Angélique

Auteurs: Anne & Serge Golon.

Illustration : Lage.

Nombre de pages : 507.

Première parution : 1957. Cette édition : 1978.

Éditeur : France Loisirs.

Genre: Historique – Romance.

Prix: 11,90€ sur Ebay (j’ai commandé la plupart des Angélique sur ce site).

Résumé éditeurAngélique de Sancé de Monteloup est aussi belle que vive. Enfant, elle conduit avec autorité les petits paysans avec qui elle s’amuse, d’où le sobriquet « Marquise des Anges ». Son père la marie très jeune, par procuration, à un grand seigneur toulousain, très riche. Elle est au désespoir lorsqu’elle voit que cet époux est disgracieux et boiteux. Avec le temps, cependant, Angélique va découvrir que son mari est un savant qui possède une grande noblesse d’âme. Elle en tombe alors follement amoureuse.

Le malheur veut que Joffrey de Peyrac ait provoqué par sa richesse le ressentiment de l’Église et la jalousie du jeune roi Louis XIV. Accusé de sorcellerie, il risque le bûcher. Angélique va chercher à le sauver. Bien des embûches l’attendent à Paris, à la Cour. Parviendra-t-elle, au milieu des dangers qui la menacent, à sauver son mari?

Se rangera-t-elle à côté des anges ou des démons dans ce drame auquel participent les hauts personnages du Grand Siècle, de Monsieur, le frère du roi, à la Grande Mademoiselle ?

C’est une lecture assez récente. Ma découverte date d’il y a trois ans, je crois me rappeler que j’ai lu ce premier volume avant de voir les films donc je n’ai même pas été influencée par Robert Hossein ^^ J’avais déjà le tome 3, mais j’ai dû attendre plusieurs mois avant de pouvoir continuer la série. Je ne sais pas lequel est venu en premier …

Détail, mais je suis vraiment bien contente d’avoir une édition « intégrale », c’est très frustrant de couper en deux, comme c’est le cas avec l’édition poche.

Angélique est une enfant de seigneur, au caractère impétueux et indépendant, fée des marais pour les paysans. Il faudrait l’envoyer au couvent, tant elle est sauvageonne, mais son père n’en aura les moyens qu’après une entrevue ratée avec son riche cousin du Plessis-Bellière, durant laquelle Angélique découvrira un secret qui va bouleverser sa vie. On ne l’en sort que pour la marier de force à un seigneur toulousain, boiteux et balafré. Il se révèlera aussi bien d’autres choses : anticonformiste, intelligent, plein de tendresse. Mais son mépris des conventions de l’époque le fait remarquer des Grands du pays, dont certains espèrent bien enterrer le secret d’Angélique, et elle risque de tout perdre.

Angélique est une héroïne merveilleuse, courageuse, passionnée. Je trouve qu’elle tient beaucoup de Scarlett. Sa fidélité à Joffrey est exemplaire : elle aurait pu l’abandonner, s’en remettre au Roi, elle choisit de se battre pour le faire libérer. Joffrey, quant à lui, est d’abord dépeint comme terrifiant, puis on apprivoise ce personnage au fur et à mesure, comme Angélique, et on succombe à son charme.

J’ai adoré que l’auteur fasse intervenir des « personnages » célèbres ayant réellement existé, comme Louis XIV, Mademoiselle de Montpensier, la Reine, entre autres. Angélique se lie notamment d’amitié avec la Grande Mademoiselle, cousine du Roi, un personnage que j’aime beaucoup (je crois d’ailleurs que je l’ai élue personnage secondaire féminin préféré dans ma quinzaine angélique avec Miss Bunny !). Joffrey propose un compte-rendu du mariage du roi et de l’infante auquel il a pu assister, également : en plus des personnages, ce sont les évènements réels eux-mêmes qui s’invitent aussi dans l’intrigue (parfaitement dans le cadre du challenge Histoire, d’ailleurs), un élément qui me séduit totalement également. Cette manière de faire apporte un cachet d’authenticité et me donne l’impression que les choses auraient pu se passer ainsi …

J’adore l’écriture de l’auteure, qui nous transporte à l’époque de Louis XIV. C’est très documenté, mais vraiment bien rédigé, on n’a pas l’impression de lire un essai ou un documentaire. J’adore ce type d’écriture descriptive qui détaille les gens et leur environnement, où, lorsqu’on ferme les yeux, on a l’impression de se trouver dans le récit.

J’aime beaucoup ce premier volume, qui montre l’enfance et l’adolescence d’Angélique, ses premiers combats. Les années au couvent de l’héroïne sont intéressantes et drôles, comme l’éducation est toujours un domaine qui m’intéresse.

Le personnage de Desgrez, l’avocat de Joffrey, m’a beaucoup plu. La partie consacrée à son procès est longue, et propose des explications scientifiques qu’on a déjà eues par le passé (qui quant à elles me sèment toujours un peu), mais très intéressantes, avec ses magouilles (refus de laisser témoigner un enfant qui a créé un instrument avec lame cachée pour la torture, par exemple). Le procès de Joffrey est plein de tension, de pression, on souffre avec Angélique de le voir dans cet état et on s’inquiète de leur avenir à tous les deux.

Il y a vraiment beaucoup de personnages, ce qui peut prêter à confusion. J’oublie parfois qui est qui, surtout parmi les courtisans, mais c’est ce qui arrive avec un univers aussi riche et différents environnements.

Mais c’est vraiment un détail, pour un livre qui m’a toujours emportée.

Nombre de tomes parus : 14.

Tome 2 : Le chemin de Versailles.

Tome 3 : Angélique et le Roy.

Tome 4 : Indomptable Angélique.

Tome 5 : Angélique se révolte.

Tome 6 : Angélique et son amour.

Tome 7 : Angélique et le Nouveau Monde.

Tome 8 : La tentation d’Angélique.

Tome 9 : Angélique et la Démone, partie 1.

Tome 10 : Angélique et la Démone, partie 2.

Tome 11 : Angélique et le complot des ombres.

Tome 12 : Angélique à Québec.

Tome 13 : La route de l’espoir.

Tome 14 : Angélique et sa victoire.

10 réflexions sur “Angélique

  1. J’adore Angélique. Mais je n’ai lu que les 6 premiers tomes de l’ancienne édition… J’adore Joffrey, et Philippe, et la Grande Mademoiselle, et Desgrez, et le souffle… j’aime tout! (dit la fille qui a déjà cherché l’hôtel de Beautreillis à 3h du matin, dans un Paris endormi)

    • C’est vrai qu’elle s’est faite attendre, le brouillon a bien deux ans, je l’ai enfin retravaillé … après relecture cette année 😛 Oui ça fait plus de tomes que la plupart des gens ne pensent. Tu serais tentée pour y jeter un œil ?

      • Le premier, pour le principe, oui. Tu m’as convaincue qu’on pouvait y trouver beaucoup plus qu’une historiette à l’eau de rose. :p Pour le reste on verra, sincèrement à moins que j’accroche à mort à la plume de l’auteur je ne pense pas tenir la distance jusqu’au bout, cela reste un type de livre que je n’adore pas.

        • Le premier, c’est déjà une petite victoire 😀 Personnellement, je te conseillerais de pousser jusqu’au troisième parce que Cour de Versailles ^^ je serais ravie de le ramener pour une prochaine livraison 😛

    • Normal ^^ tu le découvres en les lisant je pense ! C’est ce qui m’est arrivé 🙂 L’auteur republie en grand format l’édition originale chez l’Archipel, et la version augmentée (je trouve honnêtement perturbant de la voir combiner les deux éditions chez la même personne. Mais bon. Si c’est l’originale que tu veux, la couverture est celle du film). Je serais curieuse d’avoir ton avis !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s