Au bord des mots, lectures sur un rocher

La Voie des Oracles, tome 1 : Thya

Estelle Faye (autrice). Aurélien Police (illustrateur). 2014, 337 p. Scrineo. Jeunesse – Fantasy. 16,90€.

La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.

Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement.

Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Église.

Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu’elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.

Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d’assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu’elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d’embûches et d’incroyables rencontres, voir le passé refaire surface, et réécrire l’Histoire…

J’ai rencontré Estelle Faye lors du festival des Imaginales il y a un an ou deux, et je l’avais trouvée très sympathique et intéressante, me donnant envie de jeter un oeil à ses oeuvres. Et celle-ci est sortie. Je savais que j’allais l’acheter, tout de suite, parce que ce pitch, c’est une oeuvre que j’ai attendue toute mes années scolaires, collège et lycée, cette histoire fantastique aux portes de l’empire romain lorsque les chrétiens font disparaître toute trace des cultes païens …

Sans parler de la couverture d’Aurélien Police, qui une fois encore est un enchantement.

J’avais un peu peur en démarrant cette lecture. Vous savez ce que c’est, quand un auteur vous tente, quand vos copains blogueurs ne tarissent pas d’éloges sur elle, et surtout que le résumé a l’air fait pour vous.

Vous lisez la première page. Le premier paragraphe. Et vous êtes perdu(e) aux yeux du monde. Lost to the world. Dévoré(e) par un univers magiques, des personnages attachants, touchants, un récit rythmé,une imagination saisissante et une écriture délicate qui peint une histoire parfaite.

(Parfois, vous vous cassez le nez, ça arrive aussi.)

J’ai été emportée, j’ai rêvé, j’ai suivi avec passion le voyage de Thya pour sauver son père et fuir son frère. Sa relation avec Enoch (même si oui, prévisible, légèrement) est très belle, son évolution très plausible, j’ai pris plaisir à les voir évoluer tous les deux, ainsi qu’avec les autres personnages. J’ai aimé les mystères que promet le deuxième tome centré sur Enoch, ce que la fin laisse deviner.

Les touches de fantastique, légères, précises, posées avec soin dans un récit historique qui suit pas à pas une jeune héroïne passionnante et forte, sont un enchantement.

Et les noms à consonance latine, les prénoms, les noms de lieux, de bataille. J’étais au paradis. (Mais les termes autres que latins sont bien aussi).

Que n’ai-je pas aimé, au final?

Le mot fin.

Nombres de tomes parus : 3 (série finie).

2 commentaires sur “La Voie des Oracles, tome 1 : Thya

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s