Sylvo Sylvain, tome 1 : Rue Farfadet

Auteur : Raphaël Albert.

Illustrateur : Aurélien Police.

Nombre de pages : 368.

Première parution : 2010. Cette édition : 2013.

Éditeur : Mnémos (Collection : Hélios).

Genre : Fantasy.

Prix : 9,90€.

Résumé éditeur Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères, des maris jaloux, des épouses trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux… Alors, Sylvo fréquente assidûment les bars et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames… Jusqu’au jour où lors d’un banale enquête de routine il se trouve mêlé à une machination dépassant l’entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l’affaire par l’un des trois puissants ducs de Panam. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

J’avais repéré le grand format de ce livre il y a quelque temps, en grande partie grâce à la couverture superbe, une fois encore, d’Aurélien Police (sans savoir que c’était lui et en pensant que c’était une BD. Si si). Et en tombant sur ce format poche juste après les Imaginales, je n’ai pas hésité, je me suis laissée tenter, d’autant que Magies secrètes d’Hervé Jubert sur une époque et un lieu proches étaient passés par là et m’avaient beaucoup plu.

Au final, est-ce la faute du héros? J’accroche moins à cet univers. Je m’y repère moins bien. L’écriture me perd un peu plus, elle est restée lointaine, ou moi plus indifférente, passive. Le côté séducteur de Sylvo ne m’a pas intéressée. Son côté paumé, un peu à la dérive, non plus. Peut-être un aspect un peu brut de décoffrage plutôt loin de celui policé de Jubert que j’ai beaucoup aimé. La première personne éventuellement aussi.

Ou l’adaptation de religion avec le Libérateur, le Roi Dijzû, qui ne m’a pas plu, ne me demandez pas pourquoi. Des éléments comme Premier Vin pour les heures ne m’ont pas paru bien sonner, ou femmedi pour un jour. Je n’ai pas accroché à ces choix.

L’intrigue m’a laissée de marbre et le livre pour moi s’est tiré en longueur. L’histoire d’amour m’a ennuyée (surtout que paf ça sort un peu de nulle part, même s’il y a une raison, ça m’a déplu). Je ne pense pas continuer cette série.

Nombre de tomes parus : 3 (série en cours).

Une réflexion sur “Sylvo Sylvain, tome 1 : Rue Farfadet

  1. Pingback: ALBERT Raphaël – Sylvo Sylvain ~ Rue Farfadet, tome 1 | Livrement

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s