Vampires d’une nuit de printemps

Auteur : Lia Vilorë.

Couverture : Rozenn Illiano.

Nombre de pages : 250.

Parution  : 2012.

Éditeur : Éditions du Petit Caveau (collection : Sang Neuf).

Genre : Fantastique – Humour.

Prix : 17,90€.

Résumé éditeur : Cher journal, Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire.
Sans déconner ?
Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !
Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors…
Ouais… pas faux…
Alors, vas-y, raconte…
En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.
Tu vas en faire des envieuses !
Ouais… surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !
Qui est ?
Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !
Ça me rappelle quelque chose…
M’en parle pas !

Je continue sur ma lancée de découverte des titres de cette maison d’édition. Et une fois encore, c’est une réussite.

« Bourré de références cinématographiques, de traits d’humour et de rebondissements, l’auteur nous propose de suivre les pas de son héroïne, Lia Fail, dans une enquête qui lui promet de vivre maintes péripéties. Un récit moderne et original, teinté d’humour pour le moins mordant ! »

Ces quelques phrases suivent le dialogue résumé, que je trouvais sympathique, mais après cette conclusion, j’étais un peu inquiète qu’on tombe dans le too much (à la fois trop de référence et une auteur qui essaie trop). Mais je me suis complètement retrouvée dans ces éléments, dans l’humour de l’auteur, qui est un énorme point du texte.

L’aspect fantastique du texte m’a aussi très bien convenu – et il se mariait très bien avec la légèreté des références. La construction du groupe de vampires en double, avec un autre, était plutôt intéressant, dans les caractéristiques des vampires, jusqu’au choix de leurs noms et son exotisme gaélique – ce point est un régal pour les yeux – le terme d’Éternel, autant de données de mythologie qui m’ont beaucoup plu. Le pouvoir personnel de Lia est hilarant, pour couronner le tout. Et ne parlons pas de l’héroïne elle-même, bien couplée avec Amaël, plus stoïque, principale source d’information sur les vampires. Mais chacun d’entre eux a un petit quelque chose qui en fait un personnage « réel » et rend l’histoire encore plus vivante.

Le début présente l’arrivée de Lia dans  ce nouveau monde et son acclimatation, puis l’assassinat de celui qui l’a changée en vampire lors d’une cérémonie officielle (donc avec tout le monde présent, ajoutant un petit piment policier pour mon plus grand plaisir !) et un course-poursuite pour comprendre ce qui s’est passé et protéger la jeune vampire. Classique, mais efficace.

Parmi les éléments qui m’ont séduite, mention spéciale à Buffy, le folklore celtique irlandais, le sceptre lunaire de Sailor Moon, The Princess Bride <3, les frères Mario … parmi tous ceux que j’ai repérés. Inutile de dire que j’étais comme un poisson dans l’eau.

J’avoue qu’en arrivant à la fin, je l’ai trouvée un peu ouverte, et je ne serais pas contre, pas forcément une série, mais d’autres romans dans cet univers magique et un peu fou ^^ Et l’auteure m’a juste annoncé il y a quelques semaines qu’une suite était prévue ! Joie !

Nombre de tomes parus : 2 (série en cours).

Tome 2 : Vampires de sorcellerie.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s