Mise en bouche

Titre VO : Hyeo.

Auteur : Kyung-Ran Jo.

Traducteur : Hui-Yeon Kim.

Nombre de pages : 235.

Première parution : 2007. Parution VF : 2010.

Éditeur : Philippe Rey.

Genre : Contemporaine.

Prix : 18€.

Résumé éditeur Quand l’homme qu’elle aime la quitte pour la belle Lee Seyeon, une de ses élèves, la jeune et célèbre chef Jung Jiwon ferme l’école de cuisine qu’elle dirigeait, et sombre dans une profonde dépression. Avant de perdre tout sens du goût et de la vie, elle se réfugie dans le poste d’assistante qu’elle a occupé autrefois auprès du chef de Nove, le plus connu des restaurants italiens de Séoul. Un travail, ou plutôt un sacerdoce, qui peu à peu va lui permettre de refaire surface et de redécouvrir le plaisir sensuel de la nourriture. Un retour à la vie dont elle fait ici un récit sous-tendu par la folie d’une passion dévorante, mais où perce, entre foie gras à la toscane, crevettes aux pommes et pizza à la coréenne, une détermination sans faille. Avec une lenteur et une minutie tout orientales, la cuisinière amoureuse échafaude un plan de séduction culinaire pour un acte final, vengeur et triomphant …

J’avais énormément aimé la trilogie culinaire de Poppy Z.Brite, qui en plus d’être bien ficelée abordait la cuisine de manière intéressante. J’espérais avec cette lecture retrouver ce thème dans un contexte coréen, et elle a plus ou moins rempli cet objectif.

Jiwon, l’héroïne, a été trompée et abandonnée par celui qu’elle aime, pour une jeune femme qui était son élève en école de cuisine. Elle ferme celle-ci et décide de retourner travailler dans le restaurant italien qui faisait son bonheur jusqu’à ce qu’elle rencontre cet homme.

J’ai beaucoup aimé la découverte progressive de ce personnage, l’ex, des circonstances de leur séparation, jusqu’à son nom, durant le roman. A l’image du reste, les choses se font tout en délicatesse, en poésie, l’auteur prend véritablement son temps, malgré une chronologie apparente, il y a de nombreux flash-backs, ce qui ne m’a étrangement pas dérangée.

On a également un petit aperçu de la Corée, assez mince parce que Jiwon reste bien souvent confinée dans l’espace d’une cuisine. Elle évoque quelque fêtes, coutumes, mais on est principalement dans le domaine des chefs et des restaurants. L’héroïne parle forcément beaucoup de recettes, de quelque chose qui lui tient à cœur et la fait se sentir bien, comme on le sent tout de suite.

Elle relate beaucoup d’anecdotes sur la cuisine, la nourriture, au fil des siècles et des pays, qui peuvent ennuyer. Au contraire, j’ai beaucoup aimé, mais probablement parce que l’écriture m’a happée dès le début dans sa langueur et sa poésie.

Un aspect un peu étrange a été le rapprochement tout en simplicité de l’auteur entre nourriture et sexe, elle le fait assez régulièrement, sans prendre de gants. Rien que pour la description du jour où elle a surpris son amant qui la trompait dans le salon, c’est assez surprenant, mais ça n’est pas choquant, ça passe très bien, je trouve. (Bon, le passage avec le SDF, c’est un peu différent, mais on comprend qu’elle est en train de couler …).

La seule chose à vraiment m’avoir dérangée est ce pauvre Pauli. Pauvre bout’chou, j’ai été si triste en lisant ce qui lui était arrivé, surtout en apprenant que cette saleté de Seyeon (la nouvelle petite amie) avait bizarrement une poêle à frire en main en allant libérer un pauvre toutou qu’elle avait enfermé dans une salle de bains pendant trois jours …

Je ne m’attendais pas à la fin, mais j’ai vraiment aimé. C’est inattendu, drôle, oserais-je dire savoureux ? J’ai bien ri.

2 réflexions sur “Mise en bouche

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s