Bifrost, n°60 : Dossier sang pour sang vampires !

Nombre de pages : 265.

Parution : octobre 2010.

Éditeur : Le Bélial.

Genre : Nouvelles – Fantastique.

Prix : 11 €.

Contient : Enculés d’Eric Holstein, Nuit rouge de Christophe Lambert, Desmodus Draculae de Léni Cèdre, Un Précis d’Ian R. MacLeod ; Dossier sur les vampires et vampirismes : Fantastique belge et nippon par Pierre Stolze ; Archéologie et histoire du vampire de Patrice Lajoye ; Une maladie aux sources du mythe? par Simon Sanahujas ; Les trois romans fondateurs par Eric Holstein ; Étude bibliographique du Dracula de Bram Stoker par Alain Sprauel ; Le vampire dans les pulps des années 30 par David Valageas ; Anne Rice : du vampire au catholicisme par Grégory Drake ; My vampire comics : un entretien avec Jean-Marc Lofficier, par Xavier Mauméjean ; Teenage angst : True Blood ou la jeunesse comme abîme par Fabrice Colin ; Sang d’encre : guide de lecture vampirique ; Les vampires sont-ils une légende? par Roland Lehoucq et François Moutou.

Avant de faire un tour sur le site des éditions du Bélial pour les Imaginales de l’an dernier, je ne connaissais pas du tout la revue Bifrost, et j’ai choisi ce numéro pour son dossier, sans attendre grand-chose des nouvelles (je ne suis pas une grande liseuse de nouvelles). Et au final, j’ai trouvé cette revue plutôt intéressante.

L’éditorial m’a un peu agacée devant la levée de boucliers apparente de lecteurs devant le choix du dossier … apparemment les vampires sont automatiquement synonyme de mauvaise qualité de textes. Les préjugés ont la dent dure. Je peux vous affirmer que les vampires ici ne brillent pas au soleil.

Les nouvelles m’ont surprise, la première plutôt fait rire. Elle est décrite de manière très réaliste, avec un langage qui fait plutôt naturel malgré un côté cru. L’histoire est racontée de différents points de vue du corps de CRS qui donnent l’assaut sur un camp de Romanichels (et vu l’actualité au moment de lecture, la nouvelle a pris un autre relief ^^; ) où tout ne se passe absolument pas comme prévu. Le contexte est différent, et la chute m’a bien fait rire, quand on apprend pourquoi tous ces moyens sont mis en œuvre…

Nuit rouge s’attaque à un contexte difficile, dans lequel je n’ai pas lu beaucoup de récits de vampires, je crois : la Seconde Guerre mondiale. Les nazis y font des recherches sur l’immortalité, et j’ai eu juste envie de dire bien sûr, j’y ai plutôt cru, dans son horreur. Desmodus Draculae a une couleur plutôt exotique qui n’est pas trop mon truc, avec une expédition pour étudier des chauve-souris en Amérique du Sud. Un Précis m’a beaucoup plus parlé : c’est un manuel de savoir-vivre à l’usage des vampires nouvellement transformés rédigé en 1890. Comment s’habiller, se nourrir, nouer des relations sociales. C’est court, mais très drôle, définitivement ce que j’aime !

Je n’ai pas spécialement relevé de passages dans le dossier qui m’ont choquée ou déplu, je l’ai trouvé plutôt intéressant.

L’interview de Mauméjean m’a beaucoup plu, je ne connaissais pas ces comics où Batman est plus proche de Nosferatu et la Metropolis de Superman de celle de Fritz Lang, j’aurais bien envie de les découvrir. Parmi les critiques, Poètes de l’imaginaire, un petit gros recueil de bien 700 pages de poésie sur le thème des littératures de l’imaginaire me tenterait bien également, chez Terre de Brume.

Une lecture inattendue mais intéressante.

2 réflexions sur “Bifrost, n°60 : Dossier sang pour sang vampires !

  1. « L’éditorial m’a un peu agacée devant la levée de boucliers apparente de lecteurs devant le choix du dossier …  » Je suis un peu surprise de lire ça également. On parle d’un dossier de Bifrost, magazine spécialisé ayant plutôt de très bonnes critiques par des lecteurs pas forcément simples à contenter ! :s En plus en voyant quelques noms d’auteurs on peut remarquer des noms relativements connus, et pas du tout pour de la littérature vampirique quelle qu’elle soit – bref pas vraiment de quoi s’indigner ou tourner le dos à cette antho, je pense. Qui m’a l’air intéressante, je veux dire. ^^

    • Ouais mais apparemment tu dis vampires et on pense direct guimauve. C’est dommage, je trouve. Ils ne brillent pas tous façon boule à facettes … Et oui, c’est intéressant, ce dossier. Ça sort clairement des sentiers battus pour moi en matière de vampires, et je ne regrette pas du tout de les avoir enquiquinés au téléphone pour savoir s’ils amèneraient ce numéro aux Imaginales 😛

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s