympathique, un petit complément à son Journal d’une princesse Italienne(que j’avais lu peu avant celui-ci), même si l’auteur est différente.

En lisant le résumé, j’ai vraiment pensé que Marie était une effrontée. Mais pas du tout, en fin de compte. Je me suis vraiment attachée à ce personnage plein de gentillesse et de majesté, dont je ne connaissais que vaguement le destin tragique. (Et j’ai fait des études d’anglais, shame on me pour ne pas la connaître davantage, je sais ^^,).

J’aurais voulu que l’histoire se poursuive et qu’on découvre l’Écosse à travers les yeux de Marie. Les détails sur ce pays, la musique, les traditions, ils m’ont beaucoup intéressée, mais on s’arrête trop tôt, une fois encore. Parmi les éléments de l’intrigue qui m’ont plu, on retrouve Marie et le soldat Robin, comme de voir Diane de Poitiers, la « vie de famille » au château …

Une lecture qui m’a vraiment beaucoup plu, portée par une héroïne jeune et attachante. Je ne voulais pas que ça s’arrête.

8 réflexions sur “Marie Stuart : Reine d’Ecosse à la Cour de France, 1553-1554

      • Un peu tout, l’intrigue, les histoires de la Cour, les acteurs et leur accent, la relation conflictuelle entre Mary et Catherine, le mystère concernant la forêt un peu étrange, les tentatives de meurtre des anglais… Le côté historique et puis aussi les costumes et décors qui sont sublimes! En plus j’ai rencontré les acteurs en juin et ils ont été tellement gentils que j’aime encore plus la série! Après, il ne faut pas s’attendre à ce que l’histoire soit très bien respectée 🙂 mais j’ai accroché dès le premier épisode

  1. Je me rappelle que tu avais fait une chronique sur un livre de la même collection. Mais n’est-ce pas trop pour les enfants ? (je ne sais pas si je n’ai pas déjà posé la question) car si non, il m’intéresserai !

    • J’ai déjà vu cette question, je ne sais plus si c’était toi effectivement ^^
      Écoute, je ne trouve pas ! Il y a une certaine frustration parce que ces romans ne sont pas très longs et qu’on se sent coupé en plein essor (surtout pour celui sur la famine irlandaise!), mais je ne les ai jamais trouvés trop jeunesse. Pourtant, j’en ai lu un certain nombre déjà ^^ Après, le plus simple c’est que tu y jettes un œil, en médiathèque tu devrais en trouver, et j’aimerais beaucoup avoir ton avis 🙂

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s