Card Captor Sakura, tome 1

Auteurs : Clamp.

Langue : italien.

Nombre de pages : 187.

Parution VO : 1996. Cette édition : 1999.

Éditeur : Star Comic.

Genre : Manga – Shojo .

Prix : bonne question, c’est 3,90€ sur le site de l’éditeur mais j’ai commandé la série entière sur ebay, donc bon.

Résumé éditeur : Un jour, Sakura trouva un livre étrange dans sa bibliothèque et sans faire exprès libéra les cartes de Clow, puissantes cartes aux pouvoirs magiques. Elle se trouve donc investie d’une mission, celle de rassembler a nouveau les cartes pour eviter l’apocalypse. aidée par son amie Tomoyo et son « rival » Shaolan, elle va rassembler une à une les cartes au terme d’aventures les plus incroyables les unes que les autres.

J’adore cette série. Sakura est le premier anime que j’ai revue adolescente après mon amour d’enfant pour Sailor Moon, Dragon Ball Z, etc. C’est aussi une des premières séries manga que j’ai lues sans avoir vu ces fameux anime auparavant. Et au moment de me lancer dans de « vraies » lectures en italien, j’ai décidé de commencer par cette série que je connais déjà.

J’ai eu de la chance de tomber sur cette librairie italienne sur Ebay, qui m’a envoyé les douze volumes de la série, avec Rex que je ne possède pas en français, pour moins de 50€, frais de port compris. J’étais franchement happy.

Et j’ai commencé à lire. J’ai adoré, une fois encore. J’aime l’italien, j’ai été surprise de glisser sur le vocabulaire sans aucun souci, en me rappelant « oh, j’ai vu ça au lycée, ça veut dire ça », sans sortir de l’histoire parce que la connais quand même très bien. Je n’ai pas eu de problème de compréhension particulier, ce qui m’a surprise parce que ma lecture bilingue de l’an dernier m’avait un peu laissée sur le carreau quand même (mais entre Sakura et Le K de Dino Buzzati…).

C’est plutôt marrant d’ailleurs, ce format italien est tout fin. Il me fait plus penser aux exemplaires de Dragon Ball qui étaient vendus en kiosque, sans jaquette, qu’un manga broché traditionnel français. Différents des anglais et des allemands que j’ai dans mes bibliothèques. Et il se lit aussi dans le sens occidental. Je le montrerai à mon vendeur spécialiste dès que j’y retournerai ^^

J’ai eu un doute sur le fait qu’il y ait la totalité du volume 1 dans ce petit livre, j’ai dû comparer avec mon édition française pour être sûre, mais je suis à jour. D’ailleurs j’y suis retournée pour vérifier que j’étais bien au début, je ne me rappelais plus de l’entrée en matière tout en magie, avant de rencontrer Kero … c’est beau d’être encore surprise !

Il y a encore le prix en lire, sur la première de couverture ^^ 6 000 ! Çà a l’air très cher, d’un coup, mais c’est vrai que quand je lisais des strips sur les paiements en Italie, pour de toutes petites choses ils montraient souvent une valise de billets …

J’ai retrouvé avec plaisir la délicatesse des détails, la finesse du dessin, rien que dans les multiples costumes que l’adorable Tomoyo réalise dès le début.

J’adore le thème des cartes. Il m’a attirée dès le début dans ce récit (je dois bien avoir un jeu de cartes sur le thème … il faut vous avouer que je collectionne ces petites bêtes ^^et j’avais un énorme poster qui présentait chacune d’entre elles). Le fait qu’elles soient habitées, les différents éléments choisis. C’est tout ce que j’aime.

Sakura est une adorable héroïne à suivre. On redouble dans le kawaii avec Kero, Tomoyo. La famille de l’adolescente est aussi présentée ici, entre son père, charmant, et son frère, qui l’embête toujours mais tient tellement à elle, leur mère absente. J’aime beaucoup les dessins de celle-ci, et leur jolie manière de gérer leur situation. Et bien sûr il y a l’ami de Touya, Yukito, adorable et prévenant. J’ai hâte de voir arriver un certain personnage, ça va être dur de l’attendre. Les petits bonus sur les personnages, en marge de la page, permettent d’en savoir plus sur eux, avec des questions comme leurs dates de naissances, plats et matières préférées, etc. Rien de mieux pour réviser son vocabulaire courant en plus ! On ne voit pas encore beaucoup les camarades de classe de Sakura, ce sera pour la suite.

J’ai hurlé de rire, d’ailleurs, en apprenant que Tomoyo regardait toujours l’Inspecteur Derrick ! Sérieusement? Sérieusement, ça passe jusqu’en Italie ? Il faudrait que je compare avec la version française ! De même, bien ri lorsque Kero dit que la carte du Saut est idiote, provoquant la chute de Sakura. J’aime ce genre de case.

Et certaines expressions italiennes sont trop adorables ! Comme les « ragazze pon pon » ! Qu’est-ce que c’est mignon, bien mieux que pom pom girl ! (Oui, il n’y a qu’une petite différence ! Mais je m’en fiche, je les préfère presque à cheerleader. Na.).

L’italien est une langue tellement jolie, elle rehausse encore les dessins des Clamp que j’adore ^^ Je suis ravie d’avoir repris cette série.

Nombre de tomes parus : 12 (série finie).

3 réflexions sur “Card Captor Sakura, tome 1

  1. Pingback: Challenge In Italiano – Prolongation |

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s