Affiches du cinéma fantastique

Auteur : Gérard Mangin.

Nombre de pages : 309.

Parution : 1990.

Éditeur : Henri Veyrier (Collection : Cinéma).

Genre : Cinéma.

Prix : 150€ (disponible d’occasion).

Résumé éditeur : « Le cauchemar de Dracula », « Crimes au musée des horreurs », « Le mort dans le filet », « L’homme H », « La femme nue et Satan », « La Revanche de Frankenstein », … sont autant de souvenirs nostalgiques dans la mémoire des fidèles du Midi-Minuit et du Colorado. Pour cet enfant alors méprisé du septième art qui mêlait insolemment futurs chefs-d’oeuvre, films cultes et curiosités, l’affiche, support sublimatoire de nos désirs inavoués, se devait là d’assumer son rôle plus encore que pour tout autre genre cinématographique.
Vampires, revenants, esthètes, psychopathes, génies du crime, savants maudits et monstres en tous genres, demi-dieux, titans issus d’une science irresponsable ou survivants d’un autre âge sont les hôtes de ce musée, mariage de l’art graphique et d’abondantes sources de références.

J’ai essayé de laisser passer du temps entre la lecture de ce livre et la rédaction de ce billet, mais je suis toujours aussi agacée. J’ai vraiment une impression de fainéantise de la part de l’auteur !

J’ai lu ce livre pour admirer de vieilles affiches, certes, mais aussi découvrir des films, et je m’attends à savoir ce dont ils parlent. Entre les doubles pages d’illustrations sans résumé et ceux qui vous spoilent gentiment jusqu’à la chute, je n’ai absolument pas été satisfaite de cet aspect. Aucun effort, aucune consistance. Il y a une énorme impression de brouillon lorsque vous refermez ce livre. Et en plus, il y a des fautes.

Si j’ai pu comprendre qu’un résumé de film anglo-saxon pas sorti en France ne soit pas proposé, à l’extrême limite, faire l’économie de quelques lignes pour donner les grandes lignes de ce qui se passe dans un film français, ça m’a mise en rage. Ça m’est vraiment apparu comme de la fainéantise. Ce n’est pas une question d’esthétique, il y a de la place, quand l’auteur ne pond pas un gigantesque pâté pour tout dévoiler dans les moindres détails.

Ça a retiré tout le plaisir de découverte, ou de réflexion sur les affiches, avec cette légende qui est là ou pas selon le bon vouloir de l’auteur (pour moi, c’est systématique ou absent, sinon manque de régularité). Et parfois, on ne sait même pas de quelles affiches il est question quand il y en a plusieurs pour un film.

Bref, une lecture pas agréable, malgré un sujet intéressant.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s