Au bord des mots, lectures sur un rocher

Valérian, agent spatio-temporel, tome 1 : La Cité des eaux mouvantes

Jean-Claude Mézières, Pierre Christin (auteurs). 1970, 47 p. Dargaud. BD – Science-fiction. 11,99 €.

Lui, c’est Valérian, agent spatio-temporel de son état. Elle, c’est Laureline, sa compagne. Tous les deux, ils vivent à Galaxity, capitale de l’empire galactique terrien. Leur métier ? Sillonner l’univers et patrouiller dans le temps. Leur mission ? Garantir la sécurité de la terre et de son empire. Dans La Cité des eaux mouvantes, Valérian et Laureline se retrouvent à New York, en 1986. À la suite d’une explosion nucléaire, la ville est submergée par les flots, tandis que la planète a basculé dans le chaos …

Il y a quelque temps, on m’a parlé d’un dessin animé de SF sur le thème du voyage dans le temps, qui me tentait plutôt, et je suis tombée sur la BD qui en est à l’origine en bibliothèque. J’ai un peu écarquillé les yeux devant le style graphique (le style un peu daté me fait toujours reculer, un chouia) mais j’ai décidé de tenter.

Et au final, je ne suis pas mécontente. Le thème est vraiment agréablement traité, présentant ici un New-York de fin du XXème pré-apocalyptique (même si j’ai été un peu sceptique devant le « on ne sait rien de cette époque on n’y envoie personne » du bureau du voyage dans le temps), aux eaux montantes (au titre très bien trouvé d’ailleurs, me rappelant la subtilité de ceux des Yoko Tsuno), à la recherche d’un criminel temporel. Le dessin, finalement, est intéressant, plein de détails, et pour vous dire la vérité, je réfléchis à acquérir la série. Après un volume. Oui oui.

Par contre … l’anime s’appelant Valérian et Laureline, je pensais que la demoiselle aurait un rôle assez conséquent. Et elle vient dans le passé pour motiver Valérian et lui faire la cuisine. (Cette lecture suivant celle des Mots indispensables pour parler du sexisme, j’avoue que j’ai vraiment tiqué !) Bon, après son arrivée elle suit le mouvement et est même victime de leur ennemi, mais j’espère vraiment qu’elle sera plus active dans la suite de la série.

J’ai aussi eu un petit mouvement de recul au début devant les bulles de texte particulièrement conséquentes (à la Blake et Mortimer), mais c’est passionnant, donc ça passe très bien. Une belle surprise!

Nombre de tomes parus : 23 (série en cours).

2 commentaires sur “Valérian, agent spatio-temporel, tome 1 : La Cité des eaux mouvantes

  1. J’en ai lu il y a longtemps, dans une galaxie très très lointaine…^^ Un peu jeune, je pense ! Je crois me souvenir que la pauvre Laureline ne devient jamais aussi badass et intéressante que Yoko Tsuno (puisque tu en parles), je m’étais déjà fait cette réflexion alors. Mais je n’en n’ai pas lu beaucoup, trois tomes je crois, donc peut-être que ça s’améliore ensuite, ou que je devrais relire cette série tout court, car ça reste une référence SF. Il faut dire, à cette époque j’étais dans les BD tout court (Gaston, Boule et Bill, Spirou), et pas encore du tout avec Asimov et consorts. 🙂

    1. Peut-être que ça tient à l’âge, effectivement ! Moi qui ne lisais jamais de SF en roman, j’ai découvert Yoko à dix ans, et qu’est-ce que j’ai aimé ! D’où la belle déception pour le dernier tome … bref. Ça pourrait bien te plaire ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s