The Steampunk Bible

Titre VF : La Bible Steampunk.

Auteur : Jeff VanderMeer, S.J. Chambers.

Langue : anglaise.

Nombre de pages : 183.

Parution : 2011.

Éditeur : Abrams.

Genre : Science-fiction- Beau Livre.

Prix : 21,75€.

Résumé éditeur : The Steampunk Bible is the first book of its kind, a fully illustrated compendium tracing the roots and history of this subculture, from the work of its godfathers Jules Verne and H.G. Wells, to the key figures who first coined the word that would spawn a literary genre, to the vast community of craftsmen and artists that has translated the spark into a lifestyle with clothing, accessories, and a backstory to match. This ultimate manual, filled with scores of illustrations and photographs, will capture a world seen through aviator goggles, including the history, literature, film, art, crafts, television, comics, and fashion created by Steampunks the world over. In these pages you’ll find a do-it-yourself project from Steampunk Workshop founder Jake von Slatt and interviews with Scott Westerfeld, author of Leviathan, and Sean Orlando, creator of the Raygun Gothic Rocketship. Steampunk fashion photographer Libby Bulloff captures different styles for sporting spats, cravats, corsets, and goggles, while The Difference Engine coauthor Bruce Sterling pens a user’s guide to the subculture. Additional contributors include Greg Broadmore, Jema Hewitt, Mike Mignola, Molly Crabapple, Jess Nevins, Catherynne M. Valente, and many more. Simultaneously an investigation of the roots of Steampunk and a veritable who’s who of its key players, The Steampunk Bible encapsulates the past, present, and possible future of the genre.

J’avais très, très envie de débuter mon demi-challenge ABC SF par ce beau livre sur le Steampunk. Depuis ma lecture des aventures d’Alexia Tarabotti, du guide ActuSf consacré à ce genre et de ce que j’ai pu voir en matière d’esthétique, j’ai très envie de me plonger plus avant sur cet univers. Et je n’aurais pas pu mieux tomber.

Déjà, l’objet en lui-même est magnifique. D’un grand format, relié, les pages ont un côté papier glacé, avec une illustration impeccable, entre photographies de personnes (superbes cosplayers) ou de lieux (les éléphants de l’île de Nantes, j’ai une de ces envies d’y aller maintenant !), d’affiches, récentes ou plus anciennes, couvertures de livres, inventions, objets en tout genre … c’est varié, et c’est vraiment beau.

Le texte est superbe également. J’ai vraiment aimé la première partie, consacrée à la littérature, mais chaque chapitre m’a entraînée. Esthétique, mode, accessoires, musique, culture en générale, télévision, cinéma, c’est un panorama peut-être plus large que celui d’ActuSF, et je n’ai pas eu une impression de redondance entre les deux ouvrages. En revanche, j’ai eu ce sentiment d’apprendre beaucoup de choses, d’avoir plein d’envies de développer des projets vestimentaires et créatifs dans cet univers !

J’ai retenu peu d’idées de lectures (j’en ai reconnu pas mal) roman, mais un peu plus en comics / roman graphique, comme Lovelace and Babbage Make a Great Exhibition of Themselves (de Sidney Padua) et Girl Genius de Phil et Kaja Foglio, mais surtout Puppet Makers : une Cour française steampunk avec des automates / cyborgs de Molly Crabapple. Le dessin est superbe et le récit m’intrigue.

La partie mode, je l’ai savourée. J’adore le style vestimentaire corset / grande robe, j’étais particulièrement servie. Il y a en plus une très jolie photo de Gail Carriger qui décrit la robe qu’elle a assemblée avec différents éléments (cuillères à thé, ruchés de rideaux). Les références à des membres de cette culture qui y intègrent d’éléments d’autres cultures m’a paru aussi très intéressant, comme celle vietnamienne, amérindienne, chinoise, japonaise, un peu éloignée de la traditionnelle Grande-Bretagne victorienne, mais tout aussi riche.

J’ai été surprise de trouver le nom de Rasputina parmi les groupes de musique mentionnés (qui me tentent pour beaucoup), je l’avais découvert dans le CD de Buffy (Transylvania Concubine, que j’adore et vous conseille), et je m’y replongerai très certainement.

Ce billet pourrait se poursuivre par de longs passages de groupie qui a adoré sa lecture, mais je vais en rester là et vous recommander cette superbe lecture ! Avec quelques mots, encore, sur l’anglais. Il est plutôt soutenu, avec un vocabulaire assez spécialisé. Mais pas de souci pour les francophones, Bragelonne a traduit cette petite merveille fin 2014 ^^

2 réflexions sur “The Steampunk Bible

  1. J’ai une amie qui a la version française de ce livre, je pense que je vais vraiment la lui emprunter pour la feuilleter! Surtout qu’on a prévu de se faire des costumes steampunk pour une prochaine convention, j’ai besoin d’inspiration!

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s