Au bord des mots, lectures sur un rocher

Philtres et Potions

Strange Brew. P.N. Elrod, Charlaine Harris, Patricia Briggs, Jim Butcher, Rachel Caine, Karen Chance, Faith Hunter, Caitlin Kittredge, Jenna Maclaine (auteurs). Lorène Lenoir, Grégory Bouet, Marianne Feraud, Marie-Aude Matignon, Aldéric Gianoly, Virginie Paitrault, Hélène Assens, Claire Allouch (traducteurs). Katie Little, Anne-Claire Payet (illustratrices). 2009 (VO), 2011 (VF), 476 p. Milady. Fantasy urbaine. 8,20€.

Un délicieux cocktail de sorcellerie, de mystère et de glamour … Loups-garous, vampires et sorcières peuplent les univers de vos séries préférées. Retrouvez-les dans neuf aventures signées par les maîtres du genre.

Contient : Loup d’aveugle (Patricia Briggs), La Dernière tournée (Jim Butcher), Cadavre exquis (Rachel Caine), Les Jeux sont faits (Karen Chance), L’Oeil doré d’Hécate (P.N. Elrod), Bacon (Charlaine Harris), La marque des morts (Faith Hunter), La Rouquine (Caitlin Kittredge), Sombres péchés (Jenna Maclaine).

Ces derniers temps, je n’ai pas trouvé de série fantasy urbaine qui me passionne. En tombant sur ce recueil d’occasion, j’ai eu envie de tester, et aussi de retrouver Harry Dresden en français, tant qu’à faire.

Je suis vraiment mitigée sur ce livre. J’ai trouvé à la fois que le temps a mis longtemps à s’écouler lorsque je le lisais ; et que certaines, si ce n’est la plupart des nouvelles, sont trop courtes pour bien présenter l’univers. Même avec Harry que je ne connais pas trop mal, j’ai trouvé que les choses allaient trop vite, et malgré des éléments intéressants, elle m’a fait l’effet d’être accélérée et ne m’a pas plu.

En ce qui concerne Loup d’aveugle, j’ai plutôt aimé la cécité de la protagoniste. Je n’ai pas l’impression que des handicaps soient une chose commune dans ce genre, excepté avec Vicki Nelson. En revanche, l’auteur perd presque immédiatement ce bon point en insistant sur le fait qu’elle est seule depuis longtemps et que le loup qui débarque chez elle lui plaît bien. Mouais. Sur une nouvelle, c’est agaçant. Pourtant, Patricia Briggs ne m’avait pas donné l’impression dans le premier tome de Mercedes Thompson qu’elle était tellement lourde sur ce sujet, mais j’imagine justement que la longueur du texte a usé ma patience en conséquence. Et l’héroïne qui sait tout faire sans trop de souci excepté ses yeux (et encore, pas besoin de voir grâce à la magie !) … je n’y ai pas cru.

J’ai déjà évoqué La Dernière Tournée de Jim Butcher. Mais c’est particulièrement frappant dans le feu de l’action finale, où d’un coup des gens arrivent et c’est fini et le héros résume ce qui s’est passé. Cette ellipse fait un peu économie de bout de chandelles et m’a déçue, je suis restée sur ma faim, malgré un héros que j’adore.

Rachel Caine est l’auteur de la série Vampire City en français, j’avais bien accroché au premier tome, j’étais assez contente de poursuivre ma découverte avec Cadavre exquis, un titre qui peut présager du très bon. Le langage est un peu familier, mais dans le sens courant, plutôt naturel, et le côté nécromancie ne me dérange pas trop. L’histoire d’amour, qui donne l’impression d’avoir été commencée dans un autre livre, et certaines répliques plutôt gnan-gnan, en revanche, ne sont pas du tout ma tasse de thé et m’ont agacée. En plus, j’ai eu l’impression d’avoir manqué pas mal de chose en n’ayant pas lu un autre texte de l’auteur (apparemment sa série Funèbres tout juste sortie cette année). C’est plutôt intéressant, mais j’espère vraiment qu’en la commençant je ne serais pas en plus spoilée sur cette relation !

Je n’avais jamais lu de livres de Karen Chance avant, donc pas d’apriori. Une prof de mages guerriers est attaquée chez elle par ses propres étudiants hypnotisés. Je dois avouer que je n’en garde pas grand souvenir et que cette nouvelle, Les jeux sont faits, ne m’a pas trop intéressée.

En revanche, celle de P.N. Elrod m’a interloquée, dans le bon sens ! L’oeil doré d’Hécate se déroule dans les années 30 et dans un style film noir. J’ai vraiment aimé cette touche, qui change définitivement dans le paysage de la fantasy urbaine. Le thème fait très classique aussi, dans le bon sens toujours : on a dérobé un joyau à une jeune femme, et elle voudrait les empêcher de le revendre. C’est une petite bouffée d’air frais et j’aimerais beaucoup découvrir Dossiers vampires, la série qui met en scène le héros de cette nouvelle, Jack Fleming.

Bacon de Charlaine Harris met en scène Dahlia, une vampire, et une descendante de Circé, la sorcière de la mythologie. Si ce point m’a plu, on est face à une énième opposition vampire – garou, ce qui ne m’intéresse pas spécialement – même si j’avoue que la réplique de fin est plutôt fun.

La série Jane Yellowrock de Faith Hunter m’inspire depuis assez longtemps, j’étais plutôt contente de découvrir son style ici. Et j’ai beaucoup aimé le côté changeforme de l’héroïne, ses ascendants indiens qui en font un récit plutôt original. Je ne sais pas si la narratrice est la même que dans cette nouvelle, La marque des morts, mais cette jeune sorcière, Molly, est très attachante, et j’ai beaucoup aimé le folklore attaché à sa famille et le peu découvert de Jane.

La Rouquine de Caitlin Kittredge (Les ténèbres de Londres / Black London, dans ma PAL numérique) est un récit qui ne m’a pas trop passionnée, avec un procès, une jeune sorcière et sa baguette, infiltration … c’est léger, je sais, mais je ne me rappelle pas grand-chose de plus, la mythologie ne m’a pas intéressée et l’intrigue non plus.

On termine ce recueil avec Sombres péchés de Jenna Maclaine. J’ai apprécié le contexte (Venise en 1818), les protagonistes vampires qui jugent leurs pairs et leurs crimes, mais le format est un peu court pour développer des luttes de pouvoir, je trouve, et l’intrigue qui met les personnages en scène n’est pas très intéressantes et on ne découvre pas assez l’univers, pas autant qu’on l’aurait pu. C’est une occasion manquée, je pense, malgré un certain potentiel.

Tout ne m’a pas déplu, ici, mais il y a peut-être trop de textes et j’étais rapidement lassée, surtout que seuls deux m’ont vraiment plu (L’Oeil doré d’Hécate et La marque des morts). J’espère que l’autre anthologie de P.N. Elrod me plaira davantage.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s