Lectures sur un rocher

Nursery Crimes, tome 2 : The Fourth Bear

Jasper Fforde (auteur). Mark Thomas (illustrateur). 2006, 383 p. Hodder & Stoughton. Policier – Fantasy. 9,39 €. Livre lu en anglais.

The Gingerbeadman – psychopath, genius, convicted murderer and biscuit- is loose in the streets of Reading. But it isn’t Jack Spratt’s case.

Enforced non-involvement looks to be frustrating, until a chance encounter at the oddly familiar Deja-Vu Club lead them into the hunt of missing journalist Henrietta ‘Goldy’ Hatchett, star reporter for The Daily Toad. The last witnesses to see her alive were The Three Bears, comfortably living out a life of rural solitude in Andersen’s wood. But all is not what it seems. 

Une petite déception pour l’édition que j’ai trouvée. Certes, elle est très jolie, mais c’est la version poche lorsque j’ai la grand format pour le premier tome. J’espère que ça ne va pas m’agacer au point de recommander celui-ci en grand ! Je l’avais trouvé avant, aussi en occasion, et je ne connaissais pas du tout cette série à ce moment, juste Thursday Next que j’adore. Ça ne peut pas être mauvais puisque de Ffforde, et ça se confirme.

Après avoir suivi la quête du meurtrier d’Humpty Dumpty avec passion, dans ce volume, c’est le bonhomme de pain d’épice qui s’échappe de prison où il croupit pour meurtres en séries. Il entre clairement dans le département de Jack, les crimes de comptines, mais on le lui refuse, alors que c’est lui qui l’a mis sous les verrous la première fois. Mais une autre affaire attire rapidement son attention (j’ai adoré cette notion du club Déjà Vu ^^,), la disparition de la journaliste Henrietta Hatchett, surnommée Goldy, pour Goldilocks, et avec elle la découverte (pour le lecteur) de l’existence des ours parlants, qui ont leurs règles, leur mafia, leur quota de miel.

Je suis assez ébouriffée de voir que l’auteur a pu laisser ce qui est un gros pan de l’intrigue ici absent du premier (ou alors il n’est apparu qu’ici? Lecteurs de Thursday, ne me dites pas qu’on ne peut pas y penser !). J’adore voir comment Fforde a choisi de faire vivre ces ours, on est toujours dans la comptine parfaitement adaptée en roman policier.

Ces deux enquêtes finissent par se croiser, s’entrecroiser (me perdre avec plaisir, comme d’habitude, accessoirement), se lier à des recherches nucléaires sur des légumes et un parc d’attraction sur la bataille de la Somme (je vous dirais bien que j’en étais assommée, mais ce serait un très mauvais jeu de mots, et vous savez que je n’en fais pas !), donne une fois encore un joyeux fouillis que j’ai adoré – même si c’est un peu long, avec de longs chapitres, et surtout écrits petits. Plus jamais je reprends l’édition poche ><

Les personnages sont toujours doucement déjantés. Jack encore davantage que je ne le pensais. Mary se décide à sortir avec Ashley, l’extraterrestre de leur division, et on découvre une autre famille complètement barrée, même si l’auteur arrive aussi à laisser passer pas mal de tristesse, ce à quoi je ne m’attendais pas (pas qu’il n’en soit pas capable, mais qu’il le fasse).

En ce qui concerne la langue, malheureusement, je dois déconseiller cette lecture à moins d’avoir une bonne habitude de l’anglais. Le vocabulaire est vraiment riche et divers, surtout lorsqu’on décrit des situations qui sortent de l’ordinaire (ça me rappelle Alice au pays des merveilles, un des premiers livres que j’ai lus en VO, et que personnellement je ne conseille pas pour débuter, vous pouvez comprendre les mots séparément, mais mis ensemble, j’avais trouvé que c’était un casse-tête). Et les jeux de mots sont parfois compliqués aussi.

J’avoue qu’on perd aussi un petit peu de l’humour avec les personnages de comptine qui peuvent faire leur apparition. Personnellement, j’en connais quelques-uns, surtout grâce à Kaori Yuki qui s’en est déjà inspirée dans ses mangas, j’en ai croisé en littérature anglophone, mais le couple Punch, Mr and Mrs (qui ici passent leur temps à se crier dessus) ne me disait rien. Ou Jack Spratt lui-même qui existe aussi sous forme de personnage de comptine/conte (avec les trois ours) … l’impact est tout de suite moindre sans cette notion. Et on ne nous y introduit pas forcément, dans mes souvenirs, on est sensés avoir cette connaissance de base. Bon après vous pouvez vous amuser aussi sans, hein.

La rencontre avec la famille ours est très drôle. Rien que parce que c’est une famille ours, déjà, et ensuite parce qu’avec ces dialogue on découvre énormément de choses sur la situation et les régulations. J’aime beaucoup ce genre de thème.

Et on retrouve les chapeaux de chapitre avec des extraits d’un livre de records, présentant des personnages, comme cette femme qui est la plus encline à se trouver en présence de coïncidences, ou les aliens les moins susceptibles d’être suspectés d’enlèvements. Ça donne un avant goût du chapitre et ils sont toujours plein d’humour.

Je continue à énormément apprécier les petites séries de Jasper Fforde, et ce volume n’y fait pas exception !

Nombre de tomes parus : 2 (série en cours).

The Big Over Easy

2 commentaires sur “Nursery Crimes, tome 2 : The Fourth Bear

  1. Pour lire Jasper Fforde en VO, il faut effectivement avoir un très bon niveau en anglais, sinon ça devient vite pénible. Et pour le lire tout court, du moins pour cette série et les Thursday Next, il faut s’y connaître un minimum en littérature britannique, sinon on passe vraiment à côté (je connais des gens qui n’ont rien compris à L’affaire Jane Eyre à cause de ça). Même quand on s’y connaît pas mal (mon cas, rapport à mes études d’anglais), il y a beaucoup de références qu’on est obligé de vérifier. Bref, Jasper se mérite 😀

    Les ours sont effectivement très drôles 🙂

    1. C’est exactement ça Caro : Il se mérite 😀 je n’aurais pas pu mieux le dire !
      Pour être complètement honnête : je n’ai pas encore lu Jane Eyre 😛 donc j’étais un peu perdue en découvrant Thursday, mais j’ai quand même trouvé ça excellent, et hilarant. On en reparle quand j’ai lu JE ^^, après j’avais vu des adaptations plus jeunes, et peut-être lu des extraits petite …
      J’adore les références anglo-saxonnes ❤

      Hé, HS, j'ai eu un cadeau de Noël en avance : la nouvelle édition du Trivia Book de Gone with the Wind 😛 C'est une petite merveille, elle est magnifique ! et énorme !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.