Le destin d’une déesse, tome 1 : Le Manoir des Immortels

Titre VO : The Goddess Test.

Auteur : Aimée Carter.

Traducteur : Emmanuelle Debon.

Couverture : M. Gouaze.

Nombre de pages : 374.

Parution VO : 2011. VF : 2012.

Éditeur : Harlequin (Collection : Darkisst).

Genre : Fantastique.

Prix : 14,11 €.

Résumé éditeur : Quand l’étrange jeune homme rencontré dans les bois qui bordent le Manoir lui affirme qu’il a le pouvoir d’exaucer son vœu le plus cher – prolonger la vie de sa mère gravement malade – Kate se refuse à le croire. Mais de mystérieux et terribles évènements l’obligent à chasser ses doutes et à accepter le pacte qu’il lui propose : la vie de sa mère, contre six mois au Manoir des Immortels, où elle devra affronter sept épreuves… et une tentation …

Le premier résumé que j’ai lu présentait déjà le bel inconnu comme Henry, alias Hadès. Ça a suffi à me scotcher. J’aime beaucoup les récits issus de la mythologie grecque, et j’avais très envie de voir une réactualisation du mythe. Je n’ai pas été déçue, Le Manoir des Immortels est une lecture agréable, malgré de petites déceptions et un goût de classique dans le genre.

Si je n’ai pas été étonnée de l’arrivée de Kate dans sa nouvelle ville et son nouveau lycée, la blonde à tendance un peu boulet, Ava, ne m’a étonnée que dans le fait qu’elle meure si tôt dans le récit (pas dans la vacherie qu’elle a réservée à l’héroïne, d’ailleurs). Cet évènement, pour elle, met la machine en marche et Henry lui fait sa proposition. Qu’elle accepte, après un laps de temps décent à se poser des questions et peser le pour et le contre. (Heureusement qu’elle ne saute pas sur l’occasion !)

J’ai été un peu déçue sur deux points, concernant les épreuves. Leur nature, en elle-même, aurait pu être plus originale, et les Immortels auraient pu annoncer à Kate une fois qu’une épreuve était terminée, au lieu d’attendre la fin du volume.

L’identité des Immortels m’a surprise, et j’ai été un peu déçue d’attendre, au final, des précisions sur qui est quel dieu grec. Certains sont très faciles à reconnaître, d’autres moins (surtout James !).

L’évolution de la relation entre Kate et Henry m’a plu, le jeune dieu des Enfers est adorable et l’héroïne plaisante également. On sent qu’elle est proche de sa mère et qu’elle fait tout pour elle. Ava est un peu agaçante (mais j’aurais presque tendance à dire que toute histoire a besoin de sa blonde un peu boulet).

Une petite touche d’enquête policière vient pimenter la vie tranquille de Kate au Manoir : les précédentes candidates au poste ont toutes rencontré une fin tragique, et Henry veut à tout prix éviter le même sort à la jeune fille. Je n’ai pas vraiment pu deviner qui était coupable jusqu’à la fin, mais ça n’est pas très grave, le reste du roman contrebalance très bien ce point.

Un très bon début de série.

Nombre de tomes parus : 3 (série finie).

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s