Au bord des mots, lectures sur un rocher

Le guide de l’uchronie

Karine Gobled, Bertrand Campeis (auteurs). 2015, 346 p. ActuSF. Littérature – Science-fiction. 10€.

Et si… ? Et si Christophe Colomb n’avait jamais découvert l’Amérique ? Et si les nazis avaient remporté la Seconde Guerre mondiale ?

L’uchronie joue avec l’histoire pour créer des réalités différentes, explorant des possibilités infinies. Est-ce là l’expression d’une simple nostalgie rêveuse d’un passé jamais advenu ou une arme de réflexion philosophique ?

Je ne vous présente plus les guides ActuSF, j’en ai déjà lu plusieurs, certains appréciés davantage que d’autres. J’avais très hâte de débuter celui-ci, notamment parce que ce genre me plaît beaucoup depuis ma découverte il y a quelques années avec Le nez de Cléopâtre et que j’espérais trouver plein d’idées lectures.

Et puis parce que l’une des auteurs est également blogueuse et que j’apprécie particulièrement son blog – elle m’avait d’ailleurs déjà vilainement tentée il y a quelques années avec le Challenge Winter Time Travel et fait découvrir Pavane, une uchronie (coïncidence!) que j’avais adorée.

Au final, je n’ose pas vous montrer la tranche du livre, il y a plein de pages cornées, signe que soit c’est un passage qui me plaît, soit une lecture qui me tente. Donc, carton plein de ce côté.

On s’attache avant tout à une définition du genre, au travers de plusieurs questions et des entretiens avec des auteurs qui se sont illustrés en uchronie. Après une petite historique, on nous présente différentes œuvres, francophones, étrangères, jeunesse, puis jeunesse étrangère. C’est un panel très large, je ne m’attendais pas à ces distinctions et j’en suis ravie. Les illustrés ne sont pas oubliés, ni les films et séries, je vous en reparle en détail un peu plus tard, mais aussi les jeux, et étrangement, musique et théâtre, assez surprenant ! Je l’ai donc trouvé plutôt complet, avec plaisir.

Un seul petit détail qui m’a embêtée, mais je comprends. Avec le grand nombre de pages, le livre était assez difficile à ouvrir. Pour en profiter avant de dormir, j’ai essayé de l’ouvrir un peu plus … et clap, dos abîmé. Je fais toujours attention, mais là avec toutes ces informations les pages étaient un peu agglutinées sur le dos. J’ai du mal à l’expliquer, mais au moins en l’ouvrant à la moitié les deux parties ne sont pas entièrement ouvertes, comme j’ai déjà vu avec des mangas.

Le rapprochement entre uchronie et négationnisme/révisionnisme m’a plutôt étonnée, je n’y avais jamais pensé auparavant, et je n’ai pas (encore) lu de texte qui entre dans ces catégories. D’ailleurs, s’attarder sur leurs définitions a été plutôt intéressant aussi.

Une autre surprise a été la découverte de l’existence d’essais sur le sujet, soit des uchronies non fictionnelles : études historiques, qu’est-ce qui se serait passé si … certes, à l’origine ça s’appliquait surtout à des épisodes de batailles célèbres et je ne pense pas que ça me tenterait beaucoup, mais des réflexions plus vastes m’intéresseraient énormément ! Je ne savais absolument pas que ça existait ! Je crois que j’ai corné pratiquement toutes les pages de cette section ^^,

En arrivant aux films, j’ai été ravie de voir mentionné Retour vers le futur dans une catégorie un peu particulière : l’uchronie personnelle, qui met en scène des changements dans la vie du héros à partir d’un point de divergence. Ce n’est pas ce que je cherche en premier dans ce genre, mais j’aime particulièrement ce que ça peut donner.

Comme pour les séries. Il est fait mention des Vies rêvées d’Erica Strange, une petite canadienne de quatre saisons que j’aime tout particulièrement, où Erica peut changer son présent en modifiant son passé.

Là où j’ai été un peu dérangée, c’est que Early Edition est mentionnée aussi, le héros reçoit chaque jour le journal du lendemain et peut donc empêcher des catastrophes de se produire. Coïncidence, je la regardais au même moment, et j’avoue que pour l’uchronie, j’aurais vu une candidate bien plus propice. Code Quantum. Non seulement on mentionne des moments d’uchronie historique (Marilyne Monroe qui survit pour finir un film, Jackie Kennedy qui survit alors qu’elle devait périr avec son mari), mais que dire de celle personnelle de Sam ? Plusieurs fois, il parvient à changer sa vie et celle d’Al, surtout à la toute fin … c’est le léger reproche que je fais à cette partie sur les séries télé et qui éclipse un peu ma joie de voir Erica mentionnée. Regardez Being Erica, c’est magnifique.

De manière plus générale, j’ai vraiment aimé l’écriture de ce recueil. Elle est fluide, érudite, je ne me suis jamais ennuyée, je crois même me rappeler de petites traces d’humour par-ci, par-là. J’avais à la fois très envie d’arriver au bout pour lister toutes mes nouvelles idées lectures, mais en même temps, absolument pas envie de mettre fin à mes découvertes et de devoir me passer d’uchronies. C’est donc une excellente lecture, malgré ces deux petits points que j’ai évoqués, et un guide indispensable si l’uchronie vous intéresse !

Un commentaire sur “Le guide de l’uchronie

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s