Oraisons

Auteur : Samantha Bailly.

Illustrateur : Fred Augis.

Nombre de pages : 716.

Première parution : 2009. Cette édition : 2013.

Éditeur : Bragelonne.

Genre : Fantasy.

Prix : 25 €.

Résumé éditeur : En Hélderion, la mort peut rapporter beaucoup… surtout à la famille Manérian, qui procède aux oraisons, les rites funéraires du royaume. Mais la réalité de la mort les frappe de plein fouet lorsqu’on retrouve le corps de leur plus jeune fille dans une ruelle sordide.

Tout désigne les clans, ces dangereux rebelles qui s’opposent à Hélderion. Aileen, prête à tout pour venger sa cadette, se lance dans une enquête qui la mettra à rude épreuve.

Noony, leur soeur aînée, se retrouve quant à elle aux premières loges de l’entrée en guerre de son pays contre le continent voisin. Mais elle est bien décidée à s’opposer à ce conflit qui pourrait tourner en véritable massacre.

Prises dans des intrigues dont les enjeux les dépassent, les deux soeurs devront affronter le système qui les a forgées.

Ce petit pavé me faisait un peu peur, au début. Mais quand je l’ai commencé, je n’ai pas pu m’arrêter ! J’ai eu un peu de mal à me faire aux noms peu courant, lieux et personnes, mais une fois les premiers chapitres passés, l’immersion était faite. Samantha Bailly décrit un monde riche, des personnages hauts en couleur et qu’on prend grand plaisir à suivre. J’ai adoré son écriture fluide.

Un détail qui me plaît toujours : au début d’un chapitre on nous donne divers extraits, comme sur l’histoire du royaume, des petites biographies, des définitions, même des poèmes ! … on est encore plus immergés dans l’univers que l’on devine finement ciselé, travaillé, et ainsi réel. Jusque dans le jeu des Quatre Vents, un jeu de cartes très détaillé, que j’aurais aimé voir utilisé davantage.

Le mystère bâti avec la mère d’Aileen et Noony, Soliane, m’a beaucoup intriguée, et je n’ai pas été déçue par le résultat, à la hauteur des attentes et de la tension dramatique. Tout comme celui de la résuadine, du cycle de l’oraison, de ce qui se déroule au palais de l’Astracan Soleil … j’avais très envie de parvenir à la fin du récit pour avoir toutes ces résolutions, même si je n’avais pas envie de quitter Aileen et Noony. Même les relations amoureuses ici et là ne m’ont pas dérangée.

Oraisons est typiquement le genre de lecture dont je ne peux pas beaucoup vous parler parce que je l’ai vraiment aimé. Je ne peux que dire que j’espère qu’elle vous plaira tout autant !

2 réflexions sur “Oraisons

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s