Les Futurs mystères de Paris, tome 1 : La balle du néant

Auteur : Roland C. Wagner.

Illustrateur : Marc Simonetti.

Nombre de pages : 183.

Première parution : 1996. Cette édition : 2008.

Éditeur : J’ai Lu.

Genre : Science-fiction- Policier.

Prix : 10,50€ (L’Atalante).

Résumé éditeurTemple Sacré de l’Aube Radieuse — appelez-le Tem — n’est pas un détective privé comme les autres. Dans sa branche, le talent de transparence est un sacré atout, sauf quand vous voulez expressément que les gens vous voient ! C’est donc affublé de son fidèle borsalino vert fluo et secondé par Gloria, l’I.A. glamour et révolutionnaire, que Tem mène l’enquête sur la mort, a priori inexplicable, d’un physicien en chambre close. 

Pour promouvoir la SFFF française en septembre dernier, j’ai choisi ce (trop) court livre, le premier tome d’une série à l’assez long cours. Le mélange des deux genres peut beaucoup me plaire, et la couverture m’attirait plutôt (davantage que celle de L’Atalante ^^). En plus, j’avais pas mal entendu parler de l’auteur, référence en matière de SF française.

J’avais juste quelques appréhensions. Ou plutôt, une forte impression/crainte d’univers totalement barré que je n’arriverais pas à suivre.

Et absolument pas. Ce livre, c’est tout ce que j’aime dans le genre. On est dans l’enquête policière pure et dure (mais de la chambre close c’est extra ! J’adore !) située dans un contexte futuriste qui n’est PAS un simple prétexte mais véritablement un univers dont l’auteur commence seulement à dévider les films avec ce premier tome.

Qui n’est PAS non plus un tome d’introduction à Tem, notre charmant protagoniste. Certes, on a un premier petit chapitre qui nous parle de son don particulier, de sa vie, de sa rencontre avec Gloria (même si ça, je ne l’avais pas trop compris au début), mais on a affaire à un récit à part entière, dans un univers extrêmement complexe et fouillé, mais plutôt bien explicité.

D’ailleurs, j’ai un peu regretté la courte taille du roman, mais en fait il est tellement riche que ce n’est pas plus mal. Pour bien tout assimiler (pas pour l’enquête parce que j’étais à fond dedans, ça faisait longtemps !) et se faire à cet étrange futur, ce n’est pas plus mal.

Dans ce futur, les nations diverses ont « disparu », avec le sentiment d’identité national, pour laisser place à des cultes divers et variés, religions, sectes en tout genre, pour remplacer ce sentiment d’appartenance. C’est extrêmement développé, j’ai adoré les passages où Tem évoque ce système. Je serais sûrement une Lectrice : me « déplaçant toujours avec un livre à la main », forcément 😛 vous avez aussi les Balmusettes, délicatement nostalgique, par exemple !

Parlant du protagoniste, je suis très enthousiaste également. Son don le rend déjà particulièrement frappant, mais aussi très solitaire. Comment vivre lorsqu’à part une intelligence artificielle tout le monde vous oublie en moins de deux ? Même sa famille … Celle-ci a d’ailleurs l’air plutôt drôle, et j’espère en croiser certains membres par la suite. Mais je l’ai beaucoup aimé dans sa personnalité aussi, entêté, courageux, un peu inconscient … et absolument pas rodé aux grosses affaires de privé. J’ai adoré ses failles, le fait qu’il soit imparfait et se réclame des policiers de la littérature ❤ Même si je préfère Hercule Poirot à Nestor Burma. Mais je ne lui en veux pas. C’est bon, ce type de références !

L’avenir voit également le développement de pouvoirs psi, qu’on commence à découvrir ici. Je ne peux pas m’empêcher de trouver cet élément original, même si je sais qu’on peut retrouver ce thème en science-fiction. J’attends plus de précisions pour me faire une meilleure idée !

La langue est vraiment belle. Fluide, instinctive, riche comme je l’ai déjà dit lorsqu’il est question de l’univers. C’est vraiment un plaisir de lecture. Avec des petites pointes d’humour, quand il le faut, assez régulièrement.

Le deuxième récit m’a plutôt surprise, mais je l’ai beaucoup aimé également. Il propose également des réflexions sur un culte, ça tombe bien, ce thème m’avait particulièrement parlé depuis le début. Il m’a aussi fortement rappelé un Zelda (Link’s Awakening, pour être précise), non sans déplaisir. Ce récit est court, mais tout aussi riche, et se suffit à lui-même, tant pour la (toute) petite enquête que pour le développement du thème des cultes et de la spiritualité. Et Gloria, très drôle, se permet le mot de la fin.

Je suis estomaquée et envoûtée.

Nombres de tomes parus : 9 (série finie).

4 réflexions sur “Les Futurs mystères de Paris, tome 1 : La balle du néant

  1. Merci pour la découverte, cette série m’intrigue ! Sinon j’ai fini Les dames à la licorne, c’était mon 1er Barjavel non science-fiction et j’ai été un peu déçue, il y a de très belles choses (l’écriture, la poésie de l’ensemble), mais aussi beaucoup de longueurs. Bilan mitigé du coup !! 🙂

    • Contente que ça t’intéresse Biancat ^^ Hm, je pense que je peux comprendre les longueurs des Dames à la licorne, même si j’étais tellement prise dans le récit qu’elles ne m’ont pas embêtées ! Je suis quand même contente que certains éléments t’aient plu 🙂

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s