Au bord des mots, lectures sur un rocher

Les filles d’Estoril

Portugues Suave. Margarida Rebelo Pinto (autrice). 2012, 339 p. JC Lattès. Contemporaine. 18,50 €.

Dans le Portugal d’hier et d’aujourd’hui, trois générations de femmes en quête de bonheur et d’amour sont liées à leur insu par un incroyable secret.

Leonor et Nana, célibataires trentenaires, sont deux cousines inséparables. Comme leurs mères, des jumelles aussi proches qu’opposées, les deux jeunes femmes ne voient pas la vie de la même façon : Nana, sans attaches, collectionne les jeunes amants, indifférente aux préjugés d’un Portugal encore très traditionnel. Leonor, l’amoureuse romantique, attend toujours le prince charmant. Mais de troublantes découvertes vont bousculer leurs certitudes : et si l’histoire familiale était à réécrire ? En démêlant ces mystères, trouveront-elles un nouvel équilibre ?

Pour cette étape du challenge Destination d’Evert, je n’avais pas particulièrement voté pour le Portugal, mais j’ai finalement été inspirée, notamment par ce roman, dont, j’avoue, j’ai avant tout été frappée par la couverture. Et le côté saga familiale me tentait aussi.

Je me suis laissée porter par les personnages : Leonor, Nana, Teresa et Luisa (leurs mères respectives), Nuno (le père de Leonor), il rythment cette chronique faite d’attentes, de réalité, de secrets. Ce mystère a été la petite cerise sur le gâteau, a rajouté du peps dans une longue description … qui étrangement ne m’a pas ennuyée.

Effectivement, je n’ai pas trouvé qu’il y avait beaucoup d’action, propre à ce que je pense de la contemporaine, mais en même temps, j’ai aimé cette progression, probablement pour l’éloignement géographique, cette impression de découvrir une chronique d’autres temps, d’autres lieux – même pas réalisé tout de suite que c’était très proche de nous, dans les années 2000 ! Ou juste pour le soupir nostalgique à la mention de MSN …

Il y a un aspect résignation, très traditionnel, voire catholique dans l’attitude des femmes de la famille, notamment Teresa. Et une fois encore, ça ne m’a pas dérangée. C’est une mère, une épouse d’un autre temps, je ne me suis pas insurgée, j’ai accepté sa vision des choses, même si je n’adhère pas à cette vision d’acceptation de tout venant du mari.

J’ai été surprise par les situations finales des deux héroïnes, tout va très vite. Elle m’ont aussi plu dans la lecture. Leurs mères présentées en parallèle, aussi en contraste, reflets d’un autre temps également, qui nous décrivent aussi leur vision de l’histoire du Portugal, aussi via Joana, la méchante belle-soeur de Teresa (dont on a heureusement les pensées en fin de livre, je trouve qu’elles auraient manqué sinon). Et l’histoire de la mère de Nuno est particulièrement prenante et triste, la chute vraiment bien trouvée, elle m’a fait plaisir. Ce personnage a beau ne physiquement pas intervenir dans l’intrigue, on sent sa présence tout au long du livre dans une lumière très positive. Les portraits de femmes sont très bien esquissés.

L’écriture m’a paru pleine de poésie et de délicatesse, jusque dans les descriptions d’excès de Nana, qui ne vont pas trop loin, rien de graphique. La structure m’a surprise, les informations sur les personnages sont distillées au fil du récit, gardant le lecteur en haleine, mais avec modestie, sans laisser entendre un final en feu d’artifices, mais pour nous fournir un fin en feu de cheminée cosy qui fait plaisir.

J’ai eu cette impression de dépaysement bienvenue, même si elle aurait effectivement pu être plus prononcée, quelques pointes se sont fait sentir, notamment dans les éléments sur l’histoire du pays, qui ne sonnent pas comme un documentaire, mais des souvenirs disséminés par-ci, par-là, pour mon plus grand bonheur.

10 commentaires sur “Les filles d’Estoril

  1. Ah je t’envie d’avoir pu mettre la main sur ce roman qui semble vraiment sympathique 🙂 Mon escale portugaise n’aura pas été aussi agréable ^^ Je le note, il me réconciliera peut-être avec la littérature portugaise 😀

    1. C’est très possible ^^ j’ai eu de la chance d’avoir une Médiathèque avec pas mal d’idées, dont ce livre bien chouette ! J’espère qu’il te plaira 🙂

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s