Au bord des mots, lectures sur un rocher

The Real Inspector Hound

Tom Stoppard (auteur). 1968, 36 p. Samuel French LTD. Policier – Théâtre. 6,68€. Livre lu en anglais.

The Real Inspector Hound‘s plot follows two theatre critics named Moon and Birdboot who are watching a ludicrous setup of a country house murder mystery, in the style of a whodunit. By chance, they become involved in the action causing a series of events that parallel the play they are watching.

Cette pièce est un des premiers récits que j’ai lus en anglais ^^ En cours de littérature complémentaire, il fallait lire Alice au pays des merveilles puis Coraline et Timbuktu (soit dit en passant, je vous déconseille franchement Alice comme première lecture VO. Si j’ai réussi à saisir 85% des mots séparément, je dirais, les mettre tous ensemble n’a pas toujours donné un texte cohérent). J’ai trouvé plutôt drôle, sept ans plus tard, de reprendre ce (tout petit) livre, avec les notes de vocabulaire dans la marge – et en VO, s’il vous plaît ^^. Et puis, cette pièce est toujours intéressante.

Deux critiques, plus intéressé par leurs histoires personnelles (qui voit une jeune femme autre que la sienne, qui s’inquiète d’un troisième critique qui prendrait sa place) assistent à une pièce de théâtre policière. Un fou s’est échappé et s’introduit dans une résidence où un triangle amoureux semble se jouer. Bien sûr, des personnages y perdent la vie. Mais ceux de quelle pièce?

Je me rappelle avoir beaucoup aimé ce point, ce mélange entre théâtre et réalité, où est la vérité et où se trouve l’illusion, même si l’enquête policière proposée ne peut mener nulle part. Ce changement vers la pièce dans la pièce, les risques qu’il comporte, sont autant d’éléments qui m’avaient scotchée.

Les jeux de mots m’ont aussi plu, des petites choses, comme « your turn » aux cartes, devient « I’ve had my turn » d’une ancienne amoureuse blessée (et furax, surtout). Le final grandiloquent est très drôle aussi, mêlant les deux niveaux d’illusions dans un feu d’artifices de révélations typique du roman policier.

Une lecture un peu courte, mais passionnante. (Hound pour limier, un synonyme de chien).

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s