Feuilles de juillet

Juillet est encore un petit mois de lecture à mon goût. J’angoisse pour ma rentrée et je reste longtemps plongée dans un seul ouvrage (même s’il est très bien).

La Vestale du Calix d’Anne Larue conte l’histoire d’une jeune vestale, Anna, qui est condamnée à mort. Pour poursuivre les expériences de « décorporation » du vestalat, on la soustrait à la sentence et elle y est soumise, avec succès. Persuadée d’être morte, Anna découvre un autre temps, une autre époque, avec ses règles très particulières, parfois très sanglantes. J’ai adoré cette lecture. J’avais peur qu’elle soit très barrée, trop à mon goût, mais elle a finalement été juste assez barrée pour moi !

Les cent ans de Dracula de Barbara Sadoul est un recueil de nouvelles de différents auteurs (Bram Stoker, Théophile Gautier, Marion Crawford, …) sur le thème du vampire (et pas uniquement sur le personnage de Dracula dans ses réécritures, même s’il y aurait matière à le faire). Un de mes livres de chevet d’adolescence, que je m’étais promis de relire. A part une des nouvelles, c’est toujours aussi merveilleux.

The Road to High Saffron de Jasper Fforde présente une société et une hiérarchie basée sur les couleurs, celles que les personnages sont capables de percevoir. Ed, un jeune homme Rouge, se retrouve suite à une altercation avec un camarade, forcé d’accompagner son père dans un remplacement bien loin de chez lui, avec une tâche absurde à remplir. En rencontrant Jane, une jeune Grise, il va découvrir bien des choses sur cette étrange société. Et nous aussi, pour mon plus grand plaisir. Encore une réussite de l’auteur, bourrée de jeux de mots et de travail sur le langage. Lisez Fforde, surtout que celui-ci est traduit en français !

Ma soeur est une sorcière de Dianna Wynne Jones suit Chat, un petit garçon orphelin, dont la soeur Gwendoline, comme l’indique le titre, est une sorcière. Merci à Sita et à sa vidéo sur les auteurs qui l’ont marquée, je me suis décidée à le sortir de ma PAL et c’est un petit bonheur. Les deux enfants se retrouvent chez un magicien, Chrestomanci, qui stoppe les cours de sorcellerie de Gwendoline. Elle ne l’entend pas du tout de cette oreille et décide d’en faire voir de toutes les couleurs au magicien et à sa famille. Le récit est passionnant et m’a emmenée où je ne m’y attendais pas du tout.

Nana, tomes 1 à 21 d’Ai Yazawa suit le destin de ces deux jeunes filles, qui partagent le même prénom, la même date de naissance, et montent à Tokyo le même jour. J’avais débuté cette série adolescente, et si j’avais aimé suivre le récit de leur vie avant rencontre, la suite ne m’avait pas intéressée, même si j’avais apprécié l’anime (surtout la musique, puisque Nana est chanteuse). J’ai été beaucoup plus touchée ici et maintenant par l’histoire d’Hachiko et Nana, dont j’aimerais avoir la suite rapidement, mais je crois qu’on peut rêver ! (2009, date de sortie du tome 21 T_T)

Save me Pythie, tome 2 d’Elsa Brants est une suite toute aussi rythmée et pleine de clins d’oeil de cette charmante série française. On perd peut-être un peu le fil rouge pour assister à une succession de petits épisodes … mais j’aime la manière dont l’auteur les aborde, et sa vision des personnages de la mythologie, donc j’en redemande !

Effleurer le ciel de Mari Okazaki traite du patinage artistique. Une jeune fille rencontre un ancien patineur qu’elle supplie d’être son entraîneur. Mais j’ai eu l’impression d’un prétexte pour décrire leur relation plus qu’un manga sur le patinage (j’aime beaucoup ce thème, et certains mangas sportifs, suivant le sport, comme la gymnastique, le volleyball, le tennis), ce qui m’a un peu déçue, même si le trait est intéressant.

Drug & Drop, tome 1 des Clamp est la suite de Lawful Drug dont je n’avais pas du tout aimé le premier tome, plutôt impersonnel à mes yeux. Le dessin de celui-ci est plus récent, et on s’en rend bien compte, il correspond plus à mes goûts et mes habitudes avec ces auteurs, le récit est mieux maîtrisé et moins minimaliste, je m’y suis intéressée un tout petit peu (c’est déjà plus que pour LD …). Je vais peut-être continuer cette série (même si j’ai fortement l’impression d’avoir été spoilée sur XXXHolic T_T Franchement ça me soûle déjà les crossovers à tour de bras si en plus y a un ordre pour lire vos mangas, merci !).

Switch Girl, tomes 1 à 8 de Natsumi Aida nous parle du phénomène des switch girls, qui passe d’un physique et d’une attitude parfaite à quelque chose de beaucoup plus relâché et que la société désapprouve complètement. C’est frais, c’est drôle, même si on exagère parfois.

Card Captor Sakura, tome 2 des Clamp voit l’arrivée de mon personnage chéri d’amour de la série, Shaolan (qui s’écrit sûrement différemment en italien, je vous redis ça). Ca fait tellement plaisir de relire cette série, une fois encore, et la redécouvrir dans une langue que j’adore !

Host Club, tomes 1 à 18 de Hatori Bisco est une série hilarante, dont j’effectue là ma première relecture. J’hésite à l’acquérir, tellement elle me fait plaît. Haruhi, une jeune fille pauvre, a été reçue sur bourse dans une prestigieuse école privée. Par erreur, elle pénètre dans la salle du Host Club, où elle brise un vase hors de prix, et devra y travailler pour rembourser sa dette, en se liant d’amitié avec les autres membres. C’est léger et très drôle, je vous recommande cette série ^^

Hiyokoi, tomes 1 à 11 de Moe Yukimaru suit Hiyori, une lycéenne d’1m40, très timide, tombée amoureuse d’Hirose, qui culmine à 1m90. C’est aussi une histoire sur une adolescente qui prend goût à l’école et aux relations avec les autres, avec beaucoup de douceur. Mais il ne faut pas être allergique à l’aspect shojo, parce qu’on est vraiment dans le manga de classe sur les humeurs d’une jeune fille en fleur ^^,

Fairy Cube, tome 1 de Kaori Yuki traite des mythes celtes. Ian peut voir des fées depuis son enfance, ainsi que son double, Tokage, qui lui crée des problèmes dès que l’occasion de présente, jusqu’à le faire assassiner par son père pour prendre sa place. Ian va essayer de se venger et de retrouver son corps. J’aime le thème, le trait de l’auteur, mais étrangement, si cette série n’était pas du tout passée lors de la première lecture, elle ne passe malheureusement toujours pas maintenant. Dommage.

Chocolate Girl, tomes 1 et 2 de Yuki Yoshihara … le résumé promet une « histoire des plus chocolatées ». Au bout de deux tomes (il y en a un troisième, mais ce sera sans moi), j’attends encore le chocolat. On suit une histoire d’amour entre Kyouko, agent de star trop franche, qui réussit à signer Riku, un acteur de théâtre qui ne sourit jamais. C’est très plat et assez violent (il passe son temps à lui taper dessus quand il s’énerve, mais c’est traité avec trop d’humour).

Gokinjo, tomes 1 à 7 d’Ai Yazawa est une petite série charmante, que je ne regrette pas d’avoir lue après ma redécouverte de l’auteure dans Nana. Mikako étudie dans un lycée d’art la mode et la couture. Elle réagit très mal devant la relation entre son meilleure ami, Tsutomu, et une jeune fille plus âgée, sans comprendre pourquoi. Les personnages sont plein de vie, et l’univers est adorable. Ce n’est pas uniquement une petite romance, même si ce thème est important, et le trait est toujours aussi attachant.

Historiquement incorrect de Jean Sévilla revient sur différents épisodes de l’histoire que l’on voit de telle manière, et qu’il prend le temps de corriger en faisant appel à de nombreuses références. C’est très bien écrit, absolument pas ennuyeux, même si long à lire. Ce livre m’a également amenée à réfléchir sur ces nombreux thèmes, ce que j’adore.

Antimanuel de littérature de François Bégaudeau tente de définir ce qu’est la littérature et les écrivains, en prenant un ton très léger. Si ce ton est plutôt plaisant et qu’il m’a fait rire à de nombreuses reprises, je me suis un peu ennuyée et ai lu en diagonale les dernières pages. Je pense que je ne connais pas assez de choses sur le sujet pour en apprécier l’humour.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en juillet ?

2 réflexions sur “Feuilles de juillet

  1. Très joli bilan de Juillet. Je ne connais que Nana et encore je n’ai vu que quelques épisodes de l’anime. Je n’ai jamais lu les mangas. Tu m’as intriguée avec La Vestale du Cadix.

    • Je te recommande le manga Nana alors ^^et les autres mangas de l’auteur, qui ont beaucoup de charme. Si tu lis la Vestale, n’hésite pas à venir me redire ce que tu en penses, erine6 ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s