Bible Stories

Auteur : Michael Coleman.

Illustrateur : Michael Tickner.

Langue : anglaise.

Nombre de pages : 219.

Parution : 1998.

Éditeur : Scholastic. (Collection : Twisted Tales).

Genre : Jeunesse – Religion.

Prix : disponible d’occasion, mais cher ! dans les 50€ sur Amazon.

Ce petit recueil propose différentes histoires bibliques vues sous un jour jeunesse et humoristique, toutes tirées de l’Ancien Testament, soit jusqu’à la naissance de Jésus. Et il s’en tire très bien.

Des éditions Scholastic, j’ai également la très géniale collection Horrible Histories, et quand je suis tombée sur Twisted Tales, j’ai pensé que ce serait un peu le même style. Ce qui est le cas, avec d’autres types de blague comme une parodie d’émission de télé réalité pour Moïse, par exemple ^^

Je n’ai pas eu l’impression en particulier d’un prosélytisme poussé à direction des enfants. On ne dit pas que la religion ben c’est trop génial et que c’est tout ce qui existe. On dit juste que tiens, cet épisode est fun, on pourrait en parler comme ça, sous forme d’un journal, avec gros titres et jeux de mots. Une fois encore, de très bons jeux de mots.

On trouve aussi une critique de la religion vers la fin de l’ouvrage, sur le rôle qu’elle joue dans la justification de l’esclavage aux États-Unis.

A la fin de l’épisode du jardin d’Eden : « God told [Eve] she’s going to find it painful having children -or it might have been that her children are going to be a pain. Something like that ». Dieu a dit à Eve qu’avoir des enfants serait une plaie – ou les enfants eux-mêmes. Quelque chose comme ça.

« Come on, lads! Let us prey! » des lions devant des moutons, jeu de mot entre pray, prier, et prey, chasser.

J’ai beaucoup aimé découvrir que la tour de Babel était à l’origine d’un verbe anglais : to babble.

Un détail pratique : en cas de question / quizz, au lieu d’être renvoyé en fin de questions, comme dans beaucoup d’Horrible Histories, le rectangle de réponse est imprimé à l’envers mais juste après, je trouve ça plus simple.

Le livre évoque les droits des femmes, défendant le fait qu’elles jouent rarement un rôle prépondérant dans l’Ancien Testament, ces récits étant basés sur l’Histoire, un « monde d’hommes » comme le dit l’auteur. En petit point positif, dans un livre apocryphe, la sagesse est présentée comme féminine, ce qui est déjà bien.

On a aussi droit à une petit liste de romans et films qui s’inspirent de la Bible, j’aime beaucoup ce genre de listes.

Et à la toute, fin, des extraits hilarants de Bibles mal imprimées, donnant par exemple comme commandement : « Thou shalt commit adultery » 😛

Un petit recueil très drôle et sympathique.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s