Le Cycle des âmes déchues, tome 1 : Le Mal en la demeure

Auteur : Stéphane Soutoul.

Couverture : Cécile Guillot.

Nombre de pages : 138.

Parution : 2010.

Éditeur : Éditions du Petit Caveau.

Genre : Fantastique.

Prix : 11,90€ .

Résumé éditeur : Sur les terres reculées du domaine de Kreuzburg, une ombre étend son influence maléfique jusqu’entre les murs du manoir Kraemer. Afin de préserver les siens d’une menace plus funeste encore que la mort, le maître des lieux n’a d’autre recours que demander l’assistance d’experts en vampirisme. En ce crépuscule du XIXe siècle, la famille de Lacarme, un clan issu d’une longue lignée d’érudits en occultisme et surnaturel, fait figure de référence dans la chasse aux nosferatus.

Lorsque Gerald de Lacarme arrive en Allemagne, il est cependant loin de se douter de la sombre aventure qui l’attend. Car le mal qu’il est censé combattre rôde déjà dans les couloirs de la demeure, insidieux, impie… Surtout, il y a la belle Marion Kraemer, si mystérieuse, qui lui chavire le cœur à en perdre la raison. Partagé entre ses tendres sentiments et l’importance cruciale de sa mission, le jeune homme va s’immerger dans le plus terrifiant des cauchemars…

Si vous aimez les récits gothiques, vous frémirez sûrement avec ce roman. Je l’ai trouvé magnifique. L’écriture, à elle seule, m’a fascinée. Raffinée, recherchée, les termes soigneusement choisis (aaaah, nosferatus *u*), la plume de l’auteur nous plonge sans difficulté à l’aube du XXe siècle, une période dont je suis très éprise.

On suit Gerald, un peu le chasseur de démons de l’époque (Supernatural fan ^^), qui arrive à Kreuzburg sur demande d’un ami de son père, pour résoudre les évènements troublants qui s’y déroulent. Le récit est simple, mais porté par son écriture superbe, que j’ai déjà évoquée. La fin m’a un peu étonnée, comme il y a une suite, mais aussi parce que je ne m’y attendais pas, j’en suis très satisfaite. Elle clôt parfaitement l’histoire.

Il évoque aussi le thème de la gémellité. Marion, la belle jeune femme si intrigante qui accueille le héros Gerald, a une jumelle, Charlotte, faible et malade, et toutes deux entretiennent une relation très forte, tout aussi intéressante à suivre que celui des « nosferatus ». J’adore l’utilisation de ce terme (quand elle est motivée par une bonne raison, comme l’époque la propose ici), ainsi que le traitement de la créature, ici avec beaucoup de lyrisme et d’élégance.

Le récit est court et se lit d’une traite, et je prendrais un très grand plaisir à poursuivre cette série et découvrir les autres membres de la famille de Lacarme.

Mention spéciale à cette couverture magnifique de Cécile Guillot, qui illustre superbement l’histoire.

Nombre de tomes parus : 3 (série finie).

Tome 2 : Le Sacrifice des Damnés.

Tome 3 : Cœur de Ténèbres.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s