Au bord des mots, lectures sur un rocher

Rex

Rex : Kyôryû Monogatari. Clamp (autrices). Rieko Fukuda (traductrice). 1993 (VO), 2005 (VI), 130 p. Star Comic. Manga – Shojo. Livre lu en italien.

Tchié est une petite fille qui se sent un peu seule, et trouve le réconfort auprès de ses amis les animaux. Sa vie bascule le jour où, au hasard d’une expédition effectuée avec son père, elle découvre des oeufs étranges qui semblent appartenir à aucune créature connue. A sa grande surprise, un dinosaure éclôt de l’un d’eux, et il s’attache immédiatement à la fillette.

Il y a quelques années, j’avais lu ce petit one-shot tout mignon en bibliothèque, et je m’étais dit que lorsque je tomberais dessus en magasin, je le prendrais pour ma collection. Ça ne s’est pas fait – sa commercialisation est stoppée depuis quelques années – et j’ai profité de l’avoir vu dans la boutique Ebay où j’ai commandé mes Sakura en italien en janvier 2014 pour l’y ajouter ^^

J’avais gardé un assez bon souvenir de l’histoire, une petite fille qui découvre des œufs de dinosaure et décide de s’occuper de celui qui éclot. Malheureusement, des scientifiques viennent l’étudier en écartant son père, et n’ont pas les meilleurs intentions du monde … c’est un très beau petit récit, qui n’a rien perdu de sa douceur et de sa justesse. Les petites pages couleurs en fin de manga sont aussi adorables, avec de petits strips sur Rex qui chaparde dans le frigo ^^

Les dessins sont particulièrement kawaii. On est vraiment dans le beau trait des Clamp, tout en rondeur, en grands yeux et cheveux longs au vent, qui m’a séduite dès les Sakura. Et on voit que c’est un travail un peu antérieur. On ne s’intéresse pas beaucoup aux décors, ce sont les personnages, les humains et le petit animal, le centre du récit. C’est l’adorable Rex, le petit dinosaure, et ceux qui l’entourent, Chie en italien, son père, un scientifique plein de gentillesse, sa mère qui les a quittés pour travailler dans un endroit plus propice à la recherche, l’assistant de son père, et le professeur malveillant qui veut s’approprier Rex et l’étudier.

Je n’ai pas été spécialement choquée du fait qu’on puisse retrouver un œuf de dinosaure et qu’il puisse éclore presque normalement. C’est la poésie et la magie de l’œuvre qui fait son effet ^^

La difficulté a résidé dans la langue plutôt. Je ne l’ai lu qu’une fois il y a bien sept ou huit ans, et je n’ai pas gardé un souvenir aussi précis dans les dialogues que pour les autres séries Clamp que j’ai dans ma bibliothèque. Et il y a des pronoms partouuuut (je déteste les pronoms en italien. Ça se colle à d’autres mots, c’est sensé se coller, mais je ne sais jamais comment). Mais j’ai une fois encore vraiment aimé pouvoir me débrouiller seule avec cette langue, sans jamais avoir la tentation du dictionnaire, mais plutôt de la déduction (des petites cellules grises :P) pour deviner le sens d’un mot, d’une expression, par rapport au reste de la phrase ou au contexte. C’est toujours un exercice qui me plaît autant.

J’ai été ravie de redécouvrir ce petit manga, surtout en italien.

Un commentaire sur “Rex

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s