Au bord des mots, lectures sur un rocher

Sans parler du chien

Sans parler du chien ou comment nous retrouvâmes enfin la potiche de l’évêque. To Say Nothing of the Dog. Connie Willis (autrice). Jean-Pierre Pugi (traducteur). Grégoire Hénon (illustrateur). 1997 (VO), 2009 (VF), 702 p. J’ai Lu (Science-fiction). Voyage dans le temps. 8,20€.

Au XXIe siècle, le professeur Dunworthy dirige une équipe d’historiens qui utilisent des transmetteurs temporels pour aller assister aux événements qui ont modifié l’avenir de l’humanité. Ned Henry est l’un d’eux. Dans le cadre d’un projet de reconstruction de la cathédrale de Coventry, il doit effectuer d’incessantes navettes vers le passé pour récolter un maximum d’informations sur cet édifice détruit par un raid aérien nazi en 1940. Toutefois, quand Dunworthy lui propose d’aller se reposer dans l’Angleterre de la fin du XIXe siècle, ce havre de tranquillité où rien n’est plus épuisant que de canoter sur la Tamise et de jouer au croquet, c’est avec empressement qu’il accepte. Mais Henry n’a pas entendu le professeur préciser qu’il devra en profiter pour corriger un paradoxe temporel provoqué par une de ses collègues qui a sauvé un chat de la noyade en 1888 … et l’a ramené par inadvertance avec elle dans le futur. Et quand ce matou voyageur rencontre un chien victorien, cette incongruité spatio-temporelle pourrait bien remettre en cause… la survie de l’humanité !

J’adore Connie Willis. C’était déjà en très bonne voie avec Le grand livre, ça se confirme avec Sans parler du chien. Elle nous emmène une fois encore dans un récit de voyage dans le temps fascinant, où les personnages essaient de récupérer une potiche (pour recréer à l’identique une cathédrale, d’après l’idée d’une Américaine, je crois bien, aux idées plutôt arrêtées), et de comprendre ce qui a pu mal tourner dans la timeline lorsqu’une collègue du héros a sauvé ce malheureux chat : dans quelles circonstances ce couple ne s’est-il pas rencontré? comment les provoquer à nouveau? quel couple et donc -oui parce que ce n’est pas d’un point de vue romanesque – quelle vies ont disparu ? ou comment se louper dans son boulot et essayer de réparer les pots cassés !).

Son écriture est toujours aussi prenante, descriptive. Je me suis crue sans problème en 1888 en pleine partie de croquet ou dans un bazar. Un seul petit regret : le futur, ou présent de Henry, n’est pas beaucoup décrit ! On connaît juste les conditions de travail des historiens et la manière de les envoyer dans le temps. On appelle ça des « sauts » … j’ai l’impression très forte qu’elle utilise le terme leap en VO, comme dans Quantum Leap (ce qui est possible vu que l’édition originale est de 1997 et que la diffusion de la série était terminée !). J’adore retrouver ce genre de petit clin d’œil !

Ned et Verity sont les deux historiens que l’on suit la plupart du temps et qui sont coincés dans l’Angleterre victorienne pour faire leurs recherches. Ils fonctionnent plutôt bien en équipe, et j’ai pris plaisir à suivre leurs aventures, en partie grâce à la discrétion dans l’évolution de leur relation. C’est incident, ça arrive, et on ne s’étend pas dessus, et j’ai aimé ce déroulement des choses.

L’humour n’est pas en reste dans ce roman, avec notamment un comique de répétition. Je ne sais pas vous, mais moi, le terme potiche, je le trouve très drôle, et il est très souvent répété (c’est peut-être aussi à cause du double sens pour la potiche de l’évêque), ou à cause du déphasage du héros au début. Il a effectué trop de voyages dans le temps dans une période courte et souffre d’effets secondaires comme une ouïe un peu déficiente (confondre chat et châle, dans un style dialogue de théâtre, qui m’a beaucoup plu).

J’ai beaucoup aimé le cheminement de l’intrigue, entre chassé-croisé et investigation, traits d’humour, et tasse de thé. Sans parler du chien est un excellent moment de lecture que je vous conseille !

6 commentaires sur “Sans parler du chien

  1. J’ai déjà lu de l’auteur les deux tomes de Blitz et ça avait été une révélation ! J’ignorai que le saut dans le temps avec des historiens, c’était sa spécialité !! Merci pour la découverte ! Hop, dans la wishlist 😉

    1. A la wish, à la wish, c’est une obligation ! J’ai Blitz dans ma PAL aussi, mais je veux faire durer les livres que j’ai d’elle ^^ Merci d’être passée ici Melleaurel !

  2. C’est le premier roman de Connie Willis que j’ai lu et j’ai adoré !!! Personnellement, j’ai craqué pour le chien Cyril 🙂

    J’ai lu par la suite Blitz que j’ai encore plus aimé, un énorme coup de cœur ! Sors-le vite de ta PAL 😀 !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s